Électroménager : les étiquettes énergétiques embrouillent le consommateur

Électroménager : les étiquettes énergétiques embrouillent le consommateur
"Quand il choisit un réfrigérateur de classe A+, le consommateur, pensant faire un geste écologique, ignore acheter en réalité le plus énergivore !" explique l'UFC-Que Choisir. - © 97

L’association de consommateurs UFC-Que Choisir dénonce la non-conformité des étiquettes énergétiques des appareils électroménagers. Si peu de fabricants et distributeurs respectent la législation européenne, la classification, obsolète, entretient la confusion du consommateur. 

Un bel achat, ce réfrigérateur étiqueté « A+ ». Peu gourmand en énergie, d’après son étiquette verte labellisée, il ferait partie des meilleurs de la classe. Pourtant, l’appareil électroménager n’a rien d’une bonne affaire en terme d’économies d’énergie.

Une classification obsolète

En réalité, A+ c’est la note la plus basse de la classification des appareils électroménagers (réfrigérateurs, téléviseurs, machines à laver, four, aspirateur et sèche-linges). Car il n’existe plus de classement de B à G, seule une évaluation de A+ à A+++. Et, histoire d’entretenir la confusion, les « notes » B, C, D, E, F et G apparaissent toujours sur l’étiquette. « Résultat, quand il choisit un réfrigérateur de classe A+, le consommateur, pensant faire un geste écologique, ignore acheter en réalité le plus énergivore ! » explique l’association de consommateurs UFC-Que Choisir.

Suppression des classes A+, A++, A+++

D’après les enquêtes réalisées par le MarketWatch, un projet européen dont l’UFC-Que Choisir est membre, la classification actuelle est obsolète. L’UFC-Que Choisir « tire la sonnette d’alarme » et demande la suppression des classes supplémentaires A+, A++ et A+++. L’échelle de A à G devrait être uniformisée pour les produits obligés de porter une étiquette, réclame l’association de consommateurs.

Affichage en magasins absent dans un cas sur cinq

Parmi les 3 400 réfrigérateurs, téléviseurs, machines à laver, four, aspirateur et sèche-linges étudiés, plus d’un produit sur deux (56%) n’était pas conforme à la législation européenne en matière d’étiquetage énergétique. L’UFC-Que Choisir s’insurge des « résultats calamiteux » des enquêtes réalisées en France et en Europe en décembre 2013, décembre 2014 et avril 2015 en matière de respect de la réglementation européenne.

En magasins, sur les 2000 produits inspectés, 1 sur 5 n’affichait aucune étiquette. Près de 35% des fours n’avaient pas d’étiquettes énergétiques, de même pour 25% des téléviseurs et 21% des lave-vaisselles. « Les grandes surfaces respectent moins bien leurs obligations (1 produit sur 3 non étiqueté chez Auchan, 1 sur 4 chez Carrefour) que les magasins spécialisés (Boulanger, Darty et Conforama) avec 80% de produits correctement étiquetés (…) ».

Sur Internet, le constat est « effarant » autant pour les places de marché du type Rue du Commerce, CDiscount, Amazon, que pour les sites marchands des grandes enseignes (Darty, Auchan, Carrefour). Le taux de non-conformité est de 90%. « Le consommateur n’a d’autre choix que d’aller à la pêche s’il veut pouvoir comparer les produits entre eux », conclut l’UFC-Que Choisir. 

Immobilier, droit au travail, retraite...
Besoin d’une réponse personnalisée ?
Nos experts sont là pour vous accompagner.

J'appelle au 0 890 712 713

Du lundi au samedi de 9h à 20h.
0,15 €TTC / minute depuis la France métropolitaine.

Je pose ma question

C’est tout nouveau ! Votre réponse personnalisée sous un délai maximum de 48h.

X