Le premier radar "double face" expérimenté

Le premier radar "double face" est installé, pour expérimentation, depuis le 12 décembre dans le Rhône, sur la départementale 301. 3 autres seront installés en janvier 2015. Aucun PV ne sera dressé pendant l'expérimentation.

Le radar "double face" photographie de face et de l'arrière les véhicules de tous types circulant au-dessus de la vitesse limite autorisée.

Deux types de modèles de radars "double face" vont être testés :

  • Un modèle avec cabine unique. Il est équipé de deux optiques orientées différemment, mais réunies dans un même équipement. Une première photographie est prise de l'avant du véhicule flashé puis la deuxième optique photographie l'arrière.

  • Un modèle avec cabine double. Une photographie de l'arrière du véhicule en infraction est prise par un premier équipement couplé à un deuxième appareil de prise de vue qui est, lui aussi, posé sur un mât. Les deux équipements, distants de quelques dizaines de mètres, prennent leur cliché respectif simultanément.

La modernisation du parc des radars

Actuellement, environ 38 % des messages d'infraction ne sont pas exploitables.

En flashant par l'avant et l'arrière, un meilleur taux d'élucidation des infractions est attendu.

La photographie de l'habitacle d'un véhicule prise de face devrait également permettre de dissuader les automobilistes de faire une fausse déclaration sur l'identité de la personne au volant au moment de l'infraction.

4 sites d'expérimentation

L'expérimentation d'un modèle de radar "double face" à cabine unique débute le 12 décembre à Feyzin dans le département du Rhône (69). Elle se poursuivra en janvier 2015, pour ce même modèle, sur la départementale 6 à Lacanau dans le département de la Gironde (33).

Le modèle à double cabine sera testé à partir de janvier 2015 à Saint-Laurent d'Arce en Gironde (33) sur la départementale 137 et à Nice sur la départementale 6098 dans le département des Alpes-Maritimes (06).

Pas de PV pendant l'expérimentation

L'expérimentation doit durer 3 mois, renouvelables si nécessaire. Même si ces équipements utilisent un flash visible, aucun avis de contravention ne sera établi, ce matériel n'étant pas encore homologué.

Si les résultats de l'expérimentation s'avèrent concluants, un déploiement pourrait être lancé en 2016.