Le contrôle des seniors au volant, pour ou contre ?

Le contrôle des seniors au volant, pour ou contre ?

La France est l’un des seuls pays européens à ne pas avoir mis en place un contrôle médical d’aptitude à la conduite pour les seniors. Faut-il en imposer un ?

Certains troubles physiques ou mentaux rendent utile ce contrôle

Pour le contrôle des seniors au volant : Dominique Richter, président du Syndicat des médecins agréés pour le contrôle médical d’aptitude à la conduite

En France, il n’y a pas de relation de cause à effet entre âge et accidentologie. À l’étranger, aucun élément ne confirme qu’une visite médicale écarte le danger. Toutefois, cette mesure à sa raison d’être.

Même si les conducteurs âgés réduisent leur déplacement en voiture, les troubles de la vision ou de l’audition, les désordres cognitifs (démence, Alzheimer, Parkinson) peuvent rendre utile un tel contrôle. Il pourrait être effectué à l’âge de 75 ans.

Reste à déterminer les critères de dangerosité. Pour cela, le Syndicat des médecins agréés a établi une fiche qui recense les pathologies (sclérose en plaques, par exemple) nécessitant d’adapter sa conduite.

Destinée aux médecins libéraux, elle permet d’amorcer la discussion et d’envisager un contrôle médical chez un médecin agréé pour la conduite.

Une autre fiche grand public déposée en juin auprès des pharmaciens suscite la réflexion sur sa santé et la conduite automobile, afin de consulter si besoin.

Chaque conducteur peut évoquer ses problèmes de santé avec son médecin traitant

Contre le contrôle des seniors au volant : Christian Scholly, directeur général adjoint de l’Automobile club association

L’expérience de nos voisins européens qui imposent ce type de contrôle n’incite pas à s’aligner : en Italie et en Espagne, le médecin traitant donne le certificat sans véritable examen. C’est donc une simple formalité administrative.

Nous préférons que chaque conducteur, quel que soit son âge, évoque ses problèmes de santé avec son médecin traitant. Il peut alors recevoir des conseils et passer des examens complémentaires si nécessaire.

Par ailleurs, les médecins et pharmaciens doivent alerter des effets indésirables de certains médicaments, en termes de somnolence ou de troubles de l’attention.

De son côté, l’Automobile club association propose en 2013, dans dix villes, un programme de sensibilisation et de prévention dédié aux conducteurs seniors. Il porte sur l’aisance à aborder des situations complexes (croisements, carrefours, priorité) et les risques encourus en tant qu’automobiliste, piéton ou cycliste.