Salaire minimum pour valider un trimestre, pension de réversion… Ce qui change pour les retraites

Salaire minimum pour valider un trimestre, pension de réversion… Ce qui change pour les retraites
Vous pouvez valider un trimestre d’assurance vieillesse si vous percevez une rémunération correspondant à au moins 150 heures de Smic au titre d’une année civile. - © ljubaphoto

Plusieurs mesures entrées en vigueur le 1er janvier touchent les cotisants et les retraités. En voici un tour d’horizon.

Un salaire minimum de 1 482 € pour valider un trimestre

Vous pouvez valider un trimestre d’assurance vieillesse si vous percevez une rémunération correspondant à au moins 150 heures de Smic au titre d’une année civile, en application d’un décret du 19 mars 2014.

Le gouvernement ayant revalorisé le salaire minimum interprofessionnel de croissance de 9,76 à 9,88 € de l’heure, dans un décret du 20 décembre 2017 entré en vigueur lundi 1er janvier 2018, le montant plancher requis pour valider un trimestre passe de 1 464 à 1 482 €.

Cette possibilité est ouverte aux assurés dépendant :

  • du régime général, celui des salariés du secteur privé ;
  • des indépendants exerçant une profession artisanale, industrielle, commerciale ou libérale.

Une retraite personnelle de base maximale de 19 866 € par an

Selon une circulaire prise le 20 décembre par la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav), si vous prenez votre retraite en 2018, le montant de votre pension personnelle de base maximale ne peut pas dépasser :

  • 1 655,50 € par mois ;
  • 19 866 € par an.

Ces sommes représentent 50 % du plafond de la Sécurité sociale, qui a progressé de 3 269 € par mois l’année dernière à 3 311 € depuis le 1er janvier.

Une pension de réversion de 894 € par mois maximum

La Cnav fixe le montant maximal de la pension de réversion et de la pension vieillesse de veuve ou de veuf en vigueur en 2018 à :

  • 893,97 € par mois.
  • 10 727,64 € par an.

Une validation des stages en entreprise pour 397 €

La Cnav indique le nouveau montant que doivent verser les étudiants demandant la prise en compte par le régime général des stages qu’ils ont accomplis en entreprise.

Comme le rappelle la Caisse nationale d’assurance vieillesse, « le coût d’un trimestre est égal à 12 % du plafond de la Sécurité sociale en vigueur au 1er janvier de l’année au cours de laquelle la demande est effectuée ».

Le montant de la cotisation est relevé de 392 à 397 €, pour les demandes transmises en 2018.