Grippe A : les mesures dans les transports en commun

Grippe A : les mesures dans les transports en commun

Face à la pandémie de grippe A, les sociétés de transports en commun et les pouvoirs publics s'organisent pour protéger personnels et usagers... tout en assurant la continuité des services.

Le secrétaire d'Etat a réuni, le 17 septembre dernier, les principaux opérateurs de transports de voyageurs (SNCF, RATP, Air France, Aéroport de Paris, l’Association des Sociétés Françaises d’Autoroute, Véolia, Kéolis, Transdev), pour faire le point leur préparation face à la grippe A.

Respecter les mesures d’hygiène contre la grippe

Afin de prévenir la propagation de la grippe A, les mesures d’hygiène ont été renforcées, pour le personnel mais aussi pour les voyageurs. Ceux-ci sont invités à adopter les bons gestes : se laver régulièrement les mains au savon (ou utiliser une solution hydroalcoolique), se couvrir le nez et la bouche lorsqu’on éternue ou que l’on tousse. Il est demandé aux personnes malades de rester isolées à domicile pendant 7 jours après le début des symptômes, et si ce n’est pas possible, de porter un masque.

Vacciner contre la grippe les personnels prioritaires

Un plan de vaccination des personnels est prévu pour assurer la continuité des transports. Trois cercles prioritaires ont été définis. Le premier représente 50 000 personnes jugées irremplaçables du fait de leurs compétences (par exemple, les contrôleurs aériens, les postes de commandement…). Le deuxième regroupe 250 000 personnes permettant de faire fonctionner un service minimum. Le troisième rassemble 800 000 personnes chargées d’assurer les mesures opérationnelles. Toutefois, la vaccination se fera sur la base du volontariat.

Assurer la continuité des transports malgré la grippe

Chacun des opérateurs de transports a mis en place des plans de continuité d’activité en cas d’absentéisme massif des personnels.

Par exemple, la RATP prévoit de privilégier certaines lignes de métro (les lignes 1, 4, 5, 7, 9, 13 et 14), et d’assurer au maximum les liaisons entre Paris et la banlieue. Les tronçons intra-muros du RER pourront être interrompus afin de réaffecter les personnels disponibles aux tronçons Paris-Banlieue. La SNCF n’a pas défini de ligne prioritaire et traitera les problèmes région par région. Enfin, Air France affirme qu’en cas de pandémie, des connexions seront maintenues avec la Corse et les DOM-TOM. L’information et les prévisions de trafic seront disponibles sur le site Internet des opérateurs de transport.

Un arrêt total des transports semble peu probable. Une telle mesure serait décidée par le gouvernement. Dans ce cas, un dispositif prévoit du personnel pour maintenir en état de fonctionnement les infrastructures, les réseaux électriques et le matériel, afin de permettre une reprise très rapide du trafic.

Et aussi sur Dossier familial