Troubles digestifs : halte aux idées reçues !

Troubles digestifs : halte aux idées reçues !

Ballonnements, douleurs abdominales, constipation rebelle… Qu’ils surgissent par crises ou qu’ils soient chroniques depuis des années, ces troubles sont synonymes d’inconfort digestif. On accuse l’hérédité, la sédentarité, les aliments. Qu’en est-il réellement ?

"Tout ça, c’est dans la tête !"

Faux. "Ces troubles ne sont pas psychosomatiques, ils sont fonctionnels, c’est-à-dire sans lésion organique, mais bien réels", souligne le Dr Philippe Godeberge, gastro-entérologue.

Ni coupables ni responsables, les personnes qui souffrent de colopathie fonctionnelle - l’autre nom de ces troubles digestifs - ont une sensibilité accrue qui leur fait percevoir les contractions normales de l’intestin comme douloureuses. Et comme elles souffrent réellement de contractions anarchiques du tube digestif, ces dysfonctionnements viennent encore aggraver les douleurs.

"C’est génétique !"

Faux. Il n’y a aucun terrain héréditaire. Si votre mère ou votre frère se plaint aussi de désordres digestifs, c’est seulement parce que ces troubles sont si fréquents - 28 millions de Français - que chacun de nous a au moins un proche touché.

"Ces troubles peuvent quelquefois être le signe d’une maladie !"

Vrai. Soyez vigilant si vos symptômes sont inhabituels et récents, si vous souffrez également d’une fièvre prolongée, inexpliquée, si vous avez perdu du poids sans raison, si votre transit s’est soudain modifié et si vous apercevez du sang dans vos selles, ne serait-ce qu’une seule fois. Dans ce cas, consultez votre médecin généraliste sans attendre.

!!"Il faut supprimer certaines familles d’aliments."

Faux. L’alimentation peut être un facteur déclenchant, mais elle n’est jamais la cause de ces problèmes digestifs. Si on soupçonne certains aliments, il est préférable d’en manger moins souvent et en quantité modérée, mais jamais de les exclure, sous peine de créer des carences en vitamines et oligoéléments. En cas de ballonnements, évitez les boissons gazeuses, les choux, l’aspartame, et les fruits crus en grande quantité.

"Mais changez votre alimentation progressivement et gardez cette règle à l’esprit : l’assiette idéale est multicolore, précise le gastro-entérologue. C’est la meilleure garantie d’une alimentation riche en fibres et donc en résidus qui stimulent le transit."

"Il faut boire beaucoup d’eau et bouger."

Vrai et Faux. En cas de constipation, pensez à boire au moins deux litres d’eau par jour, y compris pendant les repas, afin d’hydrater vos selles. Le rôle de l’activité physique sur la constipation n’a pas été démontré : elle n’a jamais modifié ni le transit ni les troubles digestifs.

"Les fibres des légumes sont le meilleur traitement."

Vrai et Faux. Riches en résidus, elles sont effectivement indispensables pour stimuler le transit intestinal en cas de constipation. Revers de la médaille : les bactéries présentes dans l’intestin se nourrissent de ces résidus, provoquant des fermentations et donc des flatulences. Dans ce cas, privilégiez les fibres cuites, qui provoquent moins de fermentation.

"On peut prescrire des antispasmodiques contre les douleurs abdominales."

Vrai. Les médecins français ont aujourd’hui le choix entre sept molécules différentes déclinées en deux familles de médicaments :

  • Débridat ®, Dicetel ®, Spasfon ®, etc., assez efficaces pour traiter la douleur abdominale ;
  • Actapulgite ®, Imonogas ®, Maalox ® Ballonnements, etc., contre la sensation de ballonnement.

En revanche, n’en attendez pas de franche amélioration sur vos troubles du transit.

"Il faut éviter les laxatifs."

Faux. Si les mesures hygiéno-diététiques s’avèrent insuffisantes, on peut recourir aux laxatifs de type Transipeg ®, Forlax ®, Moviacol ® ou Transilase ®, utiles pour rétablir un transit régulier et ainsi éviter la formation d’hémorroïdes. À condition de privilégier des régulateurs type PEG (polyéthylène glycol) ou mucilages non irritants. Ces médicaments visent à ramollir les selles et donnent généralement de bons résultats. À utiliser avec modération.

"Les probiotiques ont démontré leur efficacité."

Vrai. En agissant sur la flore intestinale, indispensable à la digestion des aliments, certains probiotiques améliorent le confort digestif. Ainsi, les lactobacilles et les bifidobactéries atténuent les contractions anarchiques de l’intestin et les spasmes.

Si une cure de yaourts enrichis en bifidobactéries se révèle insuffisante, demandez à votre pharmacien de vous conseiller des compléments alimentaires dont la concentration en bactéries et levures est plus élevée (Maxi-Flore ®, Bion ® Transit, Probiolog ®…). Sachez toutefois que l’effet bénéfique disparaît une dizaine de jours après la fin de la cure.

"La relaxation donne de bons résultats."

Vrai. Le stress peut générer des crises et amplifier leur sévérité. Des techniques de relaxation, comme le yoga, l’hypnose ou la sophrologie, permettent d’atténuer la perception de la douleur.

Les sept commandements pour bien digérer

  • Prenez vos repas dans une ambiance calme et détendue.
  • Mangez lentement et mastiquez bien.
  • Préparez des plats riches en fruits et légumes variés.
  • Évitez les repas trop copieux.
  • Misez sur l’épeautre ou le kamut (on les trouve au rayon céréales comme le riz et les pâtes), en complément des légumes.
  • Écartez les boissons gazeuses.
  • Jetez vos chewing-gums, ils favorisent ballonnements et flatulences.