Prime d'activité : qui va gagner, qui va perdre en 2016 ?

Prime d'activité : qui va gagner, qui va perdre en 2016 ?

Le Premier ministre a présenté les modalités de la nouvelle prime d'activité qui remplacera en 2016 la PPE et le RSA activité. Largement distribuée, elle avantagera surtout les travailleurs gagnant entre 600 € et 1 200 €.

La prime d'activité est créée pour atteindre deux objectifs :

  1. Encourager le retour à l'emploi : la prime vient en complément d'un petit salaire d'activité. Elle doit être plus incitative que la Prime pour l'emploi (PPE).
  2. Simplifier l'accès aux aides : elle remplacera en janvier 2016 la Prime pour l'emploi et le RSA activité qui faisaient doublon. Ce dernier nécessite des formalités complexes et ne joue pas à plein.

Les aides actuelles

La prime pour l'emploi est actuellement versée aux travailleurs déclarant entre 311 € et 1 454 € de revenu par mois (pour un célibataire). Le RSA activité est versé aux travailleurs gagnant moins de 1 210 € par mois (pour un célibataire). Ces plafonds varient en fonction de la composition du foyer. La prime d'activité va remplacer ces deux aides en 2016.

A lire aussi : La prime pour l'emploi (PPE) sera encore versée en 2015

Mais les anciens bénéficiaires de la PPE ou du RSA ne seront pas tous servis dans les mêmes conditions l'année prochaine. Certains ne toucheront plus rien. D'autres seront mieux soutenus.

Ceux qui vont y gagner

  • Les jeunes

C'est une nouveauté du prochain dispositif : les travailleurs de 18 à 25 ans pourront eux aussi profiter de la prime d'activité. Aujourd'hui, ils ne touchent pas le RSA activité, et peu d'entre eux bénéficient du RSA jeunes, tant ses conditions d'attribution sont restrictives.

En 2016, les salariés modestes de 18 à 25 ans toucheront la prime d'activité, au même titre que les autres. Avec cette restriction cependant : s'ils résident chez leurs parents, les revenus de l'ensemble du foyer seront pris en compte dans le calcul des droits.

Une question reste en suspens : les apprentis, soumis à un régime particulier, et les étudiants profiteront-ils, eux aussi, de cette aide ?

  • Les travailleurs gagnant entre 575 € et 1 400 € par mois

La prime doit encourager le retour à l'emploi. C'est pourquoi elle favorise ceux qui exercent une activité. Les travailleurs gagnant entre 0,5 et 1,2 fois le Smic toucheront davantage qu'avec la PPE et le RSA activité.

Exemples
Un célibataire salarié au Smic (1 150 € en 2015) touchera environ 126 € par mois, au lieu de 68 € aujourd'hui.
Un couple ne disposant que d'un seul salaire au Smic touchera 414 € au lieu de 343 € aujourd'hui.

  • Les travailleurs qui ont droit au RSA mais ne le demandent pas

Actuellement, 68 % des personnes qui auraient droit au RSA ne le demandent pas. L'accès à la prime d'activité se veut plus simple : le titulaire n'aura plus à actualiser sa demande tous les mois, mais tous les 3 mois. En conséquence, le montant de la prime sera lui aussi fixé pour 3 mois et non pour un mois.

Ceux qui vont y perdre

Le montant de la prime sera parfois plus élevé mais elle touchera moins de monde : 4 à 5 millions de personnes, selon le gouvernement, au lieu de 6 millions pour la PPE et le RSA réunis.

  • Les travailleurs gagnant plus de 1 400 €

Le montant moyen de la prime pour l'emploi est de 36 € par an pour les salariés touchant plus de 1,2 fois le Smic (plus de 1 360 € par mois en 2015). Dans le prochain dispositif, ces travailleurs ne toucheront plus rien.

  • Les familles

Le calcul de la prime d'activité prendra moins en compte la composition du foyer que pour le RSA activité. Cependant, un mécanisme de compensation existera pour protéger les familles monoparentales.

Exemple : une mère seule avec un enfant et gagnant le Smic aura droit à 280 € (contre 127 € pour un célibataire).

Ceux pour qui rien ne changera

  • Les travailleurs gagnant moins de 575 €

Pour ceux qui touchent un salaire inférieur à 575 € par mois, le montant de la prime d'activité restera le même que celui du RSA activité actuel.

  • Les titulaires du RSA socle ou de l'ASS

La prime d'activité n'inclue pas le RSA socle, attribué aux personnes sans aucune ressource, ni l'ASS (allocation spécifique de solidarité), attribuée aux chômeurs en fin de droit.

Mais la fusion de ces deux allocations en un "minimum social simplifié" a aussi été annoncée. Une consultation est lancée pour aboutir à un projet cet été.