Santé : la consultation de repérage de l’autisme est remboursée à 60 euros

Santé : la consultation de repérage de l’autisme est remboursée à 60 euros
La consultation de repérage de l’autisme chez le médecin généraliste ou le pédiatre est remboursée à 60 euros. - © Daniela Jovanovska-Hristovska

En cas de suspicion d’autisme chez un enfant, les médecins généralistes et les pédiatres peuvent désormais réaliser une consultation longue, à un tarif de référence fixé à 60 euros par la Sécurité sociale.

Aujourd’hui, les 0-5 ans représentent seulement 34,5 % du total des diagnostics précoces de trouble du spectre de l’autisme (TSA) en France, selon les données d’activité des Centres de ressources autisme (CRA), alors que la Haute autorité de santé recommande une intervention avant les 4 ans de l’enfant.

Afin de faciliter le repérage des troubles du spectre de l’autisme dès le plus jeune âge, les médecins généralistes et les pédiatres peuvent, depuis le 11 février, effectuer une consultation longue. Le tarif de référence de la Sécurité sociale est de 60 euros, remboursé à 70 % par l’Assurance maladie et à 30 % par les complémentaires santé.

« Cette consultation vise à réduire le délai de diagnostic de l’autisme pour éviter l’errance des familles et faire en sorte que l’enfant bénéficie des accompagnements nécessaires pour favoriser son développement », souligne Claire Compagnon, la déléguée interministérielle à la stratégie nationale pour l’autisme au sein des troubles du neuro-développement.

Repérer les signes d’alerte de l’autisme

Au cours de la consultation, le médecin généraliste ou le pédiatre chercheront à repérer les signes d’alerte de l’autisme chez un enfant, notamment en termes de communication sociale et de langage. L’absence de babillage, de pointage des objets à distance ou d’autres gestes sociaux comme faire coucou ou au revoir à partir de 12 mois doivent alerter, tout comme l’absence de mots à 18 mois et au-delà ainsi que l’absence d’association de mots hors de la répétition stricte des derniers mots de l’interlocuteur à 24 mois et plus. Les médecins pourront s’appuyer sur des questionnaires adaptés validés par la communauté internationale et disponibles en France.

A LIRE AUSSI :

- Autisme : de nouvelles technologies pour mieux communiquer

- Autisme : un robot va détecter les symptômes dans des crèches

Immobilier, droit au travail, retraite...
Besoin d’une réponse personnalisée ?
Nos experts sont là pour vous accompagner.

J'appelle au 0 890 712 713

Du lundi au samedi de 9h à 20h.
0,15 €TTC / minute depuis la France métropolitaine.

Je pose ma question

C’est tout nouveau ! Votre réponse personnalisée sous un délai maximum de 48h.

X