Les retraites complémentaires, Agirc et Arrco, bientôt en faillite

Les retraites complémentaires, Agirc et Arrco, bientôt en faillite

Les régimes de retraites complémentaires, Agirc et Arrco, seront bientôt en cessation de paiement, selon la Cour des comptes, citée par le Parisien-Aujourd’hui en France. La Cour des comptes préconise le recul de l’âge légal de départ à la retraite à 64 ans.

Le régime de retraite complémentaire des cadres du secteur privé, l’Agirc, est en possible cessation de paiement d’ici fin 2017. Celui des non-cadres, l’Arrco, est lui aussi menacé à brève échéance.

C’est le constat alarmant dressé par la Cour des Comptes dans un rapport sur les retraites complémentaires Arrco et Agirc qui sera publié le 18 décembre prochain. Le Parisien-Aujourd’hui en France révèle cette information dans son édition du 15 décembre 2014.

Après dix années de bonne santé financière, les déficits s’accumulent tant depuis 2009 qu’à court terme quel que soit le scénario retenu, l’épuisement des réserves à échéance rapprochée semble inéluctable.

Conséquence : la Cour des comptes préconise de reculer l’âge légal de départ à la retraite à 64 ans. Aujourd’hui il est fixé à 62 ans pour les générations nées à partir de 1955.

Mauvaise gestion de l'Arrco et de l'Agirc

La Cour des comptes dénonce également une gestion de l’Agirc et de l’Arrco coûteuse et peu efficace en termes de service aux assurés.

La gestion serait coûteuse pour deux raisons :

  • Le nombre des institutions de retraite complémentaires qui composent l’Arrco et l’Agirc (AG2R la Mondiale, Humanis, Malakoff Médéric…) reste important, même s’il a quelque peu baissé;
  • Le volet Arrco et Agirc des entreprises n’est pas toujours traité dans le même groupe de protection sociale. Ainsi, 410 000 entreprises et près de 2,9 millions de salariés étaient encore gérés par deux groupes disctincts en 2012.

La gestion est jugée peu efficace en termes de service aux assurés pour deux raisons :

  • En 2012, près de 10 % des assurés Agirc et 20 % des assurés Arrco faisaient l’objet d’une liquidation erronée de leur pension. Dans les trois quarts des cas, tous régimes confondus, les erreurs se font au détriment des assurés ;
  • En 2013, le délai moyen de paiement dépassait cent jours dans certains centres de retraite.

Immobilier, droit au travail, retraite...
Besoin d’une réponse personnalisée ?
Nos experts sont là pour vous accompagner.

J'appelle au 0 890 712 713

Du lundi au samedi de 9h à 20h.
0,15 €TTC / minute depuis la France métropolitaine.

Je pose ma question

C’est tout nouveau ! Votre réponse personnalisée sous un délai maximum de 48h.

X