Comment éviter les hépatites

Comment éviter les hépatites

Personne n'est à l'abri d'une hépatite. Apprenons à nous prémunir au mieux contre les virus responsables de cette affection.

Quand on connaît les dégâts que peut occasionner cette maladie, tous les efforts doivent être portés sur la prévention.

Une ou des hépatites ?

Les principaux responsables d'hépatites sont des virus. Sur les six virus existants (désignés par les lettres A, B, C, D, E et G), les trois premiers sont les plus redoutables.

Ces fauteurs de troubles atteignent le foie, y provoquent une inflammation et perturbent plus ou moins gravement le fonctionnement de cet organe vital.

L'hépatite peut guérir spontanément - elle vous immunise alors à vie - ou devenir chronique. Dans ce second cas, les cellules du foie (les hépatocytes), ouvrières de toute l'"usinerie" vitale, sont peu à peu détruites. On court alors le risque de développer une cirrhose, qui, elle-même, peut dégénérer en cancer du foie.

L'hépatite A ou "alimentaire"

L'hépatite A, dite "alimentaire", ou "maladie des mains sales", est la plus répandue sur le globe. Elle concerne peu les pays industrialisés.

Le virus de cette hépatite se transmet par voie essentiellement digestive. On peut le contracter en absorbant des aliments crus ou des eaux non bouillies qui ont été souillées par les selles de personnes infectées.

En consommant aussi des coquillages ou crustacés contaminés, ou bien encore par contact direct (en buvant dans le verre d'une personne infectée).

L'hépatite A menace surtout les voyageurs dans des pays où l'hygiène est déficiente et l'infection générale : nord de l'Amérique du Sud, Afrique, Turquie et Moyen-Orient, Afghanistan, Pakistan et Inde.

Cette hépatite n'évolue jamais en maladie chronique et quand on en a été victime on est protégé à vie. Cependant, cette hépatite peut prendre une forme rare dite "fulminante" et mortelle.

Eviter l'hépatite A

On conseille aux voyageurs qui évoluent en zone infestée de se faire vacciner régulièrement. La vaccination est efficace à 95 %.

Pour éviter l'hépatite A, que vous soyez vacciné ou non, dans les pays à risques, consommez uniquement des aliments cuits, ne buvez que de l'eau minérale et n'utilisez pas de glaçons.

L'hépatite B ou "sexuelle"

L'hépatite B, encore appelée "sexuelle", atteint entre 30 000 et 60 000 personnes chaque année en France. La transmission du virus se fait par voie sexuelle ou par contact avec du sang infecté. Ainsi, le baiser peut être "contaminant" lorsqu'il y a contact direct de la salive du porteur du virus avec le sang (coupure) de l'autre.

Les personnes qui ont des partenaires sexuels multiples ou qui voyagent dans certains pays (Afrique et Asie tropicale), les proches d'un porteur du virus, les toxicomanes échangeant leurs seringues, les "fans" de tatouages ou de piercings (réalisés sans stérilisation), mais aussi les hémophiles, les polytransfusés, les nouveau-nés de mère infectée font partie des populations les plus exposées.

Il existe des porteurs sains de cette hépatite qui hébergent le virus "endormi" dans leur sang. Ils peuvent cependant, lorsqu'ils sont fatigués (leurs défenses immunitaires sont alors atténuées), connaître un réveil du virus et développer une hépatite chronique ou devenir "contaminants".

Éviter l'hépatite B

Si vous faites partie d'un groupe à risques et s'il n'y a pas de sclérose en plaques ou de polyarthrite rhumatoïde dans votre famille, le vaccin reste recommandé.

Utilisez le préservatif avec tout nouveau partenaire sexuel, y compris lors de rapports oro-génitaux.

Exigez des aiguilles personnelles ou à usage unique chez les mésothérapeutes, acupuncteurs.

L'hépatite C ou "sanguine"

L'hépatite C, dite la "sanguine", touche environ 650 000 Français.

Le virus de cette hépatite se transmet par contact de sang à sang d'une personne déjà porteuse à une autre. Dans la plupart des cas, un geste médical avec matériel non stérile, une transfusion sanguine réalisée avant 1991 (depuis, les produits sanguins sont systématiquement contrôlés) ou la toxicomanie par voie intra-veineuse sont à l'origine de la contamination.

Pour prévenir un éventuel contact avec du sang contaminé, des mesures d'hygiène intra-familiale et de vigilance s'imposent.

20 % des sujets contaminés par le virus de l'hépatite C guérissent de façon définitive et sont immunisés à vie. Les 80 % restants sont victimes d'une hépatite chronique d'évolution et d'aggravation variables.

Éviter l'hépatite C

Si vous pensez avoir été en contact avec le virus en côtoyant des sujets à risques, un traitement précoce (par l'interféron et la ribavirine) peut vous empêcher de développer la maladie chronique.

Pour réduire les risques, évitez de partager les objets de toilette (rasoir, coupe-ongles, brosse à dents, matériel d'épilation, etc.) et tout ce qui peut entraîner un saignement (aiguilles de mésothérapie et autres...).

Hépatites Info Service

Ce service gratuit, qui fonctionne 7 jours sur 7, de 9 heures à 23 heures, informe, soutient et dirige au besoin vers les structures sanitaires, sociales et associatives appropriées aux demandes. Il accueille les appels de malades ou de proches.

Il est à même de répondre à des angoisses psychologiques ou cliniques : malades qui ne supportent pas les traitements, qui souffrent, qui sont en attente de résultats de tests ou qui sont en situation de risque.

Pour toute question, vous pouvez appeler Hépatites Info Service au 0 800 845 800 (appel anonyme, confidentiel et gratuit) ou consulter le site Internet : www.hepatites-info-service.org.