Les prix de l’immobilier ancien marquent un léger recul

Les prix de l’immobilier ancien marquent un léger recul
Les prix de l’immobilier ancien ont légèrement baissé entre janvier et juin. - © lovro77

Durant le premier semestre 2015, les montants des logements de plus de cinq ans ont diminué en moyenne de 2,1 %. Mais entre Paris, l’Ile-de-France et la province, les différences de prix au mètre carré sont fortes.

Vous souhaitez acheter un logement ancien (de plus de cinq ans) ? Les prix ont légèrement baissé entre janvier et juin, indique Guy Hoquet l’Immobilier dans une étude publiée lundi 29 juin. Selon le réseau d’agences, les montants ont reculé de 2,1 % sur un an, pour atteindre 175 516 € en moyenne.

Cette tendance cache de grands écarts entre les territoires. Les montants versés à Paris ont crû de 0,8 %, mais ils ont diminué de 2,2 % dans les autres départements de l’Ile-de-France et de 2,6 % en province.

Au premier semestre, 175 516 € permettaient d’acquérir un bien de 22 mètres carrés dans la capitale, de 55 mètres carrés dans le reste de la région francilienne et de 101 mètres carrés en province.

« Ce sont les zones les plus rurales qui ont le plus connu la baisse des prix » durant les six derniers mois, souligne Guy Hoquet l’Immobilier. Dans certains territoires isolés de « la vie économique », les prix ont chuté de 15-20 %.

Depuis 2009, le prix du mètre carré dans la capitale a bondi de 5 517 € à 7 865 €. Dans les communes de moins de 20 000 habitants, il s'est accru de… 21 €, à 1 997 €.

« Une fracture immobilière »

Dans une autre étude récente, le réseau d’agences Laforêt observe « une fracture immobilière qui ne se résorbe pas. […] En Bretagne et dans le Nord », les prix des biens anciens ont chuté de près de 10 % par rapport au premier semestre 2014. «  En Alsace, les prix des maisons et appartements connaissent une augmentation supérieure à 1 % », explique Laforêt.

Guy Hoquet l’Immobilier révèle, par ailleurs, une progression du nombre de ventes de 9,4 %.

Pour le reste de l’année 2015, il prévoit une stabilité des prix. Un point de vue qu’il justifie par la hausse des taux de crédit immobilier et par « la reprise de la confiance et de l’activité » économique.

Immobilier, droit au travail, retraite...
Besoin d’une réponse personnalisée ?
Nos experts sont là pour vous accompagner.

J'appelle au 0 890 712 713

Du lundi au samedi de 9h à 20h.
0,15 €TTC / minute depuis la France métropolitaine.

Je pose ma question

C’est tout nouveau ! Votre réponse personnalisée sous un délai maximum de 48h.

X