Les jeunes de parents séparés sont en moyenne moins aidés financièrement

En moyenne, l’aide parentale reçue par les jeunes de 18 à 24 ans de parents séparés est d’environ 235 euros par mois, soit 33 euros de moins que les jeunes dont les parents sont en couple.
2mn de lecture
© Damir Khabirov

Les jeunes adultes reçoivent moins souvent une aide financière régulière de la part de leurs parents lorsque ceux-ci sont séparés, selon une étude* de la Drees, le service statistique des ministères sociaux, publiée fin juillet.

Fin 2014, seuls 65 % des 18-24 ans dont les parents sont séparés déclarent être régulièrement aidés financièrement par au moins un de leurs parents, contre 74 % des 18-24 ans dont les parents sont en couple. En moyenne, les jeunes de parents séparés perçoivent 235 euros par mois, contre 268 pour les autres.

Toutefois, lorsque les jeunes vivent en alternance chez l’un et l’autre de leurs parents séparés, la probabilité de recevoir une aide financière et son montant ne sont pas « significativement différents » par rapport aux jeunes ayant des parents en couple. Dans quatre cas sur dix, leur mère et leur père leur donnent autant d’argent. En cas de résidence exclusive chez l’un de leurs parents, ils déclarent le plus souvent être davantage aidés par celui chez qui il vivait (la mère dans la majorité des cas). Le soutien financier dépend également de la recomposition familiale. Quand le parent chez qui résidait le jeune n’a pas eu d’enfant ou de bel-enfant au cours d’une nouvelle union, les écarts entre les montants d’aides versés se réduisent par rapport aux parents en couple : 26 euros de moins par mois, contre 88 euros de moins lorsque le parent a refondé une famille.  

13 % des jeunes ayant des parents séparés sont aidés par leur entourage

Les jeunes ayant des parents séparés sont plus souvent aidés par leur entourage (grands-parents, oncles, tantes, amis…). Quand ils en bénéficient, un sur deux juge cette aide indispensable. En moyenne, le montant de ces aides s’élève à 125 euros par mois, contre 104 euros pour les jeunes dont les parents sont ensemble.

48 % des jeunes ayant des parents séparés se privent

Dernier constat : les 18-24 ans se privent davantage lorsque leurs parents sont séparés. 16 % déclarent se priver d’au moins trois biens de première nécessité comme la nourriture, les vêtements, les transports, l’équipement de leur logement ou le téléphone, contre seulement 9 % des autres jeunes. Ils sont 33 % à se priver de plus de trois activités de loisir (acheter un ordinateur, une tablette, des livres, faire des sorties, acheter du matériel sportif, partir en vacances…), contre 23 % des autres jeunes. Au total, 48 % des jeunes adultes de parents séparés déclarent au moins trois privations, contre 35 % pour les autres.

Enfin, qu’ils soient aidés ou non, 25 % des jeunes dont les parents sont séparés ont des difficultés financières et ne parviennent pas à faire des économies, contre 14 % des autres jeunes.

* L’étude a été réalisée à partir d’une enquête qui s’est déroulée du 1er octobre au 31 décembre 2014 en France métropolitaine, à La Réunion et en Guadeloupe auprès de 5 800 jeunes âgés de 18 à 24 ans et de 6 300 parents. Parmi les 5 800 jeunes interrogés, près de 1 600 ont leurs parents séparés.

df
Sarah Corbeel
Publié le