Les aides pour l’insertion professionnelle des jeunes

Une prime est attribuée aux apprentis dont le contrat a débuté entre le 1er juin 2016 et le 31 mai 2017, à condition qu’ils aient moins de 21 ans à la date du début d’exécution de leur contrat. - © milanvirijevic

Certaines aides incitent les jeunes à opter pour la filière de l’alternance ou à s’insérer sur le marché de l’emploi, souvent après un décrochage scolaire.

Une prime pour les apprentis

Cette nouvelle prime est attribuée aux apprentis dont le contrat d’apprentissage a débuté entre le 1er juin 2016 et le 31 mai 2017, à condition qu’ils aient moins de 21 ans à la date du début d’exécution de leur contrat (c’est-à-dire au jour où le contrat commence réellement et non à la date à laquelle il est signé). Son montant est de 335 euros, quelles que soient les ressources et la situation du bénéficiaire ou de ses parents. L’aide est versée en une seule fois par l’Agence de services et de paiement (ASP), et se cumule avec toutes les autres aides. Une seule prime est accordée, même si le jeune enchaîne plusieurs contrats d’apprentissage.

Un courrier est envoyé directement par l’administration aux apprentis concernés. Celle-ci les invite à se rendre sur le site aide-financiere-jeunesapprentis.asp-public.fr (avant le mois de novembre pour ceux dont le contrat d’apprentissage a démarré en 2017), ce qui leur permet d’accéder à un formulaire prérempli qu’ils valident en ligne. Ce dernier leur est ensuite renvoyé par courriel et doit être retourné par La Poste à l’ASP avec les justificatifs demandés. Pour plus d’informations ou en cas de problème (non-réception du formulaire, etc.), consultez le site alternance.emploi.gouv.fr.

La garantie jeunes

Généralisé dans toute la France depuis janvier dernier, ce dispositif s’adresse aux jeunes de 16 à moins de 26 ans qui ont arrêté leurs études avec peu ou sans diplômes, qui n’ont ni emploi ni formation, comme à ceux dépourvus de soutien familial, en situation de précarité dont les ressources ne dépassent pas 472,37 euros. Toutefois, les jeunes dont les ressources sont comprises entre 472,37 et 614,08 euros peuvent être éligibles si leur situation le justifie.

La garantie jeunes prend la forme d’un contrat d’engagement réciproque d’un an entre un jeune et une mission locale. Elle permet de bénéficier d’un suivi particulier dans sa recherche d’emploi, de se familiariser avec la vie en entreprise, d’améliorer ses compétences et d’être épaulé sur le plan social (logement, etc.).

Elle inclut le versement d’une allocation mensuelle de 472,37 euros si vos ressources (allocation-chômage, pension alimentaire, indemnités de stage, etc.) sont inférieures à 300 euros. Entre 300 et 1 184,21 euros de revenus mensuels, l’allocation est dégressive. Pour en bénéficier, il faut s’adresser à la mission locale de votre lieu de résidence. Cette aide n’est pas cumulable avec le RSA jeunes pour la personne qui en bénéficie à titre principal. Cependant, le cumul devient possible si celle-ci-ci est l’enfant d’une famille allocataire du RSA.

Les aides locales

Les collectivités locales soutiennent financièrement l’intégration socio-professionnelle des jeunes, souvent par l’intermédiaire des missions locales. Ainsi, le Fonds départemental d’aide aux jeunes en difficulté verse une aide à toute personne entre 18 et 25 ans en difficulté inscrite dans une démarche d’insertion. Pour en bénéficier, vos ressources ne doivent pas excéder 605 euros mensuels. Adressez-vous à la mission locale ou au centre départemental d’action sociale dont vous dépendez.

L’aide mobili-jeune en cas de formation en alternance

« Le logement est un réel problème pour les apprentis, qui choisissent souvent l’entreprise où ils iront travailler en fonction des facilités à se loger. Certains sont même amenés à changer d’orientation, faute d’entreprises proches de leur domicile », rappelle Corinne Bedos Toulgoat, directrice de la relation clients d’Action Logement Services. Action Logement (ancien 1 % logement) a donc mis en place une aide prenant en charge une partie du loyer – déduction faite de l’allocation logement – pour les moins de 30 ans en formation en alternance (sous contrat d’apprentissage ou de professionnalisation) au sein d’une entreprise du secteur privé non agricole et qui ne gagnent pas plus que le smic. Son montant est compris entre 10 et 100 euros mensuels pour toute la durée de la formation professionnelle (trois ans maximum).

Le RSA jeunes

Les jeunes majeurs de moins de 25 ans, y compris les chômeurs et les étudiants, ont droit au RSA à certaines conditions. Sauf à être soi-même un parent isolé, il faut avoir exercé une activité professionnelle, salariée ou non, pendant au moins deux ans à temps plein (au moins 3 214 heures), au cours des trois ans précédant la date de la demande. Le montant de l’aide dépend de la composition de votre foyer et de vos revenus (y compris les aides au logement ou l’avantage en nature dont vous bénéficiez si vous êtes locataire à titre gratuit ou propriétaire). Son montant minimal est de 536,78 euros par mois (545,48 euros à partir du 1er septembre). La demande est à déposer auprès de la Caisse d’allocations familiales, des services du département ou de certains centres communaux d’action sociale.