Inflation : le taux de rémunération du livret A devrait se maintenir au 1er août

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
© Santje09

Le taux de rémunération du livret A va-t-il évoluer avec l'inflation constatée récemment ? C'est la question que tout détenteur de livret A peut se poser, à l'approche du 1er août, date de révision de son taux de rémunération. En effet, le taux de ce dernier est révisable deux fois par an, au 1er février et au 1er août. Actuellement, le taux d'intérêt annuel est de 0,5 % depuis le 1er février 2020. 

Une inflation de 1,5 % prévue en 2021

En juin 2021, les prix à la consommation ont connu une hausse de 1,5 % sur un an. Et la Banque de France prévoit qu'en 2021, l'inflation devrait être de 1,5 %, contre 0,5 % en 2020. Une nouvelle pas franchement réjouissante pour les souscripteurs de livret A dont le rendement réel est négatif (-1 %). Avec un taux de rémunération actuel fixé à 0,5%, et une inflation de 1,5% cette année, les sommes d'épargne accumulées sur le livret A vont encore perdre de leur valeur. 

Pour contrer toute baisse de pouvoir d'achat des épargnants, le gouvernement a la possibilité d'augmenter le taux de rémunération du livret. Cependant, il semblerait que cela ne soit pas à l'ordre du jour, selon une information révélée par nos confrères de Capital. Le ministère de l'Économie et des Finances prévoit ainsi de maintenir le taux à 0,5 % au 1er août. Ce taux actuel de 0,5 % est historiquement bas. En effet, avant 2020, le taux était de 0,75 % depuis 2015. 

Chaque année, en janvier et en juillet, l’exécutif peut ainsi décider de faire évoluer ce taux, en suivant ou non les recommandations de la Banque de France.

Comment est calculé le taux d'intérêt du livret A ?

La plupart du temps, le gouverneur de la Banque de France recommande de suivre la formule de calcul traditionnelle qui prend en compte la moyenne semestrielle de l’inflation sur douze mois glissants et celle de l’€STR (taux interbancaire à court terme). Or, en appliquant cette méthode, le taux du Livret A devrait même être inférieur à 0,5 %, mais le gouvernement a stipulé qu’il ne pouvait s’établir en dessous de ce seuil défini comme plancher.

Bercy suivra donc cette formule de calcul, estimant que les derniers mois de crise sanitaire et l'augmentation récente des prix ne suffisent pas à justifier une hausse du taux du Livret A. Le gouvernement juge que l'inflation reste modérée pour 2021 et encourage parallèlement les Français à utiliser cette épargne accumulée depuis le début de la crise sanitaire pour consommer et soutenir la relance économique du pays. 

Une collecte en pause au mois de juin

Après des mois de collecte record, la collecte du Livret A a commencé à ralentir en juin, en terminant le mois sur un score nul. Autrement dit, les dépôts et les retraits opérés sur le livret ont été du même montant, aboutissant à une collecte nulle, selon les chiffres publiés par la Caisse des dépôts. À noter que le frère jumeau du Livret A, le livret de développement durable et solidaire (LDDS) fait à peine mieux, affichant sur le mois de juin une collecte de 40 millions d'euros.

Le livret A : chouchou des épargnants

Le livret A est un des champions en matière de produits d'épargne auprès des Français (55 millions d'entre en possèdent un). Créé le 22 mai 1818, le livret A est le plus ancien et le plus utilisé des produits d’épargne et cela peut s'expliquer parce qu'il présente des avantages non négligeables. En effet, l’épargne déposée comme les intérêts peuvent être retirés à tout moment par le détenteur du livret. De plus, il est totalement défiscalisé : les intérêts ne sont pas soumis aux prélèvements sociaux ou à l’impôt sur le revenu.

A lire aussi