Achats en ligne : fin du géoblocage en Europe

Achats en ligne : fin du géoblocage en Europe
Vous devez désormais pouvoir acheter ou louer des biens et services dans n’importe quel pays de l’UE aux mêmes conditions que les clients locaux. - © Zinkevych

Depuis lundi 3 décembre, les Européens doivent pouvoir effectuer leurs achats sur les sites de n’importe quel pays de l’Union européenne sans être bloqués ou redirigés vers la version locale du site.

Adopté en février dernier par les eurodéputés, le règlement mettant fin au blocage géographique dans le commerce en ligne dans l’Union européenne est entré en vigueur lundi 3 décembre.

Concrètement, cela signifie que les consommateurs français peuvent désormais acheter ou louer des biens et services dans n’importe quel pays de l’UE aux mêmes conditions que les clients locaux. Ils ne pourront plus être redirigés automatiquement vers la version locale du site visité, payer plus cher selon leur lieu de résidence ou être obligés de régler avec une carte de crédit émise dans un pays étranger.

Vers un lissage des prix en Europe

« Les consommateurs vont enfin pouvoir comparer les prix et acheter des produits partout en Europe », s’était félicité en février dernier dans un communiqué Monique Goyens, directrice générale du Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC). C’est en effet une grande avancée puisque le géoblocage était devenue la norme. Selon une étude de la Commission européenne de mai 2016, 63 % des sites Internet européens le pratiquaient. Il était ainsi fréquent pour la vente des appareils électroménagers (86 %) ou les réservations en ligne dans le secteur des loisirs comme les billets pour des événements sportifs (40 %).

En 2015, une enquête montrait que pour un même séjour à Disneyland Paris réservé sur Internet, une famille française payait en moyenne 865 €, contre 1 114 € si elle était espagnole, 1 204 € si elle était roumaine et 1 339 € si elle était italienne.

Les biens culturels sont exclus

Ces nouvelles règles concernent les achats d’électroménager, de billets de concert, de vêtements, les réservations d’hôtel ou encore les locations de voitures. En revanche, les biens culturels protégés par des droits d’auteur (musique téléchargeable, livres numériques) et les contenus audiovisuels sont pour le moment exclus.

Autre bémol : les vendeurs restent libres de livrer les produits dans les pays européens de leur choix.

Mais la législation pourrait par la suite évoluer. Une clause de révision a été introduite obligeant la Commission européenne à évaluer dans un délai de deux ans si l’interdiction du blocage géographique devrait être étendue aux biens culturels.

A LIRE AUSSI :
- Que faire en cas de commande non livrée ?
- Faire un achat en ligne en toute sécurité
- Les appels et SMS vers l’Europe coûteront bientôt encore moins cher
- Les cartes de fidélité sont-elles intéressantes