Le test avant une embauche peut durer « quelques heures ou quelques jours »

Le test avant une embauche peut durer « quelques heures ou quelques jours »
L’essai professionnel est indemnisé dans le domaine de la coiffure. - © PointImages

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, rappelle les principes de l’essai professionnel, dans une réponse à la question écrite d’un député.

Vous êtes candidat à un poste ? L’entreprise recruteuse peut vous proposer de passer un test ou essai professionnel, dont la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a rappelé les principes dans sa réponse, parue mardi 5 février au Journal officiel de l’Assemblée nationale, à la question écrite d’un député Les Républicains.

La loi ne contient aucune règle concernant le test, lequel, contrairement à la période d’essai, précède l’embauche. Mais « certains employeurs et salariés peuvent souhaiter vérifier l’adéquation avec le poste proposé avant de conclure un contrat de travail », indique Muriel Pénicaud à Aurélien Pradié.

En fait elle seule à l’initiative du test, l’entreprise s’assure ainsi de « la qualification et [de] l’aptitude du candidat à occuper l’emploi auquel il postule ».

Une indemnité dans le secteur de la coiffure

Dans certaines branches, les organisations syndicales et patronales ont encadré l’« utilisation » de l’essai professionnel « en limitant sa durée (quelques heures ou quelques jours) et en prévoyant une indemnité fixée sur la base de la rémunération minimale applicable pour l’emploi auquel postule le salarié », précise la ministre du Travail.

Par exemple, la convention collective de la coiffure plafonne à 1 journée la durée maximale du test et impose le versement d’une indemnité forfaitaire de déplacement représentant 7 fois le taux horaire minimum garanti du poste à pourvoir (article 7.1.1).

« La justification du recours à un essai professionnel et les conditions de sa mise en œuvre, notamment sa durée, dépendent […] de l’activité concernée », ajoute Muriel Pénicaud. En cas de litige, la justice est susceptible « de contrôler les abus » en veillant à ce « que le candidat n’a pas été placé dans des conditions normales d’emploi ».

  • Pour consulter le texte de la ministre du Travail, cliquez ici.

> À LIRE AUSSI

Période d’essai : tout ce qu’il faut savoir

CDD : tout ce que l’employeur vous doit

Et aussi sur Dossier familial