Sans abri : 45% des demandes d’hébergement sont restées sans réponse cet hiver

Sans abri : 45% des demandes d’hébergement sont restées sans réponse cet hiver
En janvier 2016, 22 300 individus ont appelé le 115 pour un hébergement d’urgence. - © choja

Si les demandes d’hébergement sont en légère baisse par rapport à janvier 2015, 9 900 personnes sont restées sans solution, indique le baromètre du 115 de janvier 2016.

En janvier 2016, près de 87 300 demandes d’hébergement d’urgence ont été faites au 115, le numéro vert dédié, par 22 300 personnes différentes dans 45 départements. Cela représente une légère baisse de l’ordre de 5 %. Sur les 22 300 individus ayant demandé un hébergement d’urgence, 9 900 personnes sont restées sans solution soit près de 45% des demandes, indique le baromètre du 115 réalisé par la Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion (Fnars).

Les demandes concernant les prestations ou de l’information sur les distributions alimentaires, les douches, les soins, les duvets, les transports ont fait un bond de 32 % en un an. Elles traduisent « une fragilisation sanitaire et sociale des personnes » indique le baromètre.

De plus en plus de sollicitation de familles

Les familles ont été « très nombreuses » à solliciter le 115. Elles représentent 41 % de l’ensemble des personnes ayant composé le numéro d’urgence, soit 2 800 familles accompagnées de plus de 4 900 enfants. Une situation « alarmante » pour la FNARS.

D’après le baromètre du 115, 47 % des familles n’ont jamais été hébergées suite à leurs diverses demandes. « Celles qui sont hébergées sont orientées principalement vers l’hôtel (45 %), alors que le gouvernement a annoncé sa volonté de diminuer le recours aux nuitées hôtelières », souligne le document réalisé par la FNARS.

La Fédération « dénonce une l’inadaptation du parc pour répondre aux nombreuses demandes des familles sans-abri, qui sont, pour la moitié d’entre elles, laissées sans solution d’hébergement ». Et « demande au gouvernement d’anticiper dès à présent la fin du plan hiver en orientant les personnes hébergées vers des structures stables ou du logement afin que personne ne soit remis à la rue au printemps ».