Statut de travailleur handicapé : quels avantages ?

Statut de travailleur handicapé : quels avantages ?

Être reconnu comme « travailleur handicapé » peut s’avérer utile sur le plan professionnel. Mode d’emploi pour monter son dossier.

Vous souffrez d’une hernie discale, d’un diabète, d’une allergie ? Cette maladie vous gêne dans votre vie professionnelle ? Alors, vous avez sans doute intérêt à faire reconnaître ce handicap sur le plan médical. Pourquoi monter un tel dossier si la maladie n’est pas visible ?

Même si c’est parfois psychologiquement douloureux à effectuer, la démarche menant à l’obtention de la Reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (la RQTH, selon sa dénomination administrative) ouvre droit à des aides pour aménager son poste de travail ou pour retrouver un emploi.

Comment obtenir le statut de travailleur handicapé

Le dossier de demande de Reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH) est à retirer auprès d’une maison départementale des personnes handicapées (MDPH). Vous trouverez leurs coordonnées sur www.cnsa.fr (cliquer sur Une MDPH dans chaque département) ou auprès des services sociaux de la mairie.

Il peut aussi être envoyé sur appel téléphonique ou être téléchargé www.cnsa.fr (cliquer sur Documentation/Formulaires Cerfa).

Il comprend un « Formulaire de demande(s) auprès de la MDPH » et des certificats médicaux. Il faut compléter les parties concernant son identification, son adresse, sa situation familiale et professionnelle, l’expression de ses besoins ainsi que la partie « i » relative au travail et à l’emploi.

Certificats médicaux signés par le médecin

Dans tous les cas, le certificat médical est à faire remplir par son médecin généraliste. Pour de nombreuses pathologies (déficit visuel, auditif, etc.), un spécialiste devra signer le second certificat médical. Les personnes atteintes de problèmes visuels joindront le bilan ophtalmologiste paraphé par leur ophtalmologue.

Le dossier rempli, signé et complété du ou des certificats médicaux ainsi que des justificatifs d’identité et de domicile, est retourné à la MDPH, qui en accusera réception. Même s’il n’est pas formellement réclamé, il est fortement conseillé d’y insérer un curriculum vitae.

Avis de la Commission sous quatre mois

La RQTH est attribuée par la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées, sur proposition de l’équipe d’évaluation de la MDPH. Les demandes sont examinées sur dossier, ou étudiées en face à face avec la personne qui est invitée à présenter sa situation devant la Commission. Le délai légal de réponse est de quatre mois.

Quels recours en cas de refus ?

Si la RQTH est refusée, on peut, dans les deux mois de la réception de la décision, demander au directeur de la MDPH de faire intervenir un conciliateur. Si son avis ne satisfait pas (ou même dès réception du refus), c’est vers le tribunal administratif qu’il faut se tourner.

Des débouchés dans le secteur public

Ce statut permet à une personne en recherche d’emploi d’intégrer la fonction publique par le biais de concours qu’il sera possible d’aménager en fonction de son handicap. Elle pourra aussi accéder à un emploi contractuel pouvant déboucher, au bout d’un an, sur une titularisation.

Les salariés déjà en poste (dans les secteurs privé ou public) bénéficient d’un suivi spécifique effectué par le médecin du travail. Ils peuvent obtenir un aménagement de leur poste ou des horaires adaptés.

Un accès prioritaire aux contrats aidés

En cas de licenciement, la durée du préavis est doublée, sans toutefois que sa durée totale ne dépasse trois mois (article L.5213-9 du Code du travail). Les demandeurs d’emploi bénéficient d’un suivi par un réseau spécialisé, les Cap Emploi, et ont un accès prioritaire à des contrats aidés.

Les entreprises de 20 salariés et les administrations sont tenues d’employer des personnes handicapées, à hauteur de 6 % de leurs effectifs. Embaucher des salariés reconnus travailleurs handicapés leur permet de s’acquitter de cette obligation et de bénéficier d’aides pour aménager le poste de travail.

Une fois obtenue, cette reconnaissance reste confidentielle… jusqu’à ce que vous jugiez nécessaire d’en faire état. Karine Dubois, référente Insertion professionnelle à la maison départementale des personnes handicapées du Pas-de-Calais, précise :

C’est à la personne de décider si elle la mentionne sur son CV et si elle la communique à son employeur”
 

 

Auteur : Sylvie Karsenty
Date de première mise en ligne : 02/10/2012

Autre article : Travailler avec un handicap

70 RÉACTIONS À L'ARTICLE
Par casper Vendredi 19 décembre 2014
combattre

Le préavis est doublé pour accident du travail ou maladie professionnelle, fonction publique ou pas ne vous laissez pas faire, encore faut-il connaitre ses droits...le problème se situe bien souvent là, malheureusement trop de personnes sont dans l' ignorance, et, n'osent pas...courage de toutes manières dites-vous bien que la plupart du temps un patron vous considère comme un "trou' dans sa comptabilité......

Bonnes fetes à tous

Par auregane Vendredi 19 décembre 2014
Des utopies !

La fonction publique pour les rqth ? Vous rêvez !!! Je fais partie de ces rqth qui sur préconisations du médecin du travail en attente d'un reclassement depuis mai 2014 ou d'un poste aménagé depuis octobre 2012 et je suis fonctionnaire.
Quant au licenciement , ma maman qui travaillait en ephad à rieulay a été licenciée sans aménagement de poste, sans tentative de reclassement et son préavis n'a pas été doublé .
De belles lois dont les employeurs se moquent éperdument !
En attendant, nous rqth, nous avons besoin de manger et de vivre comme tout le monde et non se contenter de survivre.

Par casper Vendredi 12 décembre 2014
pour MIMOSA

Bonjour,

n' y a-t-il pas une personne au niveau de l' ESAT qui peut vous informer, sinon dans votre entourage( famille, amis).

Avez-vous en dernier recours la possibilité de contacter l' inspection du travail?
Tenez nous au courant et bon courage.

Par MIMOSA Jeudi 11 décembre 2014
je suis secrétaire adjointe de l'association NOUS AUSSI pour vous signalée que l'employeur ne respecte pas les horaires

Je travail en ESAT qui et un centre pour le travail pour les personnes handicapées intellectuelles .
Que notre chef ateliers sa fait 2 semaines quelle nous fait reprendre avant l'heure .
C'étaient vendredi 5décembre 2014 , nous sommes partis manger à 11H35 et nous avons du reprendre à 12H35 et habitude à 13H .
Mardi 9 décembre 2014 , nous sommes partis manger à 12H 20 et ont du reprendre à 13H et habitude ont reprendre le travail à 13H40 .
Jeudi 11 décembre 2014 , nous sommes partis manger à 12H et ont du
reprendre à 13H et habitude nous reprendre le travail 13H45 .
Nous ai couvert de reprendre le avant l'heure.
Les horaires ne sont payer , ne sont récupérer, et ont na pas de RTT.
Je voudrais savoir ce que nous devons faire pour nous défendre car
nous sommes handicapées intellectuelles et je fais parti de l'association
NOUS AUSSI pour la défendre des droits des personnes handicapées intellectuelles .

Par openbrief Mercredi 03 décembre 2014
AAH, RQTH, PARASITES § FAUX HANDICAPES

1/ L'AAH ne devrait exister QUE et uniquement QUE pour les TI 80%
2/ Le diabétique dont il est question, soit il a un autre handicap, soit c une grave erreur de lui avoir attribuer.
3/ La France sera obligée de revoir TOUT son système social, qui actuellement profitte aux étrangers et quasiment plus aux Français

Votre pseudonyme apparaîtra en signature de votre réaction.
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.


Règles de conduite

  • Tous les propos contraires à la Loi sont proscrits.
  • La publicité commerciale n'est pas autorisée.
  • En réagissant à cet article, vous autorisez la publication en ligne de votre contribution.
  • Une orthographe et une mise en page soignées facilitent la lecture : évitez majuscules et abréviations, pensez aux accents.
* Champ obligatoire