Qui sont les personnes surendettées ?

Qui sont les personnes surendettées ?

La population des ménages surendettés est caractérisée par une prédominance de personnes seules, âgées de 35 à 55 ans, ayant le statut de locataire et qui travaillent. Des chiffres issus de l’étude de la Banque de France pour 2011.

En 2011, les personnes surendettées étaient le plus souvent célibataires, veufs ou divorcés (64,2 %), et sans personne à charge (51,8 %).

Les 35 à 54 ans sont les plus représentées (53,3 %) même si dans 23,6 % des cas, les surendettés sont âgés de 55 ans et plus, reflétant ainsi une tendance au vieillissement de la population surendettée.

La part des personnes surendettées ayant le statut de locataires demeure très largement majoritaire : 78,6 %, sachant que 10,8 % des personnes surendettées sont hébergées ou occupent leur logement à titre gratuit.

47,6 % sans emploi

En matière d’emploi, il ressort que 25,6% des personnes surendettées sont au chômage, 11,7 % n’ont pas de profession, et 10,3 % se trouvent sans activité (invalidité, congé maladie de longue durée, congé parental notamment). D’un point de vue socioprofessionnel, ce sont les employés (35,1 %) et les ouvriers (24,5 %) qui demeurent les plus représentés dans les dossiers de surendettement.

Concernant les ressources, 48,7 % ont des ressources mensuelles inférieures ou égales au Smic et 10,7 % d’entre eux des ressources inférieures ou égales au RSA socle pour deux personnes.

Le niveau de ressources des personnes surendettées reste donc faible, ce qui affecte les capacités de remboursement. Ainsi, plus d’un dossier sur deux (52,5% en 2011 contre 55,8% en 2010) demeure caractérisé par une absence de capacité de remboursement.

Le poids des crédits à la consommation

Le surendettement résulte généralement de dettes à la consommation et d’arriérés de charges courantes. Mais on note en 2011 une augmentation de la part des dossiers comportant un endettement immobilier (8,7% en 2011 contre 7,2% en 2010) consécutif à l’acquisition d’un bien ou à la réalisation de travaux.

Enfin, la part des crédits renouvelables reste très importante (78 % des dossiers), mais on note une diminution de la part en valeur de ce type de crédits dans l’endettement global (de 40,1 % en 2010 à 34,6 % en 2011) et parallèlement, une augmentation de la part relative des prêts personnels (de 20,8% en 2010 à 22,7% en 2011).