Handicap : 90 départements engagés pour un accompagnement adapté

Handicap : 90 départements engagés pour un accompagnement adapté
En 2015, plus de 6 500 enfants et adultes ont dû s’exiler en Belgique pour être accueillis dans une structure spécialisée. - © FatCamera

90 départements sont engagés dans le dispositif « une réponse accompagnée pour tous » qui vise à offrir un accompagnement personnalisé à chaque personne handicapée.

Ne laisser aucune personne handicapée, enfant ou adulte, seule face à ses difficultés et sans solution d’accompagnement. Tel est l’objectif de la démarche « une réponse accompagnée pour tous » lancé en novembre 2015 par le gouvernement. 66 départements viennent de rejoindre le dispositif, portant à 90 le nombre de territoires départementaux engagés, avant sa généralisation le 1er janvier 2018.

47 000 handicapés sans solution d’accueil en 2015

L’Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales, et de leurs amis (Unapei) estimait, dans un Livre noir du handicap remis aux députés en octobre 2015, à plus de 47 000 le nombre de personnes souffrant de handicap mental ou neurologique sans solution d’accueil en France en 2015. Parmi elles, plus de 6 500 enfants et adultes ont dû s’exiler en Belgique pour être accueillis dans une structure spécialisée.

C’est pour répondre à cette situation que le gouvernement a mis en place la démarche « une réponse accompagnée pour tous ». « C’est une mesure de justice sociale » a déclaré dans un communiqué la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine. Chaque personne en difficulté, du fait de l’absence d’un accompagnement médico-social adapté, devra pouvoir bénéficier d’un plan d’accompagnement global. Elle se verra proposer une réponse individualisée en fonction de l’offre locale disponible.

Faciliter le travail des Maisons départementales des personnes handicapées

Un décret, publié le 7 février au Journal officiel, définit « les informations qui doivent être transmises aux Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) par les Agences régionales de santé (ARS), les services de l’Etat et les collectivités territoriales, en vue de l’élaboration de ces plans d’accompagnement ».

Les informations portent sur les ressources et dispositifs existants en matière :

  • d’établissements et services sociaux et médico-sociaux (capacité d’accueil, d’accompagnement et de prise en charge) ;
  • de scolarisation et d’accompagnement en milieu ordinaire des enfants et adolescents handicapés ;
  • de soins somatiques et psychiatriques ;
  • de formation et d’emploi en milieu ordinaire ;
  • d’insertion sociale des personnes handicapées, y compris dans le domaine du logement ;
  • d’appui aux aidants des personnes handicapées ;
  • d’appui mutuel aux personnes handicapées.

Ces informations doivent permettre de répondre aux besoins de ce public dans les domaines de l’accompagnement, de l’éducation, de la scolarisation, des soins, de l’insertion professionnelle ou sociale.

Selon la ministre, ce nouveau cadre réglementaire « facilitera le travail des MDPH » pour trouver des « solutions adaptées à chacun ».