Escroqueries financières : comment éviter les arnaques ?

3 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Tero Vesalainen

Forex (comme « Foreign Exchange », le marché mondial des devises), diamants, vins, forêts, cheptels bovins, bitcoin… Face aux très faibles rendements des produits d’épargne sécurisés, les Français sont tentés de placer leur capital dans des placements atypiques ou biens divers, avec la promesse de rendements élevés. Et les escrocs en profitent.

En à peine deux ans, entre juillet 2017 et juin 2019, un milliard d’euros ont été soutirés à des épargnants français qui ont investi dans des produits financiers frauduleux, selon les estimations révélées par le Parquet de Paris, l’Autorité des marchés financiers et l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution. Un chiffre sûrement en deçà de la réalité, toutes les victimes n’osant pas porter plainte.

Un mode opératoire professionnel

Le mode opératoire des escrocs est bien ficelé. Tout se passe en ligne, sur Internet et par messagerie, puis par téléphone sur un numéro français (ou apparemment français). Les victimes se sont soit connectées à un site Internet frauduleux ayant une apparence professionnelle, soit elles ont été démarchées par des messages ou publicités vantant des placements aux rendements élevés. Après avoir été mises en confiance par un faux conseiller, elles sont incitées à effectuer un premier versement qui s’avère fructueux. Le but est de les rassurer pour qu’elles investissent ensuite des sommes plus importantes qu’elles ne pourront pas récupérer. « Les produits proposés semblent d’autant plus fiables que (…) l’investisseur se voit ouvrir un compte personnel sur internet lui permettant de suivre de manière individualisée et à grand renfort de statistiques, l’évolution de son placement », expliquent l’AMF, la Parquet de Paris et l’ACPR dans un communiqué commun.

Les sommes versées sont placées sur des comptes bancaires étrangers situés dans des pays proches de la France, et appartenant même parfois à la zone euro, avant d’être virées vers d’autres pays beaucoup moins coopératifs sur le plan judiciaire. Et lorsque les investisseurs demandent à récupérer leur capital, il leur est demandé un nouveau versement pour frais divers (de garde, de douane, de déblocage, etc.). Les pseudo-conseillers deviennent alors injoignables et dans la plupart des cas, les victimes ne pourront pas récupérer leur argent.

Les conseils pour ne pas se faire piéger

Avant tout investissement, il est ainsi vivement recommandé d’être vigilant. L’Autorité des marchés financiers rappelle qu’il n’existe pas de rendement élevé sans risque élevé et conseille :

- d’investir uniquement dans ce qui est compris ;

- d’avoir un minimum d’informations sur les sociétés ou intermédiaires qui proposent le produit (identité sociale, pays d’établissement, responsabilité civile, etc.) ;

- de se demander comment est réalisée la valorisation du produit proposé (prix d’achat ou prix de vente et des délais) ;

- et de vérifier si la société est bien autorisée à proposer des placements. Pour le savoir, il faut consulter le registre des agents financiers agréés registre en ligne des agents financiers agréés (entreprises françaises et étrangères, autorisées à exercer des activités financières en France) ainsi que le site Internet de l’ORIAS, organisme chargé de tenir le registre des intermédiaires. Si le site n’y figure pas, ne donnez pas suite.

Si vous avez un doute sur la société, vous pouvez contacter l’AMF Epargne Info Service :

- par téléphone au 01 53 45 62 00 (prix d’un appel local), du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h

- en remplissant le formulaire en ligne

L’AMF va ouvrir prochainement un nouveau service « AMF Protect Epargne », sous forme d’application mobile et Internet, qui permettra aux épargnants d’être alertés en temps réel sur les dernières mises en garde via des notifications ou alertes mails.

Que faire en cas d’escroquerie ?

En cas d’escroquerie effective, il faut porter plainte auprès du commissariat ou de la gendarmerie les plus proches en communiquant tous les éléments factuels utiles.

A lire aussi