Pourquoi la grippe est-elle dangereuse ?

Pourquoi la grippe est-elle dangereuse ?

Pour les personnes souffrant de certaines maladies chroniques, déjà fragilisées, la grippe peut déséquilibrer l’état de santé avec un risque d’aggravation brutale.

Si la grippe touche tout le monde sans exception, elle a des conséquences plus graves pour les personnes souffrant de certaines maladies chroniques.

La grippe est souvent considérée comme une infection saisonnière banale mais c’est en réalité une maladie infectieuse, causée par les virus influenza, qui peut faire encourir des risques sérieux à des millions de personnes.

La grippe, une maladie hautement contagieuse

En effet, la grippe est une maladie très contagieuse qui se transmet très facilement d’une personne à une autre par l’air ambiant, lorsqu’un malade éternue ou tousse, mais aussi par les mains lors d’un contact avec une surface contaminée (poignée de main, poignée de porte, etc.).

La grippe n'est pas un rhume !

La grippe est une affection générale, loin d’être un simple rhume. Elle peut causer une très forte fièvre et entraîner fatigue et toux pendant plusieurs semaines après l’épisode grippal. Il est donc indispensable de s’en protéger.

Des malades plus fragiles

Pour les personnes souffrant de certaines maladies chroniques, déjà fragilisées, la grippe peut déséquilibrer l’état de santé avec un risque d’aggravation brutale de la maladie.

Insuffisance cardiaque

La grippe peut accentuer les symptômes de l’insuffisance cardiaque jusque-là stabilisée par le traitement.

Accident Vasculaire Cérébral (AVC)

Les personnes ayant eu un accident vasculaire cérébral, sont plus vulnérables aux complications de la grippe, notamment sur le plan pulmonaire.

Diabète de type 1 et 2

La grippe augmente le taux de sucre dans le sang (glycémie) de façon importante et déstabilise le diabète. Cela peut même aboutir à une décompensation aiguë et grave du diabète que l’on peut éviter par la vaccination.

Drépanocytose

La drépanocytose rend plus sensible aux infections et notamment au virus de la grippe. Cette infection est responsable de crises douloureuses dites « crises drépanocytaires » et peut fragiliser les fonctions cardiaque et respiratoire.

Affections neurologiques et musculaires

Les personnes atteintes de l’une de ces maladies sont particulièrement sensibles aux infections respiratoires et notamment à la grippe. Cette maladie accentue les difficultés respiratoires et fatigue l’organisme pendant plusieurs jours.

Mucoviscidose

Les personnes atteintes de mucoviscidose sont plus exposées au virus de la grippe. Leur système respiratoire étant déjà fragilisé, toute autre atteinte va l’aggraver : le virus de la grippe vient perturber le fonctionnement de leurs bronches. Leur travail respiratoire est augmenté, l’oxygénation diminuée et

l’insuffisance respiratoire est accélérée.

Néphropathies chroniques graves, syndromes néphrotiques primitifs

Les personnes atteintes d’une de ces maladies sont plus sensibles au virus de la grippe. En effet, leur système de défense face aux infections peut être moins efficace. Elles ont donc plus de risques

d’attraper le virus de la grippe et les conséquences de cette maladie peuvent être plus importantes.

Maladies respiratoires chroniques (asthme, bronchopneumopathie chronique obstructive, insuffisance respiratoire chronique)

Les personnes atteintes de l’une de ces maladies respiratoires chroniques présentent un plus grand risque d’attraper la grippe, et cette affection pourra déstabiliser leur maladie en augmentant leur gêne respiratoire.

Cas particuliers :

Infection par le VIH (virus de l’immunodéficience humaine)

L’infection par le VIH étant responsable d’un déficit immunitaire, les personnes touchées présentent une sensibilité accrue aux infections : la grippe pourra déstabiliser leur maladie ainsi que l’équilibre du traitement mis en place. La vaccination antigrippale n’est pas systématiquement indiquée en cas d’infection par le VIH. Elle est décidée par le médecin traitant au cas par cas.

Déficit immunitaire primitif

Les personnes souffrant d’un déficit immunitaire primitif sont plus sensibles aux infections en général et à la grippe en particulier. Mais la vaccination antigrippale n’est pas recommandée dans tous les cas. Elle est décidée par le médecin au cas par cas.