Jeux vidéo : un picto signalera la présence de microtransactions

Jeux vidéo : un picto signalera la présence de microtransactions
Un logo préviendra les parents des achats intégrés dans les jeux vidéo. - © Milkos

Vous êtes lassés de ces jeux vidéo qui incitent aux micropaiements pour obtenir des bonus ou extensions ? D’ici à la fin de l’année, les jeux vidéo vendus en magasins et en ligne afficheront un pictogramme « achats intégrés » quand ils proposent cette possibilité.

De plus en plus de jeux vidéo sur mobile, ordinateur ou console, proposent un système de micropaiements. Moyennant quelques euros, les joueurs peuvent acheter un nouveau costume ou une nouvelle arme pour leur personnage, des niveaux d’expérience pour progresser plus vite, des vies supplémentaires, etc.

Pour avertir les consommateurs et en particulier les parents de l’existence de ces achats optionnels, le système européen de classification des jeux, PEGI, a annoncé la création d’un nouveau logo. Ce dernier représente une main et une carte bancaire avec pour légende « achats intégrés ». Il sera apposé d’ici à la fin de l’année sur tous les jeux vidéo proposant des microtransactions vendus en magasins et sur les plateformes de vente en ligne, excepté sur les applications achetées via l’Apple Store qui font déjà mention des achats intégrés.

> A LIRE : Escroquerie aux fausses applis mobiles bancaires : comment se protéger ?

Un logo pour informer les parents

« Pour un parent qui n’est pas entièrement familier avec l’univers des jeux vidéo, la présence de ce simple pictogramme sur l’emballage d’un jeu va l’inciter à garder un œil sur son utilisation, une fois le jeu acheté et entre les mains de son enfant. C’est une indication simple, mais qui répond aux attentes des parents qui ont parfois le sentiment de manquer d’information », explique Simon Little, directeur général de PEGI dans un communiqué. Un nouveau logo bienvenu, même si la majorité des parents semblent déjà gérer la question.

D’après une étude Ipsos Connect réalisée en mai 2018 en France, au Royaume-Uni, en Allemagne et en Espagne, deux sur cinq déclarent que leurs enfants dépensent de l’argent en jouant à des jeux vidéo. Dans 80 % des cas, ils passent un accord sur le montant de ces dépenses. Seuls 2 % reconnaissent n’exercer aucune surveillance.

14 pictogrammes PEGI

Ce pictogramme s’ajoute aux treize autres avertissements PEGI : les cinq qui précisent un âge minimum recommandé et les huit qui donnent une indication sur le contenu du jeu (violence, grossièreté, peur, sexe, drogues, jeux de hasard, discrimination, mode de joueur en ligne).

A LIRE AUSSI :

- Jeux vidéo sur smartphone : limiter les risques sur votre vie privée

- Internet et réseaux sociaux : quels risques de licenciement ?

- Compte Instagram piraté : comment protéger son compte ?

- Faire reconnaître une usurpation d’identité

Et aussi sur Dossier familial