Entreprises familiales : des successions mal préparées

Entreprises familiales : des successions mal préparées
Pour 76 % des dirigeants d’une entreprise familiale, le repreneur idéal est un membre de la famille. - © STEEX

Les trois-quarts des dirigeants d’une entreprise familiale veulent pérenniser le caractère familial de leur entreprise. Mais la majorité n’a pas de plan de succession bien défini.

76 % des dirigeants d’une entreprise familiale aimeraient que le repreneur soit un membre de la famille. Malgré ce souhait, la succession n’est pas assez anticipée et reste souvent mal préparée, d’après le deuxième baromètre* Deloitte sur les entreprises familiales réalisé par OpinionWay et paru vendredi 20 janvier.

Parmi les dirigeants qui ont identifié comme repreneur idéal un membre de leur famille, 83 % font ce choix pour « maintenir le caractère familial de l’entreprise ». Pour 19 % d’entre eux, cela permet également de « garder une influence dans la vie de l’entreprise ».

Ainsi, parmi les personnes interrogées, 38 % ont elles-mêmes rejoint l’entreprise pour « garantir la pérennité au sein de la famille ». 18 % y ont vu la possibilité de développer des projets à long terme et 12 % d’accéder à un poste de direction.

Expérience et intérêt, les principales caractéristiques du repreneur idéal

Pour les dirigeants actuels d’entreprises familiales, le repreneur idéal devrait avoir acquis de l’expérience au sein de l’entreprise (66 %), de l’intérêt pour l’affaire familiale (57 %), des aptitudes au leadership (56 %) et avoir connu d’autres expériences professionnelles (41 %).

Les dirigeants ont malgré tout conscience que le travail en famille comporte des freins : près de 65 % d’entre eux jugent que cela peut être une source de conflit et 34 % considèrent que cela confère une « responsabilité trop lourde ».

81 % rejettent l’idée d’ouvrir le capital de l’entreprise. En revanche, 86 % sont favorables à l’entrée de personnes externes à la famille au sein du Conseil d’administration ou du Directoire.

59 % des dirigeants n’ont pas préparé de plan de succession

Malgré cette volonté de perpétuer l’héritage familial, 59 % n’ont pas de plan de succession. Seuls 11 % en ont défini un et 22 % ont une charte familiale. Les raisons qui expliquent ce manque de préparation sont diverses : le poids de la fiscalité (18 %), l’absence d’un successeur motivé ou capable (16 %), les raisons intrafamiliales (16 %), les conflits au sein de la famille (11 %) ou encore la difficulté à faire un choix.

59 % ont tout de même déjà identifié un membre de la famille comme successeur et 67 % ont déjà pris des dispositions pour assurer la pérennité de l’entreprise comme la transmission de la nue-propriété ou la formation du repreneur désigné.

* Le baromètre a été réalisé par OpinionWay, auprès d’un échantillon de 100 dirigeants d’entreprises familiales réalisant un chiffre d’affaires supérieur à 5 millions d’euros par pas en octobre et novembre 2016. Pour consulter l’étude, cliquez ici.

Immobilier, droit au travail, retraite...
Besoin d’une réponse personnalisée ?
Nos experts sont là pour vous accompagner.

J'appelle au 0 890 712 713

Du lundi au samedi de 9h à 20h.
0,15 €TTC / minute depuis la France métropolitaine.

Je pose ma question

C’est tout nouveau ! Votre réponse personnalisée sous un délai maximum de 48h.

X