Apprentissage : autorisé jusqu’à 30 ans dans sept régions

Le gouvernement poursuit son action en faveur de l’apprentissage. Dans sept régions tests, il va être possible d’être apprenti jusqu’à l’âge de 30 ans.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
Pendant trois ans, sept régions vont expérimenter la possibilité d'entrer en apprentissage jusqu'à 30 ans.
Pendant trois ans, sept régions vont expérimenter la possibilité d'entrer en apprentissage jusqu'à 30 ans. Pendant trois ans, sept régions vont expérimenter la possibilité d'entrer en apprentissage jusqu'à 30 ans.

A partir du 1er janvier, sept régions expérimenteront pendant trois ans la possibilité d’entrer en apprentissage jusqu’à 30 ans, selon un décret publié samedi 31 décembre au Journal officiel. Ce mode de formation en alternance est normalement ouvert aux jeunes qui ont entre 16 et 25 ans. Des dérogations permettent toutefois de commencer dès 15 ans ou de repousser l’âge limite à 30 ans.

Sont concernés par l’article 77 de la loi Travail : la Bretagne, la Bourgogne-Franche-Comté, le Centre-Val de Loire, le Grand Est, les Hauts-de-France, la Nouvelle-Aquitaine et les Pays de la Loire.

Déroger à la taxe d’apprentissage

Par ailleurs, la Bretagne et les Hauts-de-France vont également expérimenter, à partir du 1er janvier, la possibilité de déroger aux modalités d’affectation des fonds de la taxe d’apprentissage, prévue dans l’article 76 de la loi Travail. La taxe d’apprentissage, qui sert au financement des formations technologiques et professionnelles, est un impôt dû par les entreprises.

A l’issue de ces deux expérimentations qui se termineront le 31 décembre 2019, chaque région devra adresser un bilan à l’Etat. Le gouvernement remettra ensuite un rapport au Parlement, avant le 1er juillet 2020, qui précisera, le cas échéant, les conditions de leur généralisation.

Donner de l’apprentissage une meilleure image

A travers ces mesures, le gouvernement souhaite favoriser l’apprentissage pour lutter contre le chômage des jeunes. Il s’était d’ailleurs fixé comme objectif d’ici à 2017 la formation de 500 000 apprentis. Les entreprises plébiscitent l’apprentissage mais « certains jeunes et leurs familles la perçoivent toujours comme une orientation par défaut », explique le Ministère du Travail. Pourtant, « sept jeunes sur dix trouveraient un emploi dans les six mois à l’issue de leur formation ».

A lire aussi

Partager cet article :