L’aspartame « sans risque » ?

L’aspartame « sans risque » ?

La polémique semble éteinte. Les autorités sanitaires européennes viennent de trancher : l’aspartame, utilisé comme sucrant dans quantité d’ingrédients, serait sans risques pour la santé.

L’EFSA (autorité européenne de sécurité des aliments) vient de rendre un avis qui satisfait les producteurs de boissons sucrées utilisant massivement l’aspartame pour son pouvoir sucrant environ 200 fois supérieur à celui du sucre.

Pauvre en calories

Il s’agissait en effet de prendre position sur les dangers de la consommation de cet édulcorant de synthèse et ses produits de dégradation qui font depuis plus de trente ans l’objet de recherches approfondies (recherches expérimentales sur les animaux, recherches cliniques et épidémiologiques sur les humains).

Ce produit qui était autorisé à la vente depuis de nombreuses années a été de nouveau étudié dans le cadre d’un programme qui prévoit la réévaluation, avant 2020, de tous les additifs alimentaires ayant été autorisés dans l’Union européenne avant le 20 janvier 2009. Cette réévaluation de l’aspartame, qui devait à l’origine être finalisée au plus tard en 2020, a été avancée à 2013 à la suite d’une demande de la Commission européenne.

Une évaluation récente

Dans ce cadre, l’EFSA vient donc de rendre publique sa première évaluation complète des risques associés à l’aspartame. En voici les conclusions :

L’avis conclut que l’aspartame et ses produits de dégradation sont sûrs pour la population générale (y compris les nourrissons, les enfants et les femmes enceintes).

La dose journalière acceptable (DJA) actuelle de 40 mg/kg pc/jour constitue une protection adéquate pour la population générale et l’exposition des consommateurs à l’aspartame se situe bien en-dessous de cette DJA. Toutefois, chez les personnes souffrant du trouble médical phénylcétonurie (PCU), cette DJA ne s’applique pas étant donné qu’elles doivent respecter strictement un régime alimentaire faible en phénylalanine (un acide aminé constitutif de protéines présentes dans beaucoup d’aliments).