Pourquoi les enseignants manifestent contre la réforme du collège

Pourquoi les enseignants manifestent contre la réforme du collège
La réforme du collège s'appliquera dès septembre 2016. - © Christopher Futcher

Mardi 26 janvier 2016, des professeurs du secondaire manifestent dans les rues pour demander l’abrogation de la réforme du collège, annoncée en mars dernier. Voici ce qui leur pose problème dans cette réforme qui doit entrer en vigueur à la rentrée scolaire 2016. 

Une trop grande autonomie accordée aux chefs d’établissements

Les professeurs de collège en grève ce mardi dénoncent la trop grande autonomie qu’accorde la réforme aux établissements. Chaque collège devra décider de 20 % du volume horaire des emplois du temps, soit quatre heures par semaines. Ces temps pourront être destinée à du travail en petits groupes, à de l’accompagnement personnalisée et à des enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI). Pour la ministre de l’Éducation, Najat Vallaud-Belkacem, cela permet de mieux s’adapter aux besoins des élèves. Pour beaucoup d’enseignants hostiles à la réforme, cela favoriserait un collège plus inégalitaire, à deux vitesses.

Des questions sur les enseignements pratiques interdisciplinaires

Les enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) suscitent beaucoup de crispations. Les EPI englobent plusieurs matières autour d’un même projet autour de huit thèmes pré-définis : du « développement durable » à la « citoyenneté », en passant par les « langues et cultures de l’Antiquité ». Dès septembre prochain, les EPI feront partie de l’emploi du temps des 5e et 4e à raison de deux heures par semaine et trois heures en 3e et des obligations de services des enseignants.

Des professeurs ont peur que les EPI empiètent sur les heures consacrées aux disciplines au détriment du programme. Ces enseignements transversaux demanderont également beaucoup de travail collectif à l’équipe pédagogique.

Les syndicats opposés à la réforme préfèrent garder le prinicipe d’une heure, une classe, une matière.

Les classes bilangues

Finalement, les classes bilangues seront maintenues, mais uniquement pour les élèves de 6e ayant appris une autre langue que l’anglais en primaire, a annoncé vendredi Najat Vallaud-Belkacem.

Certains rectorats ont gardé leurs classes bilangues, d’autres non. Ce que dénoncent les syndicats. La question de la formation des enseignants de primaire à d’autres langues que l’anglais a été soulevée par des forces syndicales.

Latin et grec

Ces langues anciennes seront enseignées via l’EPI  « Langues et cultures de l’Antiquité ». Les éléments fondamentaux des apports des langues anciennes seront intégrés dans les cours de français. Un cours de complément sera propsoé à ceux qui souhaitent approfondir : une heure en 5e ; deux heures en 4e et en 3e. Près d’une heure par niveau sera soustraite par semaine.

Immobilier, droit au travail, retraite...
Besoin d’une réponse personnalisée ?
Nos experts sont là pour vous accompagner.

J'appelle au 0 890 712 713

Du lundi au samedi de 9h à 20h.
0,15 €TTC / minute depuis la France métropolitaine.

Je pose ma question

C’est tout nouveau ! Votre réponse personnalisée sous un délai maximum de 48h.

X