Qui sont les personnes surendettées ?

Qui sont les personnes surendettées ?
En 2018, les commissions de surendettement de la Banque de France ont déclaré recevables les dossiers de 147 853 ménages. - © marjan4782

La Banque de France fait état d’une baisse du nombre de cas de surendettement en 2018, dans un rapport paru mardi qui dessine le profil des personnes souffrant de cette situation.

L’impossibilité de régler ses dettes d’origine non professionnelle. Les situations de surendettement, telle que définies par le Code de la consommation (article L. 711-1), sont moins nombreuses. La Banque de France révèle, dans un rapport publié mardi 5 février, une baisse du volume de cas déclarés recevables par ses commissions de surendettement en 2018 : 147 853 ménages ont obtenu une telle mesure, un niveau plancher record depuis 2008, année du début de la crise économique, remarque le quotidien Le Figaro.

Des personnes pauvres

« Plus d’une personne surendettée sur deux (parmi les débiteurs, codébiteurs et personnes à charge) fait partie d’un ménage vivant » avec des ressources inférieures au seuil de pauvreté », (un peu plus de 1 000 € pour une personne seule), indique l’institution monétaire.

La Banque de France rapporte une concentration croissante du surendettement « sur une population pauvre ou aux ressources insuffisantes pour faire face aux dépenses courantes du ménage ».

Des employés, des ouvriers et des personnes sans activité

Leur poids parmi les personnes surendettées est plus important que dans l’ensemble de la population. Selon l’institution, 32,9 % des débiteurs concernés sont des employés, 22,2 % des ouvriers et 27,1 % n’ont pas d’activité.

Des familles monoparentales

Dans 68 % des situations, la personne surendettée n’a pas de conjoint ou en est séparé. Les personnes seules avec enfant sont surexposées au risque de surendettement : 21,6 % des ménages touchés sont des familles monoparentales. Les familles de ce type ne représentent que 8,7 % des foyers résidant dans le pays.

La Banque de France considère « la séparation » comme « l’un des facteurs qui aggravent le risque de surendettement ».

Une progression du surendettement des plus de 65 ans

Les personnes âgées de plus de 65 ans représentaient l’année dernière 11,6 % des débiteurs surendettés, contre 7,7 % en 2013.

« Mais comme cette proportion est très inférieure à celle des personnes de 65 ans et plus dans la population française, les seniors restent moins exposés au risque de surendettement que le reste de la population », analyse la Banque de France.

Le surendettement est autrement plus fréquent « dans les tranches d’âge 35-44 ans et 45-54 ans, dans lesquelles se trouvent respectivement 24,5 % et 26,6 % des surendettés ».

Un montant dû inférieur à 115 000 €

Pour 90 % des ménages surendettés, toutes dettes confondues, le montant dû est inférieur à 115 000 €, l’endettement médian s’élevant à 19 426 €. Cela signifie que la moitié des ménages surendettées doivent une somme inférieure, la moitié une somme supérieure.

L’endettement médian hors dettes immobilières atteint 16 812 €.

Ces dettes sont présentes dans 14,5 % des situations de surendettement. 

Une capacité de remboursement absente ou faible

En 2018, 49,6 % des foyers touchés ne disposaient d’aucune capacité de remboursement. « Cette proportion est en amélioration par rapport à l’année 2013 » (54 %), explique la Banque de France.

Pour plus de 29 % des ménages surendettés, la capacité de remboursement est inférieure à 450 € par mois.

  • Vous souhaitez consulter l’enquête ? Cliquez ici.

> À LIRE AUSSI

Les banques s’engagent à ne pas augmenter les frais bancaires en 2019

Trouver le meilleur crédit immobilier