Retraite des femmes : gérer au mieux le temps partiel

Retraite des femmes : gérer au mieux le temps partiel
Les périodes de travail à temps partiel ont un impact négatif sur le calcul de votre salaire annuel moyen si elles surviennent au cours de vos « 25 meilleures années ». - © mavoimages

Travailler à temps partiel est susceptible de diminuer le montant de votre pension. La retraite progressive peut vous permettre de toucher votre salaire et une partie de votre retraite.

Les périodes de travail à temps partiel, même très réduit, n’ont plus beaucoup d’incidence sur le calcul de la durée d’assurance. Au régime général, il suffit d’avoir cotisé sur la base de 5 856 euros de salaire brut par an (soit 488 euros par mois) en 2017 pour valider les quatre trimestres.

Un impact négatif sur le calcul de votre salaire annuel moyen

Mais ces périodes ont un impact négatif sur le calcul de votre salaire annuel moyen si elles surviennent au cours de vos « 25 meilleures années ». Cela se traduit par des points en moins dans les régimes complémentaires Arrco et Agirc.

Car « en temps partiel, les cotisations retraite prélevées sur le salaire sont adaptées en fonction de la baisse du revenu et les plafonds de cotisation revus proportionnellement. Sauf pour les cadres au forfait qui continuent à cotiser sur les mêmes bases que celles d’un temps plein car l’Urssaf refuse de leur appliquer le plafond réduit. À salaire égal, elles cotisent plus qu’un salarié à temps partiel classique et acquièrent moins de droits pour leurs retraites complémentaires », s’insurge Philippe Caré, directeur Stratégie RH & rémunérations chez Siaci Saint Honoré et auteur de l’ouvrage Construire sa retraite quand on est salarié et qu’on a 50 ans.

Pour limiter cet impact négatif, il est possible de surcotiser sur la base d’un salaire à temps plein dans le régime de base comme dans les régimes complémentaires. Votre employeur doit être d’accord car il devra également surcotiser sur la part employeur. En contrepartie, votre salaire net – déjà calculé sur un temps partiel – va se retrouver très largement amputé. Pour éviter cela, vous pouvez demander à votre employeur qu’il prenne en charge ce supplément de cotisations. « Les femmes cadres auront plutôt intérêt à négocier un véritable temps partiel plutôt qu’une convention de forfait jours. Cela leur permettra de majorer leur retraite complémentaire », conseille Philippe Caré.

La retraite progressive, une aubaine en fin de carrière

Si vous êtes à temps partiel en fin de carrière, la retraite progressive est une véritable aubaine quel que soit votre statut. Ce système permet de travailler moins, de continuer à toucher un salaire tout en commençant à percevoir une fraction de sa retraite.

Les femmes à temps partiel peuvent en profiter « sans avoir à changer quoi que ce soit, dès lors qu’elles travaillent déjà entre 40 % et 80 % d’un temps plein. Elles gagneront ainsi davantage tout en travaillant au même rythme. Elles n’ont pas besoin de demander l’accord de leur patron puisqu’elles ont déjà un contrat à temps partiel. Il leur suffira de le produire à l’appui de leur demande », explique Valérie Ponçon, consultante Transition emploi retraite chez Siaci Saint Honoré.

Les autres conditions ne sont pas très contraignantes : avoir 60 ans et justifier de 150 trimestres minimum, sachant que tous les trimestres sont pris en compte (trimestres cotisés, assimilés au titre de la maladie, de la maternité ou du chômage, et majorations de durée d’assurance).

En optant pour la retraite progressive, vous pouvez percevoir en plus de votre salaire, 
20 % de votre retraite si vous travaillez à
 80 % d’un temps plein ; 30 % si vous travaillez à 70 % d’un temps plein, 40 % si vous êtes à 60 %...