La gym chinoise, atout santé pour les seniors

La gym chinoise, atout santé pour les seniors

Deux pratiques millénaires en Chine, tai-chi-chuan et qi gong, séduisent de plus en plus d’Occidentaux. Leurs vertus sont multiples. Elles agissent autant sur le corps que sur l’esprit.

On les voit quelquefois pratiquer dans les jardins publics, ballets silencieux de gracieuses silhouettes aux mouvements lents et fluides. Ceux qui s’approchent découvrent que ces danseurs d’un nouveau genre ont souvent tous dépassé la cinquantaine et qu’ils réalisent pourtant cette chorégraphie avec une aisance incroyable, leur visage détendu en étant la meilleure des preuves.

Pour tous et à tout âge

Rien d’étonnant pour Chantal d’Escrienne, kinésithérapeute, qui propose des séances d’initiation au tai-chi-chuan à Carnac Thalasso & Spa Resort : "Le tai-chi-chuan peut être pratiqué par tous et à tout âge, sans effort ni transpiration. C’est ce qui en fait une activité idéale pour les seniors." Tout comme le qi gong (prononcer "tchi kong"), autre discipline d’origine chinoise qui connaît elle aussi un engouement grandissant dans l’Hexagone.

Rétablir une bonne circulation de l’énergie

Selon la médecine traditionnelle chinoise, pour que nous soyons en bonne santé, l’énergie doit pouvoir circuler librement dans tout notre corps. Or, souvent, le stress, une mauvaise alimentation, le manque d’activité physique entravent cette circulation, favorisant l’apparition de maladies et l’accélération du vieillissement. L’objectif du taï-chi-chuan comme du qi gong est précisément de rétablir une bonne circulation de l’énergie, et donc une bonne oxygénation des tissus et des organes.

Si ces deux activités sont très proches l’une de l’autre, on peut dire schématiquement que le qi gong est avant tout basé sur des exercices respiratoires accompagnés de postures et d’automassages, tandis que le tai-chi-chuan correspond plutôt à un enchaînement de mouvements lents et souples, coordonnés avec la respiration. Mais dans les deux cas les bienfaits sont immédiats. "Déjà, à la fin de la première séance, on se sent complètement détendu et apaisé", confirme Nathalie, qui pratique le tai-chi-chuan depuis deux ans.

Détente et concentration

"Les exercices respiratoires mobilisent les énergies liées aux cinq éléments que sont la terre, le feu, l’eau, le bois et le métal", explique le Dr Yves Réquéna, directeur de l’Institut européen de qi gong. À chacun de ces éléments est rattaché un organe ou un ensemble d’organes.

"On tire, contracte, libère, renforce les méridiens (les mêmes que dans l’acupuncture) afin de faciliter la circulation de l’énergie dans ces réseaux, et ainsi agir sur le foie, le système veineux, etc. Chaque séance commence par des exercices de respiration qui permettent de retrouver le calme, de rechercher la concentration et d’ouvrir la voie à ces énergies", poursuit Chantal d’Escrienne.

Petit à petit, on prend conscience de sa respiration, de son corps, on apprend à se recentrer sur soi-même, à se débarrasser de toutes les pensées qui parasitent notre esprit en permanence, à développer sa concentration. Ensuite, les exercices de taï-chi-chuan font travailler la lenteur, mais aussi l’équilibre par le transfert du poids du corps d’un pied sur l’autre, le contrôle et la coordination des mouvements. Une prévention idéale contre les chutes !

Moins de raideur et de tensions

Toutes les articulations et tous les muscles sont sollicités, sans effort ni douleur. Progressivement, les raideurs responsables de douleurs articulaires, de tensions musculaires et de nervosité diminuent. Même des personnes arthrosiques pratiquent le tai-chi-chuan ; elles affirment que ces mouvements tout en rondeur et en souplesse atténuent leurs douleurs.

Le qi gong, quant à lui, améliore le système cardio-vasculaire et amplifie la respiration. "Ce travail sur l’unité du corps et de l’esprit permet aussi de lutter contre le stress et la fatigue", poursuit le Dr Réquéna.

Une immunité renforcée

De nombreuses études menées en Chine, en Corée, aux États-Unis et en Europe ont aussi démontré que ces pratiques ancestrales contribuent à améliorer l’immunité (pour diminuer les effets secondaires d’une chimiothérapie, par exemple), à régulariser la tension artérielle, à apaiser les troubles du sommeil (voir l’encadré ci-dessous), les colites, le diabète, l’anxiété…

"C’est un moyen pour entretenir sa bonne santé, la retrouver ou tout simplement purifier notre propre énergie, pour vivre le plus longtemps possible dans la meilleure forme extérieure, physique, et intérieure, psychique, émotionnelle et spirituelle", affirme le médecin. Alors, pourquoi s’en priver ?

Un meilleur sommeil

Une étude menée sur 112 personnes âgées de 60 à 86 ans (source : www.journalsleep.org) a montré récemment que le sommeil est de meilleure qualité chez celles qui ont pratiqué le tai-chi-chuan pendant vingt-cinq semaines au moins. Deux tiers d’entre elles font état d’une nette amélioration.

Or on sait que les troubles du sommeil peuvent avoir des influences énormes sur la santé : problèmes cardio-vasculaires, diabète, prise de poids ou arthrite. Elles affirment aussi ressentir moins de vertiges et pouvoir se concentrer à nouveau, bref avoir retrouvé une bonne qualité de vie.

Adresses utiles

Institut européen de qi gong : séminaire de formation, liste des enseignants sur www.ieqg.com

Fédération des arts énergétiques et martiaux chinois, 17 rue du Louvre, 75001 Paris

Tél. : 01 40 26 95 50

Web : www.ffwushu.fr