Contrefaçons : le nombre de saisies a bondi de 62 % en 2021

Contenu ajouté à votre liste de lecture

Voir mes favoris

Contenu supprimé de votre liste de lecture

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
À la frontière franco-italienne de Menton, le 7 janvier 2022. - imago images/Mandoga Media via Reuters Connect

« Méfiez-vous des… contrefaçons », incitait une ancienne émission de télévision. Le message reste partiellement suivi. Le nombre de saisies de contrefaçons a crû en 2021 de 62 % par rapport à l’année précédente, fait savoir la Direction générale des douanes et droits indirects (DGDDI) dans un bilan présenté lundi 14 février par le ministre délégué chargé des Comptes publics, Olivier Dussopt (à télécharger ici).

Au total, la douane a retiré du marché « plus de 9,1 millions d’articles », 31,3 % des saisies ayant été faites sur des colis individuels, appelés « fret express et postal », estime cette administration rattachée à Bercy. 

L’expansion du commerce électronique ainsi que « l’explosion des échanges pendant la crise sanitaire » due à la pandémie de Covid-19, ont participé à ce bond « du phénomène de la contrefaçon ». Ce phénomène concerne « désormais tous les types de marchandises (produits industriels, cosmétiques, jouets, secteur alimentaire) et tous les types de vecteurs, dont le vecteur du fret express et postal ».

La douane a saisi 1,73 million de produits de soin corporel (maquillage, parfumerie, etc.), 1,65 million de jeux, jouets et articles de sport ou encore 200 517 denrées alimentaires et boissons, est-il détaillé dans le bilan.

Un plan de lutte contre la contrefaçon

Le ministre délégué chargé des Comptes publics, Olivier Dussopt, a présenté le 22 février 2021 un plan de lutte contre la contrefaçon sur les années 2021 et 2022, dont le bilan rappelle les principaux axes :

  • une meilleure coopération avec tous les acteurs de la lutte contre la contrefaçon, tels les professionnels du commerce en ligne ou les consommateurs ;
  • un renforcement de la collecte et du traitement du renseignement, notamment par le développement de l’intelligence artificielle ;
  • une intensification de la politique de contrôle et d’enquête ;
  • des poursuites judiciaires au sujet des dossiers considérés comme les plus sensibles en matière de protection des consommateurs.

« La contrefaçon constitue une menace à la fois pour la santé et la sécurité du consommateur, mais également pour l’économie nationale », rappelle la douane.

POUR ALLER PLUS LOIN