Profiter de ses vacances à deux

Profiter de ses vacances à deux

Pendant les vacances, les différences de rythme provoquent parfois des tensions au sein du couple quand l’un n’arrive pas à décrocher. Et si vous en parliez pour trouver un équilibre satisfaisant à deux ?

Faire rimer vacances, bonheur et détente n’est pas toujours simple. Il ne suffit pas de retrouver avec plaisir une région connue et appréciée ou de se lancer dans la découverte d’horizons nouveaux pour oublier comme par un coup de baguette magique les soucis du quotidien, qu’ils soient personnels ou professionnels.

Pire, les vacances sont aussi parfois le temps des désillusions. Quand le (ou la) partenaire n’arrive pas à se détendre, cela peut donner lieu à des frictions dans le couple. En effet, il ne suffit pas de boucler ses valises pour se défaire de la pression professionnelle.

Difficile de se détendre en vacances

D’autant que, en cette période de crise, il n’est pas toujours rassurant de partir en vacances, surtout quand l’entreprise traverse des difficultés et qu’elle envisage des licenciements.

Les moyens actuels de communication nous permettent de rester branchés en permanence sur notre travail, explique Gilles d’Ambra, psychosociologue. Aussi n’est-il pas rare de voir madame pianoter sur son portable au bord de la piscine ou monsieur envoyer des SMS pendant le déjeuner familial. Très tendance, la réactivité est considérée comme un atout professionnel. Pour être jugé compétent, le salarié doit répondre présent à tout instant.

Il peut donc culpabiliser de s’accorder quelques jours de repos.

Des vacances source d'angoisse

Les vacances peuvent aussi être source d’angoisse. "S’extraire de la routine quotidienne pour affronter l’inconnu peut provoquer un sentiment d’insécurité", explique Gilles d’Ambra.

Les questions se bousculent alors chez ces anxieux : "Comment vais-je occuper mes journées ? Le gîte que j’ai réservé sera-t-il confortable ?" Certaines personnes qui ne contrôlent pas la situation ne parviennent pas à savourer l’instant présent.

Une fois installés, les couples risquent également de se trouver confrontés à une différence importante de rythme : le ponctuel stressé s’oppose au tranquille qui ignore l’heure.

"Le reste de l’année, les conjoints peuvent occulter des conflits latents grâce aux pare-feu du quotidien : discussions à propos des enfants, fréquentation des amis…", continue-t-il. Pendant l’été, les oppositions risquent de ressortir et de provoquer de lourds ressentiments.

Vacances, entre organisation et improvisation

Planifier ses vacances ne consiste pas uniquement à réserver un billet d’avion, une place dans un camping ou une chambre d’hôtel. "Il faut préparer soigneusement le séjour avec son conjoint pour pouvoir en profiter pleinement, estime Gilles d’Ambra, psychosociologue. Posez-vous des questions telles que : "sur ces dix ou quinze jours de location à la mer (ou à la montagne), qu’as-tu l’intention de faire ? Prévois-tu de te balader tout seul ou avec moi (et les enfants) ?".

Si vous préférez bronzer au soleil, votre mari qui a envie de bouger peut s’inscrire à un club de voile. "Le couple peut être ensemble sans forcément tout partager", insiste-t-il.

Il est important que le partenaire soit pleinement satisfait de ses choix. Il est essentiel de s’accorder quelques journées de décompression : inutile d’établir un programme chargé dès le lendemain de l’arrivée. Ensuite, il sera toujours possible de choisir tranquillement ce qui paraît intéressant à faire.

Eviter les remarques blessantes

Si votre conjoint éprouve des difficultés à être en "vacance", évitez les récriminations stériles : "Arrête de tourner en rond, tu veux vraiment me gâcher mon séjour ?" Culpabilisé, votre partenaire se repliera davantage dans sa coquille et se recentrera sur son malaise.

En revanche, vous pouvez lui exprimer sincèrement ce que vous ressentez : "Je n’ai pas l’impression que tu sois content d’être ici avec moi et les enfants. Cela me chagrine, je n’arrive pas à profiter du séjour."

À deux, vous serez alors en mesure de trouver un compromis : votre conjoint pourra vous laisser faire la grasse matinée si vous le suivez dans ses excursions culturelles l’après-midi, par exemple.

Le dialogue avec le partenaire s'impose

Si vous ne parvenez pas à surmonter votre stress, n’hésitez pas à vous en remettre à votre partenaire puisqu’il vous connaît bien. Il sera heureux de vous organiser des journées sur mesure, adaptées à vos goûts : parcourir les caves ou les brocantes de la région, ou louer un vélo, par exemple.

Si vos choix sont incompatibles, pourquoi ne pas trouver ensemble une destination imprévue ou une activité à laquelle vous n’aviez jamais songé ? Faire de la plongée sous-marine, parcourir à pied une étape ou deux sur le chemin de Compostelle…

Vous pourrez ainsi vous réjouir d’avoir pu bâtir un projet à deux. Et s’il n’a pas répondu à vos attentes, vous aurez au moins eu le sentiment de vivre une expérience inédite.

Les vacances pour trouver un second souffle

Le couple peut profiter des vacances pour trouver un nouveau souffle et repartir sur de bonnes bases.

"Les contraintes du quotidien alimentent les malentendus ; si les conjoints adoptent d’autres comportements durant l’été, leur état d’esprit évoluera parallèlement", précise G. d’Ambra, psychosociologue.

Hors de la routine, chacun pose un regard différent sur soi et sur l’autre. La surprise est le plus sûr moyen de ranimer un couple endormi ; aussi, faites appel sans hésiter à votre imagination.

S’adapter au rythme des enfants

Les enfants sont ravis de ne plus avoir à subir les rythmes scolaires et d’être auprès de leurs parents à plein-temps. S’ils s’adaptent au programme des adultes, il est inutile de leur imposer des défis impossibles.

Parcourir tous les musées de la région au pas de charge risque de les dégoûter à tout jamais de l’art. S’ils traînent les pieds pour vous suivre, mieux vaut passer à autre chose. "Les vacances avec les enfants doivent être fluides, estime Gilles d’Ambrapsychosociologue. Si vous êtes content d’être en congé, les enfants le ressentent. Surtout, ne partez en vacances que si vous en avez envie. Ce n’est pas obligatoire !"

Et aussi sur Dossier familial