Arnaque : gare aux faux sites de banques en ligne

L’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) alerte le public sur la duplication en masse de faux sites de banques en ligne.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© honglouwawa

L’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), le gendarme français de la finance, s’alarme d’une multiplication des sites frauduleux de banques en ligne. Tous les jours, de nouveaux apparaissent. Créés quasi à l’identique des véritables sites de banques en ligne, ils se présentent sous des noms différents ou avec quelques variations (URL différent, coloris ou variation dans l’usage de certaines photos…). Beaucoup usurpent certains éléments d’état civil des banques autorisées comme le code interbancaire ou l’adresse. Les sites font également « assez souvent état de partenariats avec des banques agréées ou d’autres informations trompeuses destinées à rendre leur offre attrayante », relève l’ACPR.

Pour le seul mois de septembre, l’Autorité a ajouté 60 nouveaux sites frauduleux à sa liste noire des sites ou entités proposant des crédits, des livrets d’épargne, des services de paiement ou des contrats d’assurance sans y être autorisés. « Cette ligne n’a pas vocation à être exhaustive » et est amenée à être régulièrement mise à jour.

Comment repérer les sites frauduleux ?

Avant toute souscription, l’ACPR recommande de vérifier que le site ne figure pas sur la liste noire. Attention, s’il n’y est pas, cela ne signifie pas pour autant qu’il est autorisé à proposer des crédits ou livrets d’épargne. Pour le savoir, il faut consulter le registre des agents financiers agréés registre en ligne des agents financiers agréés (entreprises françaises et étrangères, autorisées à exercer des activités financières en France) ainsi que le site Internet de l’ORIAS, organisme chargé de tenir le registre des intermédiaires. Si le site n’y figure pas, ne donnez pas suite.

Le gendarme français de la finance rappelle également qu’ « aucun discours commercial ne doit faire oublier qu’il n’existe pas de rendement élevé sans risque élevé » et qu’il ne faut jamais verser d’argent pour l’obtention d’un prêt ou le déblocage de fonds.

Dans le cas où vous avez été victime d’une offre frauduleuse, déposez plainte rapidement sur le site https://www.pre-plainte-en-ligne.gouv.fr/. Vous pouvez obtenir des conseils en contactant la plateforme Info-escroqueries au 0 805 805 817 (service et appel gratuits du lundi au vendredi de 9h à 18h30).

Où signaler l’escroquerie ?

Vous pouvez également signaler l’escroquerie à :

- la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes au 3939 (0,15 €/mn + prix de l'appel, du lundi au vendredi de 8h30 à 18h15) ou sur le site Internet https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/contacter-dgccrf

- l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution en remplissant le formulaire de transmission d’information (secteur bancaire) sur le site acpr.banque-france.fr ;

- sur le portail officiel de signalement du ministère de l’Intérieur, www.internet-signalement.gouv.fr.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :