Dépasser la peur de rompre

Page 2 / 4

Difficile d’admettre l’échec

"Certaines personnes éprouvent des difficultés à accepter le réel, ajoute Thomas Wallenhorst, psychiatre, et à reconnaître que “ça n’a pas marché”. Plus on s’est investi dans le couple, plus il est difficile d’en admettre l’échec. On préfère laisser la question en suspens pour protéger l’estime de soi." Le manque de confiance en soi nous paralyse : il est plus confortable de mettre tout ce qui ne va pas sur le compte de la relation plutôt que de devoir se confronter à ses insatisfactions et à ses limites.

Souvent, madame entretient le linge et la maison, monsieur s’occupe des voitures et du bricolage et l’on se sent désemparé à l’idée de devoir tout assumer seul(e). Si insatisfaisant soit-il, un couple offre toujours quelques bénéfices… "Nous vivons dans une grande maison et j’ai très peur de me retrouver dans un deux-pièces", reconnaît Stéphanie, 40 ans.

Un sentiment de culpabilité qui ronge

La culpabilité rôde aussi. Il est plus facile d’endosser le rôle de victime que celui de "méchant" ou de "méchante", qui fait de la peine aux autres. Chantage affectif du conjoint et, surtout, désir de protéger les enfants peuvent peser lourd dans la balance. Sans compter nos parents qui prennent souvent mal la séparation, les amis qui ne comprennent pas.

"Ce sont des questions légitimes, assure Thomas Wallenhorst. Il faut faire un tour d’horizon de tout ce qui est en jeu, en soi et chez les autres. Mais même si la séparation est un traumatisme pour l’enfant et si l’on redoute ses conséquences sur notre conjoint, il faut savoir prendre cette décision lorsque nos propres limites sont atteintes : “Si tu me tapes, je te quitte.”"

55 RÉACTIONS À L'ARTICLE
Par cracotte Jeudi 01 janvier 2015
16 ans de vie commune, 2 enfants et une relation qui ne me convient plus

Je suis dans la même situation que beaucoup d'internautes. 16 ans de vie commune, 2 enfants et une relation qui ne me convient plus. Lui et moi avons toujours été différents mais nous nous sommes construits des vies parallèles, voire de plus en plus écartées...Du coup nous nous entendons plutôt bien tellement nous ne "vivons "pas l'un avec l'autre. Mais voilà, depuis un certain temps, cela ne me convient plus. Plus de tendresse,beaucoup d'indifférence de part et d'autre.J'ai ma part de responsabilité. Nous n'avons aucun sujet de conversation à part les enfants.Et cela me fait peur. Bref, nous sommes d'accord tous les 2 pour dire que nous cohabitons. Alors j'ai provoqué les choses et j'ai décidé qu'il était temps de nous séparer. Mon mari reconnait que cette relation n'est pas des plus intimes et quelque part il accepte la situation.Du coup nous n'avons jamais autant discuté qu'en ce moment et sa gentillesse et son écoute me mettent presque le doute. Je sais pourtant que je n'ai plus de désir pour lui. Mais j'avoue qu'après beaucoup de certitudes je suis dans une grosse phase de doute.J'espère vraiment m'en sortir ...

Par Lulu14 Jeudi 04 décembre 2014
Difficile de prendre une décision car j'ai peur de lui faire du mal, de regretter.

Cela fait plus d'un an que je ne suis pas bien, pas heureuse, souvent triste alors que ce n'est pas mon caractère du tout. Je suis normalement une personne joviale, optimiste qui aime rire. Je me pose en effet bcp de questions sur mon couple. J'ai 25 ans, et c'est ma première relation, cela fait 7 ans et demi qu'on est ensemble mais je ressens une certaine lassitude de cette relation. On s'est toujours souvent disputé pour plein de petites choses, nos caractères sont forts et assez différents. Il s'est passé bcp de choses en plus de 7 ans. Il m'a toujours fait des promesses de nombreuses fois (arreter de fumer, par exemple) mais ne les a jamais tenues. J'ai l'impression d'avoir perdu mes sentiments envers lui. Je n'arrive pas à ressentir quelque chose pour lui, je ressens comme un vide. Est-ce peut etre normal au bout de 7 ans de relation ?J'ai du mal également à supporter son caractère dans certaines circonstances. Il dit qu'il m'aime bcp, fait des efforts lorsqu'il sent que je prends de la distance alors je me dis du coup qu'il y'a peut etre un espoir, que ça va aller mieux si je reste, que mes sentiments vont revenir etc.. La décision est difficile à prendre. J'ai un poids qui me pèse sur les épaules. Mais je n'ai que 25 ans, j'ai envie de profiter un peu de la vie car j'ai l'impression de ne pas avoir profité de ma jeunesse. On s'est rencontré j'avais 18 ans et on s'est vite installé ensemble, et on a acheté une maison il y'a 3 ans. Maintenant il voudrait avoir un enfant. Mais je n'ai pas envie tt de suite je me sens encore trop jeune, j'ai vraiment envie de voyager, de rire, de m'éclater, de profiter. Et j'ai peur de passer à côté de quelque chose si je reste, de regretter tte ma vie. J'ai envie d'une belle histoire d'amour, que l'on me porte vers le haut, de découvrir des choses etc. Mais j'ai peur de lui faire du mal, de regretter. Que faire ?

Par sofipsychologue Lundi 13 octobre 2014
la voie du coeur

Oui il faut du courage, pour prendre en main la responsabilité de sa vie. Ce qui veut dire être en capacité d'y apporter des réponses. Pour avoir du courage, il faut du coeur, c'est l'étymologie du mot. Et bonne nouvelle, tout le monde dispose d'un coeur, mais est-il ouvert, assez pour permettre l'accès à son ouverture, permettre cette possibilité d'accepter ce qui est et de choisir. Le choix partir ou rester, avec en vous, le coeur et la lucidité, ainsi que cette formidable étincelle : la guidance, votre voix intérieure sait qui vous êtes. Sa parole, ses signes, tout ce qu'elle exprime est parfait, juste.
La vie est un condensé d'énergie, en mouvement constant, tel l'univers, et nous même, le genre humain, nous les êtres humains, sommes soumis à cette immensité vivante. Alors secoués oui, nous sommes, éprouvés oui, aussi, vibrants également, mais aussi sommés de se positionner. Là où l'on se place, si l'on est ou pas aligné avec l'ordre naturel des choses, il y a fort à parier que ça grésille. Que ce qui ne reçoit pas de réponse appropriée, est souvent promu à la douleur, l'anxiété. La peur avec toute cette confusion, entretenue par le mental, réalise à la perfection le travail de sape. Si l'on suivait la nature, par exemple une rivière, le cours d'eau qui n'en finit pas de s'écouler et qui s'ajuste à son milieu, il ne le contrarie pas, il ne se met pas en conflit, en résistance, il compose avec lui, il sait l'interdépendance. Il en est de même du ciel, du chien, de la fleur. Oui alors l'homme, que fait-il, lui ? Il a reçu le cadeau de la liberté, un sublime cadeau, hélas ce joyau, il n'en veut pas, il le refuse bien souvent (trop lourd à assumer), et ce cadeau c'est en cela qu'il va pouvoir s'accomplir....à la fin d'une vie diriez vous de vous que vous vous êtes accomplies ? Réfléchissez si votre relation vous plie, vous abîme, pensez à ce qu'elle pourrait être la vie, une vie tout autre, faites de respect et d'amour. Bon courage. Sofi Samira Psychologue à Paris

Par O Secours Jeudi 18 septembre 2014
Une vie de couple se construit difficilement et sur la durée, les crises c'est normal

Ma réaction peut choquer, mais je considère que la vie de famille doit être respectée. il faut ARRETER de Briser des couples, des familles!!!! c'est plus fort que moi,mais j'éprouve beaucoup de dégoût pour les gens qui s'introduisent dans un couple, dans une famille. Même si je sais que la faiblesse existe, que la tentation existe; mais ce n'est pas banal, ce n'est pas à prendre à la légère; derrière; il y a des humains, des souffrances énormes et parfois des vies gâchées. Une vie de couple se construit difficilement et sur la durée; les crises c'est normal. Ce n'est pas pour autant qu'on doit aller voir ailleurs. ou alors on arrête tout. Clairement. avant de trahir l'autre. ca paraît angélique, mais je suis bien placée (27 ans de vie commune, et pas facile touus les jours) votre militaire et vous même faites du mal à ses enfants et à la société. faut toujours réfléchir avant de se lancer avec qqn déjà engagé. C'est souvent facile de céder, surtout pour l'intrus. on est tous responsable de nos choix et de leurs impacts. retenez aussi que souvent on subit un jour ce qu'on a fait aux autres.s'il n'est pas droit et pas courageux,la lâcheté guette et il pourra vous faire la même chose un jour!!!

Par danilas Lundi 01 septembre 2014
double vie

Il ne quitter à jamais son épouse,il ne fait que profiter de vous,alors fuyer loin de lui,'c'est un bon conseil!!!

Votre pseudonyme apparaîtra en signature de votre réaction.
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.


Règles de conduite

  • Tous les propos contraires à la Loi sont proscrits.
  • La publicité commerciale n'est pas autorisée.
  • En réagissant à cet article, vous autorisez la publication en ligne de votre contribution.
  • Une orthographe et une mise en page soignées facilitent la lecture : évitez majuscules et abréviations, pensez aux accents.
* Champ obligatoire