Quand la rupture du couple fait fuir les amis

Quand la rupture du couple fait fuir les amis

Généralement, lors d’une séparation, on ne perd pas seulement un compagnon, ou une famille, mais aussi une bonne partie de son carnet d’adresses.

Alors que la fin d’un couple soumet déjà chacun à un changement brutal, on espère que l’amitié, au moins, demeurera un repère stable. Un ami n’est-il pas censé être fidèle, partager notre peine et nous soutenir face aux difficultés ? Reste que la séparation entraîne souvent un éloignement du réseau amical.

Est-ce finalement si étonnant ? "Le tissu amical des jeunes couples se façonne à deux, il valide leur mode de vie et devient l’un des ciments du lien conjugal", écrit le sociologue Matthieu Loitron. Quand l’édifice s’écroule, le ciment vole aussi en éclats… "J’appréciais beaucoup un homme, mais j’ai été très refroidie quand j’ai appris qu’il s’était conduit comme un mufle avec une de mes amies", reconnaît Monique.

Sommés de choisir un camp

Plus la rupture est difficile, plus les amis seront sommés de "choisir leur camp". "Et s’ils refusent, ils risquent de se fâcher avec les deux, souligne le Dr Francis Curtet, psychiatre. Car certains ex-conjoints ne supportent pas que leur famille ou leurs amis poursuivent des relations avec la personne qui est sortie de leur vie."

Marie-Thérèse a beau avoir été à l’initiative de la rupture, elle estime que si elle exclut son compagnon, tout le monde doit faire de même. Peut-être culpabilise-t-elle de l’avoir fait souffrir ? En tout cas, "elle est dans le déni de la réalité, estime Jean-Philippe Jacq, psychothérapeute. Elle n’a pas véritablement fait le deuil de la relation et analysé sa part de responsabilité. Ne voulant pas voir les qualités de son ancien compagnon, elle juge que si les autres en trouvent, c’est une trahison à son égard."

Une menace potentielle ?

Mais le duo qui se sépare a parfois bien peu à voir dans ce qu’il ressent comme un rejet. Certains couples amis qui ne s’entendent pas très bien prendront du recul pour se protéger. Car la rupture de proches a tendance à réveiller nos propres conflits, ou simplement à tendre un miroir qui nous oblige à les regarder. "On croirait que le divorce est une maladie contagieuse, on devient pestiféré", se révolte Bruno.

L’image de l’homme ou de la femme "redevenus libres" peut aussi être vécue comme une menace par les couples fragiles. Hélène a constaté qu’on n’invite pas volontiers une femme seule : "Une amie que je connaissais depuis la fac ne me reçoit plus, je suis à nouveau une rivale."

Des situations en porte-à-faux

Mais les amis n’ont pas toujours tous les torts ! Delphine avoue avoir pris ses distances avec un couple de voisins. "La femme nous prenait à témoin, nous faisait les confidences intimes. Nous nous sentions gênés quand nous retrouvions son mari, car nous les appréciions autant tous les deux." Un malaise partagé par Émilie : "En écoutant la femme d’un ami le dénigrer, j’avais l’impression de le trahir. De toute façon, comme je refusais de rentrer dans son jeu, elle a cessé de m’appeler."

Pour avoir des amis, encore faut-il se comporter comme tel avec eux. Et faire le choix de garder le contact. Après une rupture, certains ressentent le besoin de s’isoler et finissent par penser que tout le monde les a oubliés. Surtout que l’échec du couple porte un coup à l’estime de soi : "Je n’ai aucune valeur", "Personne ne m’aime", etc.

"Comme je ne m’épanchais pas et refusais la plupart des invitations, le silence s’est installé, constate Isabelle. Mais à l’occasion des vœux je me suis aperçue que la plupart des amis étaient toujours là. Certains pensaient que j’avais préféré tourner la page et ne plus garder de contacts avec mon ancienne vie. Par tact, d’autres attendaient que je sois prête à me manifester."

Une nouvelle pesée de l’amitié

La désaffection de tous ceux que l’on considérait comme des proches engendre un sentiment d’amertume. Mais si l’on y regarde de plus près, ceux qui s’éloignent étaient-ils vraiment des amis ? Les copains de toujours restent à nos côtés dans les moments difficiles. Mais les a-t-on gardés ? Bien des couples ont tendance à ne plus vivre qu’à travers conjoint et enfants : "La famille passe avant tout."

On prend l’habitude de se voir systématiquement entre couples, voire avec toute la nichée. On espace les liens avec un(e) ami(e) lorsque notre conjoint ne l’apprécie pas. Ce vide est comblé par des relations plus "superficielles", nées par exemple devant les portes de l’école : les enfants s’invitent et les parents se rapprochent naturellement. Mais lorsque les enfants partent, on se rend souvent compte qu’ils constituaient le lien principal…

Les "vrais" amis restent

Si la rupture nous oblige à déménager, fatalement nous verrons moins nos voisins de palier, nos partenaires de rugby ou les copines du cours de dessin. Comme Lou, il arrive aussi que l’on perde de vrais amis, parce qu’ils sont susceptibles et que c’est une période difficile où nous pouvons nous montrer maladroits.

Ces cas sont heureusement rares. "Si l’amitié est réelle entre deux êtres, la rupture du couple ne la met pas en péril, rassure Emmanuel, 47 ans. Mes amis d’avant ont été très présents pour moi au moment de la séparation. Et je continue à voir fréquemment deux couples que j’ai pourtant connus par l’intermédiaire de ma compagne. J’ai noué une relation profonde avec les hommes et notre divorce n’a éclaboussé personne."

Si l’on perd une partie de ses amis, on peut considérer qu’il s’agit d’une sorte de sélection naturelle. D’autant qu’à l’inverse certaines amitiés anciennes pourraient être réactivées ! Il ne s’agit pas de "voir du monde" à tout prix, mais des personnes auprès desquelles on se sent bien. À l’instar des familles reconstituées, l’amitié se rebâtit.

L’avis de Jean-Philippe Jacq, psychothérapeute

Qu’est-ce qu’on appelle amis communs du couple ? L’amitié est, par essence, une relation entre deux personnes. Lorsqu’on vit en couple, on a tendance à fréquenter davantage ses amis qui vivent à deux, car on partage la même réalité. Mais l’amitié née entre deux personnes ne se propage pas automatiquement aux conjoints. Souvent, ils se trouvent sympathiques, sans plus, et il y a davantage d’affinités entre deux personnes du quatuor. Au moment de la séparation, chacun reprend naturellement ses amis et la "pièce rapportée" s’éloigne. Même si les échanges étaient chaleureux, elle pratique volontiers une espèce d’"autocensure" et s’efface.