Peut-on prévenir la rupture d'anévrisme ?

Page 1 / 3
Peut-on prévenir la rupture d'anévrisme ?

On a tous entendu parler dans notre entourage d'une personne atteinte brutalement d'une 'rupture d'anévrisme'. La maladie fait d'autant plus peur qu'on la connaît mal. Pourtant, aujourd'hui, l'accident peut souvent être évité.

Certaines personnes naissent avec une fragilité des vaisseaux, qui demeure ignorée parce qu'elle n'occasionne aucun symptôme. Cependant, dans leur cerveau, la paroi d'une artère se dilate peu à peu, formant un petit sac de plus en plus mince et fragile, appelé anévrisme et qui risque de se rompre à l'improviste, à la suite d'un effort, d'un énervement ou d'une poussée de tension.

Une hémorragie dans le cerveau…

"5 % de la population aura un anévrisme intra-cérébral au cours de sa vie, précise le professeur Serge Bracard, secrétaire général de la Société française de Neuroradiologie (CHU de Nancy). Parmi ces personnes, seules 1 % seront victimes d'une hémorragie méningée, soit environ 5 000 Français chaque année. L'accident est plus fréquent autour de la quarantaine, il touche plus souvent les femmes et semble favorisé par l'athérome (dépôt de graisse sur la paroi des artères), l'hypertension et le tabac (fumer multiplie le risque par trois)."

Un dépistage

Il existe des formes familiales (un cas sur 10). Aussi, un dépistage (par scanner ou IRM), peut-il être proposé quand deux parents proches ont été touchés. Mais un tiers des anévrismes est découvert par hasard, lors d'un bilan effectué pour des maux de tête ou après un traumatisme. Plus il est gros, plus il risque de se rompre. Au dessus de 7mm de diamètre, une intervention sera proposée. Au-dessous, on se contentera de le surveiller. Le chirurgien peut pratiquer une petite ouverture dans la boîte crânienne et poser un clip qui mettra la protubérance "hors circuit" et rétablira la continuité artérielle. Cependant, chaque fois que c'est possible, il aura recours à une technique moins lourde.

Ces interventions, hélas, sont plus souvent pratiquées après la rupture, les deux tiers des anévrismes cérébraux ne se révélant qu'à cette occasion. L'hémorragie n'est pas toujours fatale. Mais l'anévrisme doit être traité avant le troisième jour, car une récidive survient très fréquemment. "La rupture d'anévrisme reste grave, reconnaît le Pr. Bracard. Elle entraîne un tiers de mort subite et un tiers de handicaps (du plus lourd, au léger trouble de la mémoire). Mais une bonne moitié des patients qui arrivent jusqu'à l'hôpital revient à une vie totalement normale."
63 RÉACTIONS À L'ARTICLE
Par nath27 Lundi 29 septembre 2014
Je voudrais faire des examens, mais sans symptomes, je crains que le docteur ne me prenne pas au sérieux.

bonjour, quand j'avais 20 ans mon père est mort brutalement en soulevant une brouette de terre d'une rupture d'anévrisme, il avait 46 ans, deux mois avant, son frère est mort à 38 ans de la même chose, mais lui avait déjà eu un pontage coronarien. Mon père venait de faire des tests à évequemont 15 jours avant de mourir mais rien d'anormal, il avait porté un holter pendant quelques jours juste après la mort de son frère car il avait mal dans la poitrine et dans le bras gauche, la mort de son frère l'avait très affecté. Je l'ai toujours connu avec des maux de tête. J'ai 47 ans et je voudrais bien faire des examens, mais comme je n'ai pas de symptomes, je crains que le docteur ne me prenne pas au sérieux. Je ne comprendrais jamais pourquoi on ne peut prévoir les ruptures d'anévrismes.

Par Moseka Samedi 14 juin 2014
En savoir plus...

Bonjour à tous,
J'ai perdu tout récemment une personne très chère des suites d'une rupture d'anévrisme alors même qu'elle venait de faire un checkup qui n'a rien révélé. Alors je voudrais savoir quels sont les examens qu'on pourrait faire pour dépister un éventuel problème. Tout récemment mon fils de 8 ans qui est né avec une hémiparésie gauche a eu un malaise bizarre mais qui n'a duré que quelques minutes. Il s'est plaint d'une céphalée subite et avait envie de vomir. IL s'est allongé mais c'est passé quelques minutes après. Présenterait-il des risques étant donné que son hémiparésie serait due à un AVC néonatal ?
Merci pour vos éclaircissements.

Par Rivoal Jeudi 20 février 2014
''l' inconvénient d' être né ''

''Sur les cimes du désespoir '' alors que je viens d' apprendre lors d' un IRM être '' l' heureux possesseur '' d' un anévrisme cérébral de 11mm sur l' artère antérieure cérébrale , je ne peux pas dire que ceci me comble d' aise mais la mort n' est-elle pas ''l' inconvénient d' être né '' ? Et l' échéance n' est-elle pas la même pour tous ?

Par ginou Vendredi 14 février 2014
Même en étant en bonne santé, cet accident est plus répandu qu'on ne le pense, et les médias n'en parlent jamais.

Bonjour, je viens moi-même de faire une rupture d'anévrisme cérébral, il y a presque 1mois et demi déjà (je suis restée 1mois à l'hôpital). Je suis toujours là, et je n'en reviens pas, car en septembre j'ai perdu ma cousine de 52ans de la même chose, moi, j'ai 54ans, et je me dis que pour l'instant j'ai vraiment beaucoup de chance. Je suis triste pour les personnes qui ont perdu un proche, je leur témoigne toute ma sympathie, et je leur souhaite beaucoup de courage dans cette terrible épreuve. Même en étant en bonne santé, cet accident est plus répandu qu'on ne le pnse, et les médias n'en parlent jamais. Ils pourraient faire comme pour d'autres maladies, une journée consacrée à informer et sensibiliser les gens, puisque ces accidents arrivnt sans faire de bruit, un dépistage est peut-être envisageable, comme pour le cancer du sein.

Par baracuda Samedi 08 février 2014
perdu mon amour rupture d anevrisme

bonsoir envie de de discuter avec des personnes qui on vécu la même malheur que moi. j ai perdu ma femme récemment d une rupture d anévrisme

Votre pseudonyme apparaîtra en signature de votre réaction.
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.


Règles de conduite

  • Tous les propos contraires à la Loi sont proscrits.
  • La publicité commerciale n'est pas autorisée.
  • En réagissant à cet article, vous autorisez la publication en ligne de votre contribution.
  • Une orthographe et une mise en page soignées facilitent la lecture : évitez majuscules et abréviations, pensez aux accents.
* Champ obligatoire