Assurance vie : gare à l'arnaque aux faux notaires !

Un notaire vous annonce par téléphone ou par mail que vous êtes bénéficiaire d’une assurance vie d’un proche récemment décédé ? Méfiez-vous, il s’agit sûrement d’une arnaque.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture

L’arnaque aurait déjà fait des centaines de victimes aux quatre coins de la France. Depuis plus d’un an, des escrocs usurpent l’identité de notaires et font miroiter de juteuses assurances vie.

Le mode opératoire est bien ficelé. Les aigrefins repèrent les proches d’une personne récemment décédée en épluchant les avis de décès. Ils les contactent, par téléphone ou par mail, en se présentant comme notaires et leur font croire qu’ils sont bénéficiaires, dans le cadre de la succession, d’un contrat d’assurance vie de plusieurs centaines de milliers d’euros.

Pour être crédibles, les escrocs prennent l’identité de notaires en exercice. « Ces pseudo-notaires ne manquent pas d’imagination, usurpent des logos d’études… Certains disposent même d’un site internet et d’une plateforme téléphonique pour répondre à la victime », explique Richard Levionnois, président de la chambre des notaires d’Ille-et-Vilaine, au journal Ouest-France.  Ils n’hésitent pas aussi à transmettre de faux documents signés du nom du vrai notaire.

Dans un premier temps, ils indiquent qu’ils sont besoin de documents d’identité (justificatif d’identité et de domicile) et de la signature d’un protocole de confidentialité. Puis, au bout de quelques échanges, ils réclament le versement d’un acompte de 5 % pour pouvoir débloquer le capital. Et une fois l’argent versé, les escrocs disparaissent.

Des pertes allant jusqu’à 20 000 €

Apparue au début de la crise sanitaire, l’arnaque a pris de l’ampleur et sévit partout en France. La Chambre des notaires des Landes, Pyrénées-Atlantiques et Hautes-Pyrénées rapporte, par exemple, avoir reçu, au mois de décembre, une quinzaine de signalements en une semaine.  D’après Le Parisien, plusieurs enquêtes sont actuellement en cours au Mans et dans la Sarthe ; plus d'une quinzaine de plaintes ont été déposées en Loire-Atlantique ; la chambre des notaires de Rennes (Ille-et-Vilaine) comptabilise « une dizaine de victimes, dont certaines qui ont versé entre 10 000 et 20 000 euros aux escrocs ».

Comment réagir pour ne pas se faire escroquer ?

Aussi, redoublez de vigilance si vous recevez ce genre de sollicitation. Ne communiquez jamais vos informations personnelles et vérifiez l’identité de votre interlocuteur en consultant l’annuaire des notaires et en contactant la chambre notariale de votre département. Si un notaire peut avoir connaissance de la détention d’un contrat d’assurance vie par un défunt, il ne peut pas être en possession des fonds. Seul l’organisme auprès duquel le placement a été souscrit peut débloquer le capital.

Si malgré tout, vous êtes victime de l’escroquerie, présentez-vous au commissariat ou à la gendarmerie la plus proche en communiquant tous les éléments factuels utiles (copies des mails, enregistrements des échanges téléphoniques, somme totale perdue, ordre de virement, etc.).

A lire aussi