Tétanos : êtes-vous protégé ?

Tétanos : êtes-vous protégé ?

Le vaccin contre le tétanos est efficace à 100 %. Une vaccination sur laquelle on ne peut pas faire l'impasse.

Quand les beaux jours reviennent, les activités de jardinage reprennent, et il suffit de se piquer à une épine de rosier pour que l'on s'inquiète brusquement du tétanos…

Certes, la maladie est en net recul depuis l'apparition du vaccin. Mais cette diminution ne signifie pas que le danger a disparu. Elle est provoquée par un microbe - le bacille Clostridium tetani -, qui niche en permanence dans la terre et profite de la moindre plaie pour s'introduire dans notre corps.

10 jours d'incubation

L'organisme sécrète alors une toxine puissante qui va se fixer sur le système nerveux.

Après une incubation d'une dizaine de jours, les premiers symptômes apparaissent au visage : contraction des muscles de la face, difficultés à mastiquer et à ouvrir la bouche.

Ensuite, tous les muscles du corps vont se "tétaniser".

Mortel dans 30 à 40 % des cas

Le malade doit être dirigé de toute urgence sur un centre de réanimation.

"On n'a aucun traitement contre la toxine, explique le Pr Molina, du service des maladies infectieuses de l'hôpital Saint-Louis, à Paris. Tout ce qu'on peut faire, c'est aider le patient à traverser la crise : des médicaments pour diminuer les contractions, des antidouleurs, une assistance respiratoire (une trachéotomie)".

L'issue dépend de la résistance du malade… et le tétanos est mortel dans 30 à 40 % des cas. Une fois sur dix, il laisse des séquelles (muscles calcifiés, articulations bloquées), entraînant notamment des difficultés à la marche.

Aujourd'hui, les victimes sont des personnes âgées qui n'ont pas entretenu leur protection. Alors, avant l'été, n'oubliez pas votre rappel.

Vaccin : êtes-vous à jour ?

La vaccination est obligatoire pour les enfants. Elle comporte trois doses, à un mois d'intervalle au moins, puis un rappel à l'âge de 6 ans et un autre espacé entre 11 et 13 ans ans.

Par la suite, les rappels de l’adulte sont recommandés aux âges fixes de 25 ans, 45 ans et 65 ans, avant de passer à un rythme d'un tous les dix ans à partir de 65 ans.

Le vaccin ne présente aucune contre-indication et il est remboursé à 65 % par l'Assurance maladie.

Le sérum ne protège que brièvement

Toute égratignure doit être nettoyée à l'eau et au savon, puis désinfectée. Ces premiers soins diminuent le danger, mais ils ne suffisent pas à l'éliminer de façon certaine.

C'est pourquoi, à l'occasion d'une morsure de chien, vous avez peut-être reçu une injection de sérum antitétanique.

"En cas de blessure, le médecin effectue un rappel de vaccin antitétanique lorsque celui-ci n'est pas à jour, explique le Pr Molina. Si la plaie est sévère, ce qui majore le risque, on y ajoute parfois une injection d'immunoglobulines en urgence.

En attendant que le vaccin immunise l'organisme (ce qui demande un à deux mois), ce “sérum” (ce sont des anticorps) vous protège quelques semaines".