4 chiffres clés qui montrent que les chômeurs recherchent bien un travail

Seuls 12 % des chômeurs ayant fait l’objet d’un contrôle aléatoire par Pôle emploi ont été radiés « pour insuffisance de recherche », indique la Direction des statistiques, des études et de l’évaluation de l’organisme. 
2mn de lecture
Pôle emploi se livre en moyenne à quelque 12 000 contrôles chaque mois.
Pôle emploi se livre en moyenne à quelque 12 000 contrôles chaque mois.

La plupart des chômeurs sont bien en quête d’un travail : tel est le principal enseignement à tirer d’une enquête publiée lundi 20 août par Pôle emploi.

88 %

C’est le taux de chômeurs « ayant fait l’objet un contrôle aléatoire » déclenché en 2016, « qui ont justifié de leur recherche d’emploi ou ont été remobilisés », indique la Direction des statistiques, des études et de l’évaluation de l’organisme.

12 %

C’est le taux de demandeurs d’emploi qui ont donc été radiés « pour insuffisance de recherche d’emploi ».

Mais « des différences de comportement s’observent en fonction du statut d’indemnisation », précise l’administration. Ainsi, lors de contrôles aléatoires, l’insuffisance de recherche d’activité est constatée pour :

  • 8 % des demandeurs d’emploi indemnisables par l’assurance-chômage ;
  • 15 % des demandeurs d’emploi indemnisables par le régime de solidarité ;
  • 19 % des demandeurs d’emploi non indemnisables.

20 000

C’est le nombre approximatif total de chômeurs radiés, soit 14 % de l’ensemble des chômeurs contrôlés dans le cadre d’un contrôle initié en 2016, aléatoire ou non.

« La quasi-totalité de ces radiations (97 %) ont été prononcées pour une durée de 15 jours. Elles ont été suivies d’une réinscription du demandeur d’emploi dans les deux tiers des cas », expliquent les auteurs.

303 400

C’est le nombre de « contrôles de la recherche d’emploi, soit environ 12 000 contrôles en moyenne chaque mois », menés entre novembre 2015 et décembre 2017 par 215 conseillers Pôle emploi. Les résultats ont nourri l’enquête.

Comme le rappellent les auteurs, après « une expérimentation visant à tester le principe d’une dissociation des activités de contrôle et des activités d’accompagnement, Pôle emploi a mis en place des équipes de conseillers dédiés au contrôle ».

Un durcissement des sanctions

Le projet de loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel, soumis au Conseil constitutionnel après son adoption le 1er août par le Parlement, prévoit de modifier les règles de radiation des chômeurs des listes de demandeurs d’emploi. Un décret doit fixer un nouveau barème de sanctions.

« Les radiations pour absence à rendez-vous avec le conseiller, qui représentent aujourd’hui près de 70 % des motifs de sanction, verront leur durée réduite par quatre (15 jours au lieu de 2 mois), tandis que les radiations consécutives à une insuffisance de recherche d’emploi seront allongées » à un mois, a prévenu Muriel Pénicaud en mars dernier.

La ministre du Travail a par ailleurs annoncé une hausse du nombre de conseillers en charge du contrôle, qui atteindra « 600 d’ici le premier semestre 2019 » et 1 000 en 2020.

df
Timour Aggiouri
Publié le

Immobilier, droit du travail, retraite...

Besoin d'une réponse personnalisée ?

Nos experts sont là pour vous accompagner

J'appelle

Du lundi au samedi de 9h à 20h.

0,15 € TTC / minute depuis la France métropolitaine.

Je pose ma question

C'est tout nouveau ! Votre réponse personnalisée sous un délai maximum de 48h.

Plus d'actus