Les tarifs de l'électricité vont bondir en 2022 : quelles répercussions sur votre facture ?

2 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© zhengzaishuru - iStock

Dans un contexte de hausse générale des prix et alors que l’inflation flirte avec les 2 % en cette rentrée 2021, une mauvaise nouvelle de plus plane sur le budget des ménages.

Dossier Familial vous en parlait au début de l’été : les tarifs réglementés de l’électricité pourraient fortement augmenter dès le début de l’année 2022, dans le sillage des augmentations déjà observées en matière de gaz ou encore de carburant.

Jusqu’à 10 % d’augmentation

Au départ, il était question d’une hausse de 6 % du montant de votre facture d'électricité dès le 1er février 2022. Cette estimation est fortement revue à la hausse en ce mois de septembre.

Et c’est l’UFC Que-Choisir qui décide de tirer la sonnette d’alarme, en ce lundi 20 septembre, prédisant une hausse de 10 % des tarifs réglementés de l’électricité l’an prochain. Un chiffre obtenu en utilisant les méthodes de calcul de la Commission de régulation de l’énergie qui fixe les tarifs régulés d’EDF, et donc par extension ceux appliqués par les offres alternatives disponibles sur le marché (Total Énergie, Engie, Plüm…).

Astuces

Les tarifs de l’électricité ont augmenté en moyenne de plus de 60 % depuis l’ouverture à la concurrence du marché en 2007, selon l’UFC Que-Choisir.

Une hausse de 150 € sur la facture

De façon concrète, cette flambée des prix devrait se traduire par une augmentation annuelle de 150 € sur la facture des ménages qui se chauffent à l’électricité, toujours selon l’association.

« En seulement deux ans, la facture d’électricité aura ainsi encore augmenté de 25 %. C’est du jamais-vu », commente Alain Bazot, président de l’UFC Que-Choisir, auprès de nos confrères du journal Le Parisien.

L’exécutif en alerte

Cet été, Dossier Familial vous informait déjà sur les tractations en cours entre les différents ministères concernés. En effet, l’exécutif craint que cette forte hausse n’alimente la colère sociale en pleine année électorale.

Le souvenir du mouvement des « Gilets jaunes », fin 2018, est encore dans toutes les têtes alors que les tarifs du gaz et des carburants sont eux aussi en forte augmentation depuis plusieurs mois.

Ainsi, le Premier ministre Jean Castex a annoncé la semaine dernière une rallonge de 100 € à la fin 2021 aux bénéficiaires du chèque énergie. Un coup de pouce bienvenu mais visiblement insuffisant pour compenser la totalité des conséquences de cette revalorisation des tarifs réglementés – auxquels 22 millions de ménages français sont abonnés via EDF.

Autres leviers possibles : la baisse de certaines taxes qui s’appliquent sur votre facture (TVA, CSPE, TCFE, CTA… Le tout pesant pour un tiers du prix final), voire la hausse de la quantité d’électricité vendue à bas prix par EDF à ses concurrents afin de jouer sur les cours.

Astuces

L’UFC Que-Choisir a lancé en juin dernier une pétition en ligne toujours accessible intitulée : « TVA sur les taxes énergétiques : halte à l’escalade fiscale ».

A lire aussi