Airbnb : les amendes pour location illégale à Paris explosent

La chasse aux fraudeurs Airbnb dans la capitale s’intensifie. Au premier semestre 2017, 31 propriétaires ont écopé en tout de 615 000 euros d’amendes, bien plus qu’en 2016.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
31 propriétaires ont été condamnés parce qu'ils n'avaient pas déclaré leur location.
31 propriétaires ont été condamnés parce qu'ils n'avaient pas déclaré leur location.

Les amendes pour location illégale de meublés touristiques à Paris ont bondi en 2017. Pour les six premiers mois de l’année, 31 loueurs parisiens de la plateforme de location touristiqueAirbnb ont été condamnés en justice à verser à la ville 615 000 euros d’amendes, a rapporté Le Parisien vendredi 11 août. L’an dernier, pour la même période, les amendes s’étaient élevées à « seulement » 45 000 euros, soit 13 fois moins.

Les 31 propriétaires ont été condamnés par le tribunal d’instance parce qu’ils n’avaient pas déclaré leur location à la ville et avait dépassé les cent vingt jours de location autorisés par la loi. L’explosion des condamnations et des amendes en un an ne résulte pas d’une hausse des locations illégales, mais s’explique par un renforcement des contrôles.

Par ailleurs, depuis novembre 2016, le montant maximal de l’amende a été relevé à 50 000 euros, contre 25 000 auparavant. A Paris, la moyenne des amendes est ainsi passée de 10 000 euros en 2016 à 20 000 euros cette année.

Premiers visés : les multipropriétaires

Pour arrêter les fraudeurs, la Direction du logement et de l’habitat (DLH) mène une enquête minutieuse. Au total, 25 agents sont chargés d’opérer à Paris. « On ne fait pas la chasse aux Parisiens qui louent leur appartement pour mettre du beurre dans les épinards », explique au Parisien Ian Brossat, adjoint (PCF) d’Anne Hidalgo (PS) chargé du logement. « Ce qu’on cible, ce sont ces multipropriétaires qui, sciemment, choisissent de transformer des logements en machines à cash ».

Et la traque des fraudeurs va encore se renforcer. En octobre, les propriétaires loueurs de meublés à destinations des touristes devront se déclarer sur le site de la Ville de Paris afin d’obtenir un numéro qui devra figurer sur leur annonce, qu’elle soit diffusée sur Airbnb ou une autre plateforme numérique. Le décret qui doit définir les sanctions encourues n’est pas encore paru.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :