Amazon, CDiscount, AliExpress, Wish... Les prix vont fortement augmenter chez ces e-commerçants

L'information est révélée par nos confrères de Capital : une nouvelle réglementation européenne en matière de contrôle des petits colis en provenance de pays situés hors de l'UE risque de faire fortement grimper les prix chez les géants du e-commerce. 

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© AdrianHancu

Acheter sur internet est d’une facilité déconcertante : on se connecte à son site de e-commerce préféré : Amazon, CDisount voire même AliExpress ou Wish, on choisit ses articles et il ne reste plus qu’à régler le paiement et la livraison. C’est fait ! Et tout ça à moindre coût. Du moins, jusqu’à maintenant.

En effet, les prix renseignés sur les plateformes de ces géants de la vente en ligne risquent de connaître une forte hausse. Une augmentation estimée de 20 à 30 % selon nos confrères de Capital, qui relaient l’information. En cause ? Le renforcement du système de contrôle des colis de la Commission européenne. Une nouveauté qui ne va pas faire le bonheur des consommateurs européens.

Les petits colis particulièrement visés

Jusqu’alors, les petits envois d’une valeur inférieure à 22 € en provenance d’un pays extérieur à l’Union européenne (Chine, États-Unis, Royaume-Uni…) bénéficiaient d’une exonération de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA). Une situation qui va changer dans les années à venir en raison de la mise en place d’un projet européenne baptisé Import Control System 2 qui vise à mieux contrôler les envois rapides effectués par avion. Ceux-ci seront assujettis à la TVA dès le 1er juillet 2021.

L’ensemble du fret aérien sera concerné dès le 1er mars 2023 avant que toutes les marchandises de faible valeur arrivant dans l'Union européenne par voie maritime, routière ou ferroviaire ne soient concernées dès le 1er mars 2024. De quoi voir la fin des bons plans chez les géants du e-commerce à commencer par Amazon, plateforme sur laquelle environ 58 % des produits à la vente sont proposés par des vendeurs tiers, selon Capital.

Une fraude massive à la TVA

Toujours selon nos confères, de nombreux vendeurs installés en Asie, et plus particulièrement en Chine, déclaraient jusqu’alors leurs envois en Europe comme pièces détachées ou échantillons d’une valeur inférieure à 22 euros. Résultat : 98 % de ces vendeurs asiatiques identifiés sur les plateformes de e-commerce n’étaient pas immatriculés à la TVA dans l’Hexagone, selon Bercy.

Amazon et AliExpress se sont d’ores et déjà engagés à respecter la réglementation européenne en matière de vente, de taxe et de déclaration douanière, selon les propos recueillis par Capital.

A lire aussi

Partager cet article :