Quels sont les motifs de départ à la retraite des salariés du privé ?

Quels sont les motifs de départ à la retraite des salariés du privé ?
Les départs des futurs retraités les plus modestes sont plus contraints. - © baona

Parmi les nouveaux retraités du régime général, les départs des plus modestes sont davantage contraints, relève une étude du service statistique du ministère des Affaires sociales. 

Quelles sont les raisons du départ des nouveaux retraités du régime général ? Dans son étude publiée le 2 novembre dernier, la direction de la recherche et des études statistiques du Ministère des Affaires sociales (Drees) a enquêté sur leurs motivations du départ.

Motif premier : bénéficier du taux plein

Pour 76 % des nouveaux retraités, la première raison citée pour motiver son départ est d’avoir atteint l’âge leur permettant de bénéficier du taux plein. La deuxième, citée dans 73 % des réponses, est d’avoir atteint l’âge pour liquider ses droits. La troisième, celle de profiter de la retraite le plus longtemps, a influencé 71 % des nouveaux retraités.

Des départs plus contraints pour les plus modestes

« L’atteinte de l’âge légal de départ à la retraite, les problèmes de santé et les licenciements sont des facteurs plus déterminants pour les personnes du régime général percevant une faible pension  que pour les autres lors de leur départ », souligne l’étude. A l’inverse, pour les retraités au quart des pensions les plus élevées, « l’atteinte du taux plein et le désir de profiter de la retraite le plus longtemps possible » les ont influencés davantage.

Des motivations plus diverses pour les plus aisés

Dans l’enquête, 90 % des anciens salariés du privé mentionnent au moins un motif lié au droit à une pension, 80 % un motif lié au travail et 75 % un motif personnel. Mais les retraités les plus aisés avancent davantage de motifs de départ que ceux aux pensions les plus modestes. Les retraités du premier quartile de pensions, ceux dont le montant de pension est le plus faible, invoquent moins de motifs que ceux des quartiles de pensions plus élevés. « Ils expriment qu’ils ont moins de liberté de choix dans leur départ à la retraite que les plus aisés », note la Drees.

La majorité des nouveaux retraités à faible pension ne sont pas en emploi au moment de la liquidation de leurs droits, souligne l’étude. Ces derniers partent à la retraite en moyenne à 62,5 ans. Soit un an et demi de plus que les autres retraités. « Beaucoup attendent 65 ans pour partir à la retraite afin de bénéficier du taux plein et du minimum contributif », ajoute la Drees.

Les futurs retraités modestes prolongent leur activité pour des raisons financières

Les retraités qui ne sont pas partis dès que possible invoquent « la possibilité de garder un salaire ou une rémunération pendant encore quelques années ». Puis, 65 %  mentionnent ensuite « l’intérêt de l’emploi et des conditions de travail » et 61 % d’entre elles évoquent « le souhait d’accroître la pensions de retraite future en augmentant les droits ».

L’auteur de l’étude indique que « les retraités les moins aisés disent plus souvent que les motivations financières ont beaucoup compté (33 % contre 23 % pour augmenter la retraite, 42 % contre 26 % pour conserver le salaire) quand les retraités les plus aisés disent plus souvent l’intérêt de l’emploi et des conditions de travail a beaucoup compté (45 % contre 27%). » En ajoutant: « les retraités les plus aisées déclarent également davantage qu’ils n’étaient pas prêts pour devenir retraités ». 

Immobilier, droit au travail, retraite...
Besoin d’une réponse personnalisée ?
Nos experts sont là pour vous accompagner.

J'appelle au 0 890 712 713

Du lundi au samedi de 9h à 20h.
0,15 €TTC / minute depuis la France métropolitaine.

Je pose ma question

C’est tout nouveau ! Votre réponse personnalisée sous un délai maximum de 48h.

X
Et aussi sur Dossier familial