Assurances obsèques : 60 millions de consommateurs dénonce des « placements ruineux »

Cotisations qui dépassent le capital versé, délai de versement trop long, frais de gestion trop élevés… L’association de consommateurs épingle les contrats d’assurance obsèques souscrits pour financer ses funérailles.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
© PeopleImages

De plus en plus de Français souscrivent une assurance obsèques afin d’éviter à leurs proches de supporter le poids financier de leurs funérailles. Selon la Fédération française de l’assurance, ils étaient 4,5 millions à en avoir souscrit une en 2017, un chiffre en hausse de 4 %. Mais ces contrats sont loin de tenir leurs promesses, d’après l’association 60 Millions de consommateurs qui dénonce des « placements ruineux ». L’organisation a passé au crible onze contrats d’assurances vendus par les principaux acteurs du marché.

Premier constat, plus on vit longtemps, plus on cotise… pour rien. « Peu importe le montant des versements réglés par le souscripteur, en une fois ou sur une période de cinq à vingt ans : l’assureur versera au bénéficiaire le capital choisi au départ, entre 1 000 et 15 000 € », explique l’association de consommateurs.

5 400 € versés, 4 000 € récupérés

Résultat, les cotisations dépassent largement la prime perçue. Ainsi, pour un souscripteur de 62 ans qui aura versé en moyenne 5 400 € de cotisations sur vingt ans, le capital décès auquel pourra prétendre ses proches ne sera que de 4 000 €.

Un délai de versement trop long

L’association pointe également des frais de gestion gonflés et un délai de versement du capital trop long, pouvant parfois atteindre un mois en raison des multiples pièces justificatives demandées (certificat de décès, carte d’identité, facture de la société de pompes funèbres, etc.). Un temps d’attente qui oblige les proches du défunt à devoir avancer les frais d’obsèques.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :