Femmes et tabac : attention danger !

Femmes et tabac : attention danger !

Entre 18 et 24 ans, une femme sur deux fume. Aux méfaits connus du tabac (cancer, infarctus…) s'ajoutent des risques spécifiques aux femmes, notamment pendant leur grossesse et au moment de la ménopause.

L'équilibre hormonal est altéré

La nicotine met en péril l'équilibre hormonal de tout l'organisme et compromet plus particulièrement la production d'œstrogènes, hormones exclusivement féminines, sécrétés par les ovaires. Les œstrogènes jouent un rôle important dans de nombreuses fonctions du corps, notamment :

  • Dans l'ovulation, où ils sont responsables du développement pubertaire et du maintien ultérieur des caractères physiques féminin (organes génitaux, sein).
  • Dans la synthèse des protéines, nécessaires à la constitution de la trame des os, à l'élasticité des tissus (notamment eux de l'utérus).
  • Dans le flux sanguin et la protection du système cardiovasculaire.

Femmes et tabac, une liaison à haut risque

Muriel se rappelle avoir tiré ses premières "taffes" par bravade, pour faire comme les autres, pour défier ses parents… Puis, petit à petit, elle y a pris goût… Les raisons pour lesquelles vous allumez une cigarette sont variées. Il y a la cigarette "récompense", que vous vous accordez après l'effort, que vous ayez récuré le four, retourné le jardin ou terminé un gros dossier.

"Elle procure une sensation de détente et de bien-être immédiat. Ce phénomène est dû à une réaction biologique. La nicotine stimule la dopamine et la noradrénaline : deux neurorécepteurs situés dans le cerveau et “responsables” du plaisir, souligne le professeur Gilbert Lagrue, tabacologue. Il y a la cigarette "thérapeutique". Remarquable anxiolytique, elle vous permet d'appréhender des situations stressantes et angoissantes sans complètement perdre vos moyens.

Enfin, la cigarette "coupe-faim". Vous êtes nombreuses à utiliser la nicotine comme régulatrice de poids. Mais peut-être qu'une fois mieux connus les méfaits du tabac, particulièrement redoutables chez la femme, vous allez jeter votre paquet de cigarettes ?

Tabac et bébé, une association dramatique

Chaque fois que vous allumez une cigarette, vous "grillez" vos chances d'avoir un bébé. C'est prouvé : les fumeuses mettent trois à quatre fois plus de temps à être enceinte que les non-fumeuses. Et quand vous y parvenez, le risque de grossesse extra-utérine est multiplié par 1,5 et celui des fausses couches par 3. En effet, un manque d'œstrogènes influe sur la qualité de la paroi utérine, ainsi que sur le flux sanguin indispensable à la nidation.

"D'autre part, au cours de la grossesse, le monoxyde de carbone, présent dans la nicotine, traverse le placenta, gêne le transport de l'oxygène, diminue le débit sanguin et “empoisonne“ ainsi les deux éléments nutritifs vitaux et nécessaires à la croissance du fœtus", insiste le professeur Lagrue. Vous avez également deux fois plus de risques d'accoucher prématurément et de mettre au monde un bébé d'un poids inférieur à la normale (de 200 grammes en moyenne). Enfin, le risque de mort subite du nourrisson est augmenté quand le père et la mère ont fumé pendant la grossesse.

Tabac et pilule, un risque cardio-vasculaire accru

La nicotine favorise également la formation de caillots, abîme la paroi des vaisseaux et les rétrécit. Or la pilule contraceptive aggrave les problèmes de circulation sanguine (varices, petits vaisseaux éclatés…). D'autre part, à partir de la quarantaine, la fabrication d'œstrogènes (déjà freinée par la nicotine) commence à diminuer. Tous ces facteurs réunis vont fragiliser l'appareil cardiovasculaire.

"Le risque d'infarctus, autrefois réservé uniquement à l'homme, est maintenant multiplié par 10, et celui d'accident vasculaire cérébral par 22. Tabac ou pilule, il faut choisir !" précise le docteur Anne de Kervasdoué dans "Questions de femmes", aux éditions Odile Jacob. C'est pour cette raison que les gynécologues ne prescrivent plus la pilule à une fumeuse de plus de 40 ans.

Tabac et ménopause, une échéance avancée

La ménopause, causée principalement par l'arrêt progressif de production d'œstrogènes, se manifeste entre 50 et 60 ans chez la femme. L'action conjuguée de la nicotine, qui est, nous l'avons vu, un anti-œstrogènes, et du vieillissement physiologique naturel peut anticiper la ménopause de deux ou trois ans, avec pour incidence une ostéoporose accentuée, puisque les œstrogènes jouent également un rôle essentiel dans la trame osseuse. En fumant, vous augmentez considérablement le risque de fractures et principalement celle du col du fémur.

Tabac et beauté, une peau fragilisée

Sur le plan esthétique, les résultats sont loin d'être à votre avantage. La peau du visage devient terne et perd de sa souplesse. Les fameuses rides de la patte-d'oie sont plus précoces chez les fumeuses : le tabac stimule la production de radicaux libres. Ces derniers dégradent l'élastine et le collagène, principaux composants du derme.

De plus, la nicotine obstrue les vaisseaux et entraîne une mauvaise oxygénation des tissus. On reconnaîtra également un gros fumeur à ses doigts : ils sont jaunes et les ongles sont tachés. Cette imprégnation locale est due aux goudrons et à la nicotine. Enfin, la nicotine laisse des traces grisâtres sur les dents et altère l'haleine.

Tabac et cancer, une triste réalité

Non seulement vous vous exposez aux mêmes risques que l'homme tabagique, mais en plus vous multipliez les risques de cancers féminins. "Le cancer du poumon reste toutefois encore marginal chez la femme, car il prend en moyenne entre 25 et 30 ans pour se développer.

C'est pour cette raison que les femmes ont été jusqu'à présent préservées, leur tabagisme étant plus récent. En revanche, celui du col de l'utérus est plus fréquent chez les fumeuses", précise le professeur Lagrue. La principale raison avancée : la nicotine fragilise la glaire cervicale et la rend plus sensible aux attaques des cellules cancéreuses.