Crise immobilière en Chine : il y a-t-il un risque de « krach » pour vos placements ?

3 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© ipopba - iStock

Après la crise sanitaire, économique et sociale, la crise financière ? Cette perspective a de quoi inquiéter nombre d’acteurs de la finance internationale alors que tous les regards sont tournés, depuis plusieurs jours, vers la Chine, dont l’économie pourrait connaître quelques soubresauts en cette fin 2021.

En cause ? Un géant de l’immobilier noyé par ses dettes et qui menace de s’effondrer. Entraînant dans son sillage une partie de l’économie chinoise. Et par là même la finance mondiale ?

Evergrande, le Lehman Brothers chinois ?

Ce nom ne vous dit probablement rien. Inutile de vous inquiéter pour votre culture économique, à moins d’être un spécialiste du monde des affaires chinois, c’est normal.

Evergrande Real Estate Group est le nom du deuxième plus gros promoteur immobilier chinois, crée en 1996 alors que l’Empire du Milieu était en plein essor. Son dirigeant, Xu Jiayin, est d’ailleurs brièvement devenu en 2017 l’homme le plus riche d’Asie.

Evergrande est assurément l’un des symboles de la frénésie immobilière qui touche la Chine depuis le début des années 2000. L’émergence d’une gigantesque classe moyenne au sein de la population entraîne la construction de millions de logement en un temps record. Actuellement, le promoteur emploie directement 200 000 personnes. En comptant les sous-traitants, ce sont en réalité près de 4 millions d’emplois qui en dépendent.

Mais voilà, Evergrande est endetté, ultra-endetté même, avec une ardoise estimée à 260 milliards de dollars, soit l’équivalent du PIB du Portugal.

Cette semaine, le promoteur est censé régler plusieurs obligations importantes. Sauf que, sur le papier, il est insolvable et surtout au bord de la faillite. A moins que l’État chinois n’intervienne pour éviter un effondrement d’Evergrande qui pourrait avoir un impact majeur sur son taux de croissance.

Les marchés financiers sur le qui-vive

La situation délicate en Chine a forcément des conséquences sur les bourses mondiales. A Hong Kong, le Hang Seng, indice de référence, est en recul de 11,5 % depuis le début de l’année 2021, tandis que l’action d’Evergrande a perdu près de 85 % sur cette même période !

En Occident, les indices européens et américains commencent à frissonner, ce fut d’ailleurs le cas, lundi 20 septembre, du CAC 40 français (-1,74 %), du Dow Jones américain (-2 % à l’ouverture) ou encore du Dax allemand (-2,3 %).

Mais concrètement, sommes-nous au bord d’une crise financière mondiale ? Pas vraiment, selon les experts qui estiment, comme l’expliquait Le Figaro ce mardi matin, que la chute d’Evergrande aurait surtout des conséquences sur les acteurs économiques chinois.

Toutefois, il n’est pas à exclure que ces secousses soient ressenties en France, notamment dans le secteur bancaire ou celui du luxe, tous deux très sensibles à l’état de santé de l’économie chinoise. Par ailleurs, il semble peu probable que Pékin laisse le promoteur devenu toxique faire faillite.

Que faire de vos placements indexés sur la bourse ?

Si la très grande majorité de l’épargne des Français n’est pas indexée sur les marchés financiers, nombre d’entre eux possèdent des actions via des PEA, une épargne salariale (PEE, PER…) ou une assurance-vie en unités de compte. Tous les experts s’accordent à dire qu’il est inutile de céder à la panique dans de telles circonstances. D’autant que ces placements sont en général réalisés sur le temps long. Si vous avez des doutes, ou des craintes, concernant la nature de vos actifs, demandez conseil au gestionnaire de vos comptes qui saura vous renseigner. Il est d’ailleurs à noter que les mouvements réalisés sur ces comptes (achat/vente) peuvent être payants. Une donnée qui devrait inciter à la réflexion avant d'agir !

 

A lire aussi