Plan Cancer 2014-2018 : dépistage en première ligne

Le troisième Plan national contre le Cancer 2014-2018 met l'accent sur le dépistage, la prise en charge de certains examens et un accès plus rapide aux IRM/TEP. Une hausse du prix du tabac est également programmée.

Le Plan cancer 2014-2018 met l'accent sur :

  • l'amélioration de la prévention des cancers les plus fréquents (cancer du sein, cancer colorectal, cancer de l'utérus) par un dépistage généralisé
  • la prise en charge des examens prescrits en cas de suspicion de cancer.
  • la réduction du délai d'attente pour passer un scanner
  • des moyens pour permettre aux malades de ne pas subir de discriminations au travail et dans leur vie courante
  • la mise en place d'un site national d'information sur Internet.

Il s'agit, pour le président de la République qui présentait ce troisième plan cancer, de réduire les inégalités face à la maladie.

Dans son discours du 4 février 2014, François Hollande, rappelait que si un cancer sur deux se guérit, entre 30 et 65 ans, il tue davantage les ouvriers que les cadres. Et que les personnes les plus modestes se font moins dépister que les autres, réduisant ainsi leurs chances de guérison.

La transparence dans l'offre et la qualité des soins sera matérialisée par un site national d'information en ligne auquel chacun aura accès. Ce troisième plan de lutte contre le cancer est doté d'un budget de 1,5 milliards d'euros.

Généralisation du dépistage du cancer de l'utérus

Le cancer du col de l'utérus (dont la fréquence augmente depuis quelques années) sera davantage dépisté.

  1. Généralisation des frottis tous les trois ans auprès des femmes entre 25 et 65 ans. A l'avenir, 80 % des femmes (contre 60 % aujourd'hui) bénéficierait de ce dépistage.
  2. Doublement de la vaccination des jeunes filles (entre 11 et 14 ans ; 20 ans dans certains cas) d'ici 2021.

Prise en charge des examens en cas de cancer du colon

En cas de suspicion du cancer du colon (en particulier après un test de dépistage Hémocult), la coloscopie prescrite sera prise en charge afin d'éviter à la personne d'avancer des frais de l'examen.

Augmentation du prix des cigarettes en vue

Un programme national de lutte contre le tabagisme sera lancé d'ici l'été 2014. Objectif : réduire de 30% les cancers liés au tabac.

  1. Nouvelle hausse significative du prix du tabac en perspective.
  2. Mise en place d'un numéro de téléphone unique pour joindre un tabacologue et faciliter l'accès au sevrage.
  3. Encouragement du sevrage par une meilleure prise en charge des substituts nicotiniques par la Sécurité sociale. Actuellement l'assurance maladie prend à sa charge les traitements prescrits à hauteur de 50 € (150 pour les femmes enceintes).

Délai d'attente pour une IRM raccourci

Quel que soit le cancer, tout retard de dépistage équivaut à une aggravation du risque.

Le délai d'attente pour passer une IRM doit être identique quel que soit son lieu de résidence : le temps moyen d'attente doit être ramené à 20 jours d'ici 2017, contre environ 27 jours actuellement.

Information générale sur l'offre de soins

Les patients doivent pouvoir s'informer et disposer d'informations qui leur permettent de participer pleinement aux décisions qui les concernent.
A cet égard, un site national d'information doit être mis en service. Il offrira aux usagers et aux malades une information fiable sur l'offre et les protocoles de soins.

Concilier vie professionnelle et traitements

Tous les patients qui le nécessitent devront pouvoir accéder à des traitements anti douleur, des conseils diététiques, un soutien psychologique... y compris lorsqu'ils sont soignés à domicile.

De même, les malades doivent pouvoir poursuivre leur activité professionnelle en cours de soins s'ils le souhaitent.

Concilier traitement et vie professionnelle passe par un aménagement du temps de travail sans risque de discrimination de la part des employeurs.

Et aussi sur Dossier familial