Statut de travailleur handicapé : quels avantages ?

Statut de travailleur handicapé : quels avantages ?

Être reconnu comme « travailleur handicapé » peut s’avérer utile sur le plan professionnel. Mode d’emploi pour monter son dossier.

Vous souffrez d’une hernie discale, d’un diabète, d’une allergie ? Cette maladie vous gêne dans votre vie professionnelle ? Alors, vous avez sans doute intérêt à faire reconnaître ce handicap sur le plan médical. Pourquoi monter un tel dossier si la maladie n’est pas visible ?

Même si c’est parfois psychologiquement douloureux à effectuer, la démarche menant à l’obtention de la Reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (la RQTH, selon sa dénomination administrative) ouvre droit à des aides pour aménager son poste de travail ou pour retrouver un emploi.

Comment obtenir le statut de travailleur handicapé

Le dossier de demande de Reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH) est à retirer auprès d’une maison départementale des personnes handicapées (MDPH). Vous trouverez leurs coordonnées sur www.cnsa.fr (cliquer sur Une MDPH dans chaque département) ou auprès des services sociaux de la mairie.

Il peut aussi être envoyé sur appel téléphonique ou être téléchargé www.cnsa.fr (cliquer sur Documentation/Formulaires Cerfa).

Il comprend un « Formulaire de demande(s) auprès de la MDPH » et des certificats médicaux. Il faut compléter les parties concernant son identification, son adresse, sa situation familiale et professionnelle, l’expression de ses besoins ainsi que la partie « i » relative au travail et à l’emploi.

Certificats médicaux signés par le médecin

Dans tous les cas, le certificat médical est à faire remplir par son médecin généraliste. Pour de nombreuses pathologies (déficit visuel, auditif, etc.), un spécialiste devra signer le second certificat médical. Les personnes atteintes de problèmes visuels joindront le bilan ophtalmologiste paraphé par leur ophtalmologue.

Le dossier rempli, signé et complété du ou des certificats médicaux ainsi que des justificatifs d’identité et de domicile, est retourné à la MDPH, qui en accusera réception. Même s’il n’est pas formellement réclamé, il est fortement conseillé d’y insérer un curriculum vitae.

Avis de la Commission sous quatre mois

La RQTH est attribuée par la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées, sur proposition de l’équipe d’évaluation de la MDPH. Les demandes sont examinées sur dossier, ou étudiées en face à face avec la personne qui est invitée à présenter sa situation devant la Commission. Le délai légal de réponse est de quatre mois.

Quels recours en cas de refus ?

Si la RQTH est refusée, on peut, dans les deux mois de la réception de la décision, demander au directeur de la MDPH de faire intervenir un conciliateur. Si son avis ne satisfait pas (ou même dès réception du refus), c’est vers le tribunal administratif qu’il faut se tourner.

Des débouchés dans le secteur public

Ce statut permet à une personne en recherche d’emploi d’intégrer la fonction publique par le biais de concours qu’il sera possible d’aménager en fonction de son handicap. Elle pourra aussi accéder à un emploi contractuel pouvant déboucher, au bout d’un an, sur une titularisation.

Les salariés déjà en poste (dans les secteurs privé ou public) bénéficient d’un suivi spécifique effectué par le médecin du travail. Ils peuvent obtenir un aménagement de leur poste ou des horaires adaptés.

Un accès prioritaire aux contrats aidés

En cas de licenciement, la durée du préavis est doublée, sans toutefois que sa durée totale ne dépasse trois mois (article L.5213-9 du Code du travail). Les demandeurs d’emploi bénéficient d’un suivi par un réseau spécialisé, les Cap Emploi, et ont un accès prioritaire à des contrats aidés.

Les entreprises de 20 salariés et les administrations sont tenues d’employer des personnes handicapées, à hauteur de 6 % de leurs effectifs. Embaucher des salariés reconnus travailleurs handicapés leur permet de s’acquitter de cette obligation et de bénéficier d’aides pour aménager le poste de travail.

Une fois obtenue, cette reconnaissance reste confidentielle… jusqu’à ce que vous jugiez nécessaire d’en faire état. Karine Dubois, référente Insertion professionnelle à la maison départementale des personnes handicapées du Pas-de-Calais, précise :

C’est à la personne de décider si elle la mentionne sur son CV et si elle la communique à son employeur”
 

 

Auteur : Sylvie Karsenty
Date de première mise en ligne : 02/10/2012

Autre article : Travailler avec un handicap

62 RÉACTIONS À L'ARTICLE
Par eric gilbert Dimanche 09 novembre 2014
tout a fait d'accord , il ne

tout a fait d'accord , il ne faut pas se laisser abattre , et encore moins se laisser détruire son couple par de quelconque personnes mal intentionnées .
je suis handicapé de la main droite et je me déplace chez des employeurs qui recherchent des profils comme le mien . ça va bien finir par percer a un moment

Par handischtroumpf sur twitter Dimanche 09 novembre 2014
jalousie, gagner au loto, travailler, être envié

Mesdames Messieurs,
je viens de tous vous lire et bravo je trouve vos réactions saines. Il y a du vécu y compris parmi les bipèdes...

jalousie : je ne sais pas je n'ai pas été confronté à cette situation. par contre, on est venu vers mon conjoint pour lui dire que je simulais, qu'il devait me quitter pour me provoquer un électrochoc...Qu'il ne fallait pas que je vive dans le handicap, ce n'était pas de mon âge...
Ce type de propos ne sont pas venus d'inconnus. C''était des amis....sans aucune connaissance médicale... mais c'est pas grave. Ca fait mal, mais ça endurcit même si on est parterre...
je pense que la jalousie vient de gens qui sont en échec social, familial ou autre qui ne s'assument pas ou n'assument pas la situation et qui s'ils voient le moyen de nuire le feront.. pas parce que vous êtes handicapé(e) mais simplement pour jouir des "douceurs" qu'ils vous font subir...

être envié : je ne le crois pas non plus. En tout cas pour moi. Cela ne s'est jamais ressenti en termes de jalousie.
Si tel est le cas, pas un instant je n'hésiterai à le remettre en place car son raisonnement serait alors dévoyé.
par contre, je pense que si un couple dont l'un est handicapé passe le cap. Beaucoup envient la situation pour essayer de la détruire. Si c'est cela dont vous parlez alors oui j'ai été envié.

travailler c'est le gros lot  ?
oui je le crois
pour tous les chomeurs rires
pour nombre de handicapés qui ont tout ou presque perdu dans leur handicap c'est de la survie
je crois aussi que le handicap n'est pas une loterie pour l'employeur ou alors il n'a rien à faire en tant que patron.
Faire 2 fois plus de travail que les autres ? Non pas d'accord.
être 2 fois plus performant que les autres ? non pas d'accord
car dans les 2 cas, cela induit qu'avant l'évènement handicapant nous étions des "branleurs''
de plus cela laisse entendre que vous êtes plus performant en étant handicapé qu'en étant bipède...
Paradoxal, vous ne trouvez pas ?

Vous rendez-vous compte que vous parlez tous du handicap comme d'un ébola ou d'un virus ?
On est handicapé plus ou moins - et je pense être dans les moins en regardant les tétra.
Mais il ne me semble pas voler l'argent du contribuable pour les indemnités dues suite à mon accidente de travail.
Car si lui continue le foot à porter ses enfants dans les bras etc.
Pour Moi c'est terminé.

Vous vivez votre handicap comme un fardeau !
Vous ne trouvez pas que votre handicap est un fardeau pour votre vie de tous les jours sans avoir à porter celui des c...
Alors pourquoi rajouter celui du bipède.
Qu'avez vous à faire de son opinion de ses jalousies maladives qui relèvent de la psychiatrie ?

En vous entendant, je change les mots et je les remplace par noir, beur, etc... et curieusement le mot qui me vient est RACISME
Etre handicapé c'est être un irrégulier arrivé clandestinement en France à partir d'un boat-people.
Tout le monde veut votre peau, le gouvernement, les ottochtones , le fisc, les banques, la sécu, les assureurs.
Tous veulent vous trucider.
Ne vous laissez pas contaminer par ces gens. Ils ne méritent ni votre sympathie, ni votre douleur.
Ils méritent simplement que vous les combattiez sur leur terrain...

Vous êtes handicapé-e ?
Alors assumez.
Et si vous devez pleurer, ne le faites jamais en présence de quelqu'un. Enfermez vous dans les toilettes, pleurez, prenez une serviette et criez dedans mais ne vous laissez pas abattre par quelques c... ou c...es qui trouvent malin de chercher à rabaisser les plus faibles dans leur pitoyable vie.
Votre famille vous tourne le dos, hé bien tant pis, c'est triste mais on n'a pas toujours ce que l'on veut ou souhaite....
Simplement en claquant la porte
moralisez le discours faites prendre conscience à votre interlocuteur qu'il déraille totalement.
Et passez à autre chose.

Et croyez bien que je compatisse à ce que vous dites et vous ressentez.
Ma surprise, comme quoi je peux l'être encore, c'est d'entendre ce que vous racontez sur la fonction publique. C'est ahurissant.

Sur ce,
je vous souhaite une excellente soirée.
N'hésitez pas - ce n'est pas de la pub ! - à venir me voir sur twitter
@handischtroumpf.

Par casper Mardi 04 novembre 2014
Pour nous, trouver un job aujourd' hui c' est un peu gagner au loto...

je relis cet article, et je me dis que la personne qui l' a écrit ne connait rien aux problèmes que nous rencontrons, allons handicapés courage vous devriez étre heureux on s' occupe de vous, tout va s' arranger, le chevalier blanc va venir, quelle blague. Est-ce que cet article à été écrit par une personne handicapée? une personne qui souffre tant dans son corps que dans son esprit, car si au fil du temps nous devenons "durs" nous avons nos coups de mou...et cela fait mal. Trouver un job aujourd' hui c' est un peu gagner au loto mais pour nous ce n'est jamais les 6 bons numéros. Bon courage à tous.

Par undeadphenix Mardi 04 novembre 2014
Le plus dur à intégrer ce n'est pas le travail lui-même, c'est ceux avec qui on va travailler, leur jugement, leur jalousie même.

Isa64, je me permets de te citer : Isa64 a dit : "Avec tout ça, croyez-moi, il ne faut pas me dire en tant que TH il faut travailler 2 fois plus pour être accepté, c'est faux !" J'ai pas dit travailler, j'ai dit en faire 2 fois plus ou être meilleur, ou se battre 2 fois plus ! J'ai même vu des rivalités entre personnes handicapés, mais comprends ce que je dis : imagine-toi être patron, tu sais que l'embauche d'un handicapé ça va faire blablater, les autres salariés "il a été embauché parce que handicapé" donc encore une fois mets toi à la place du patron, il faut que le fameux handicapé soit super bon. Mais je parle là de postes à responsabilité comme le mien. Le cas est différent pour d'autres postes. Le plus dur à intégrer ce n'est pas le travail lui-même, c'est ceux avec qui on va travailler, leur jugement, leur jalousie même. Isa64 a dit : "Il ne faut pas dire non plus, dès qu'ils verront les avantages à prendre un TH, les patrons n'hésiteront pas, c'est faux !" Parce que tu te trompes de cible. Il existe des groupements d'entreprise type GEIQ qui servent de portail d'embauche vers de grandes entreprises françaises. Elles ont besoin d'augmenter leur nombre de personnes handicapés et recrutent via des contrats de qualifications en CDD et proposent des fois un CDI par la suite. Encore une fois mets-toi à la place d'un employeur : si tu embauches quelqu'un tu n'as pas envie qu'il te claque entre les doigts, une longue période d'observation peut-être très bénéfique. En tout cas ces structures ont le mérite d'exister, après encore faut-il avoir les bonnes personnes en face de soi, comme partout d'ailleurs. Isa64 a dit : "Ceux qui ont eu une RQTH sans licenciement et sont restés dans leur entreprise, eux, ont une chance inouïe. Tandis que ceux qui ont été licenciés se retrouvent sans travail et face à une discrimination bien réelle." Je te rejoint, c'est ce que j'ai vécu. Et je sais à quel point la pente est dure à remonter. Surtout quand en plus t'es bourré de médocs qui te défoncent et que tu te dis : "si je rebosse je perds mon AAH". C'est un vrai bourbier. Genoutartrez a dit : "l'étiquette "fainéant " ou "simulateur" est si facile à coller sur les accidentés de la vie qui ne peuvent mais! Non seulement il faut porter son handicap, mais encore il faut prendre le mépris généralisé en plein dans la figure, y compris de la part du monde " Malgré avoir passé des heures à expliquer ce que j'avais, c'est l'incompréhension qui demeure. Je vais te donner un exemple simple, j'ai une main en moins, et bien figure-toi que mon prof de sport au collège avait décidé que je pouvais monter à la corde. Oui il avait décidé ça. J'ai passé 1/4 d'heure devant toute la classe à essayer. Bien sûr cela a fait rire énormément tout le monde. La morale, c'est que les autres au lieu de m'aider, se sont moqués,car au fond d'eux c'est ce que pense les valides de nous, on est nuls et marrants. Pas tous, heureusement, mais beaucoup. Et j'en ai beaucoup d'autres des exemples. Comment veux-tu faire changer cela ? Parce que cela s'est passé au collège, les gens ont grandi ? Et bien il y en a pas beaucoup qui ont grandi. Triste constat. Une fois j'ai écris que le pire défaut de l'humanité était la méchanceté, car elle est inutile et n'a que de mauvaises conséquences. On est en plein dedans.

Par Genoutartez Mardi 04 novembre 2014
Le handicap et la maladie n'interpellent que si les gens sont eux même concernés.

"C’est à la personne de décider si elle la mentionne sur son CV et si elle la communique à son employeur”. C'est ce que mentionne l'article, Parce qu'on a le choix? Si le délai pour se retrouver à l’hôpital en travaillant comme un valide avec quatre hernies discales et une cage métallique dans le bas du dos, les deux genoux et les deux hanches arthrosiques est de 15 jours , Il ne sert à rien de cacher son handicap pour être embauché,La période d'essai passée vous vous retrouverez à la porte de l'entreprise, sinon avant. Pas la peine de vous tourner vers la FNATH ou autre association d'handicapés parasite, il s'avère que vos cotisations (énormes) servent plus à payer des gueuletons aux gestionnaires qu'à vous aider. C'est un soulèvement national de tous les handicapés directement dirigé vers le gouvernement qu'il faudrait organiser. Et encore...! Je ne suis même pas persuadé que ça toucherait un seul de nos élus. Le handicap et la maladie n'interpellent que si les gens sont eux même concernés,avez vous vu un handicapé dans l'hémicycle? l'étiquette "fainéant " ou "simulateur" est si facile à coller sur les accidentés de la vie qui ne peuvent mais! Non seulement il faut porter son handicap, mais encore il faut prendre le mépris généralisé en plein dans la figure, y compris de la part du monde médical qui veut ignorer royalement la misère qu'il génère . Hitler supprimait ouvertement les incapacités , aujourd'hui on leur signifie par le rejet ou l'ignorance qu'ils n'ont qu'à crever, c'est la même chose. Au cours des ans l'amertume prend le pas. Faux ! le handicap n'est pas un atout, loin s'en faut.

Votre pseudonyme apparaîtra en signature de votre réaction.
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.


Règles de conduite

  • Tous les propos contraires à la Loi sont proscrits.
  • La publicité commerciale n'est pas autorisée.
  • En réagissant à cet article, vous autorisez la publication en ligne de votre contribution.
  • Une orthographe et une mise en page soignées facilitent la lecture : évitez majuscules et abréviations, pensez aux accents.
* Champ obligatoire