Logement étudiant : les prix ne cessent de grimper

Logement étudiant : les prix ne cessent de grimper

Le dernier baromètre du site location-etudiant.fr relève que les prix continuent de flamber dans les principales villes universitaires pour le logement des étudiants. Cette hausse intervient alors que le gouvernement annonce la création de 8000 logements par an sur cinq ans réservés aux étudiants : une goutte d’eau alors que le nombre des postulants ne cesse de grimper. En France, le nombre d’inscrits dans l’enseignement supérieur pourrait bientôt dépasser les 2,5 millions selon l’INSEE.

La récente publication du baromètre des loyers dans 14 villes universitaires françaises réalisé par le site spécialisé location-etudiant.fr, effectué sur la base de 16 500 annonces émanant de particuliers, de résidences pour étudiants et d’agences immobilières ne va pas mettre du baume au cœur des étudiants qui n’ont pas encore trouvé de logement à la veille de la rentrée 2012-2013.

Plus de 1000 euros pour un 2-pièces à Paris

673 euros par mois pour un studio, 1 121 euros pour un 2 pièces, se loger à Paris devient pour les étudiants un véritable casse-tête. La colocation permet à ceux qui peuvent partager un appartement plus grand et qui réussissent à poursuivre leurs études dans un univers forcément moins serein une porte de sortie moins onéreuse. Mais les autres sont obligés de mettre la main au portefeuille – ou du moins faire appel à leur famille et – c’est le cas le plus fréquent – trouver un travail de complément ou souscrire un prêt étudiant. Ou encore trouver une solution alternative moins chère (colocation solidaire chez une personne âgée par exemple).

Le Sud inflationniste

Les autres villes universitaires d’envergure ne sont pas beaucoup mieux loties. Juste derrière, Nice, Aix en Provence ou l’Ile de France (hors Paris) dépassent allègrement les 500 euros pour un studio, alors que les 2-pièces, dans ces mêmes villes, dépassent 700 voire 800 euros. Ces chiffres étant des moyennes relevées pour le mois d’août 2012, il est vraisemblable qu’elles cachent des situations encore plus onéreuses.

Pour ce qui est des studios, les cinq villes les moins chères sont Poitiers, Rouen, Nantes, Bordeaux et Strasbourg avec une moyenne de 393 euros, et Poitiers, Nantes, Rouen, Toulouse et Bordeaux pour les 2-pièces avec une moyenne de 533 euros.

Des croissances à deux chiffres

Si Nice est le champion de la croissance par rapport à 2011 pour le prix de studios (+5,98 %), Paris remporte la palme de la hausse des prix des 2-pièces avec une croissance de 12,32 % sur un an.

Les mesures de blocage des loyers prises par le gouvernement qui s’appliquent à tous les logements loués dans 38 villes de France vont contribuer à calmer ce marché où la loi de l’offre et de la demande est clairement en faveur des propriétaires. Il est à craindre que les mesures annoncées de mise en chantier de 8 000 logements par an pendant cinq ans ne puissent peser sur cette situation.

Immobilier, droit au travail, retraite...
Besoin d’une réponse personnalisée ?
Nos experts sont là pour vous accompagner.

J'appelle au 0 890 712 713

Du lundi au samedi de 9h à 20h.
0,15 €TTC / minute depuis la France métropolitaine.

Je pose ma question

C’est tout nouveau ! Votre réponse personnalisée sous un délai maximum de 48h.

X