Racheter des trimestres pour votre retraite

Racheter des trimestres pour votre retraite

Pour votre retraite, vous pouvez racheter des trimestres de cotisation manquants, en raison d'études longues ou de "trous" dans votre carrière. Mais est-ce intéressant ?

Depuis la loi Fillon de 2003, les salariés peuvent racheter des trimestres de cotisation aux régimes de retraite. Il est possible d’effectuer des versements pour la retraite entre 20 ans et 66 ans.

Ce "rachat" permet aux personnes qui n'ont pas pu cotiser, ou insuffisamment, durant certaines périodes de ne pas être pénalisées lors de la retraite.

Racheter ses trimestres pour une retraite à taux plein

Dans le régime général des salariés du secteur privé, le coût d'un trimestre va de 1 055 € à 7 085 €. Il dépend de l'âge auquel intervient le rachat, de l’option choisie (taux seul, ou taux et durée d’assurance) et de vos revenus. Il s'agit d'une dépense importante qui ne se justifie que si elle procure un gain de retraite vraiment significatif. Or ce n'est pas toujours le cas…

Douze trimestres maximum

Le rachat est autorisé jusqu'à douze trimestres, soit trois ans mais dans trois cas seulement.

Premier cas : au titre des années d'études suivies dans un établissement d'enseignement supérieur ou dans une école technique supérieure, à condition qu'elles aient été validées par un diplôme. Le temps passé dans une grande école (classes préparatoires incluses) est lui aussi pris en compte, même s'il n'est pas sanctionné par un diplôme.

La réforme des retraites votée le 26 novembre 2013 par les députés crée une aide financière pour les personnes rachetant leurs périodes d'études. Cette aide s'établira à 1 000 € par trimestre racheté, dans la limite de quatre trimestre.

Elle pourra être utilisée dans un délai maximal de dix ans après la fin des études.

La date d'entrée en application de ce dispositif doit être précisée.

Second cas : pour compléter des années incomplètes d'activité, celles au cours desquelles moins de quatre trimestres ont été validés. Des périodes de chômage non indemnisé, de temps partiel ou de petits boulots peuvent ainsi être rattrapées afin d'afficher un bilan de retraite plus complet.

Troisième cas : pour racheter des années d'études et des années incomplètes d'activité.

La dernière réforme des retraites prévoit un quatrième cas de rachat : il concerne les stages accomplis dans le cadre d'études supérieures, à hauteur de deux trimestres maximum. La date d'entrée en vigueur de cette possibilité est encore inconnue.

Deux options de rachat de trimestres sont possibles

  • La première option de rachat permet simplement d'acquérir les trimestres qui vous manquent, en fonction de votre année de naissance, pour obtenir votre retraite à taux plein (50 %) avant l’âge où il est automatiquement accordé (entre 65 et 67 ans selon la génération). Cela permet d'éviter la décote, c'est-à-dire la minoration du taux de la retraite appliquée pour chaque trimestre manquant et ainsi d'atteindre la durée d’assurance exigée selon votre génération ou l’âge du taux plein.
  • La seconde option de rachat consiste à racheter des trimestres non seulement pour avoir le taux plein, mais aussi pour allonger votre durée d'assurance dans le régime des salariés.

Un impact important sur les retraites complémentaires

Pour déterminer l'intérêt d'un rachat, il faut aussi prendre en compte l'impact éventuel de cette opération sur vos retraites complémentaires. En effet, si vous partez en retraite sans avoir le taux plein avant l’âge où il est automatiquement accordé, vous serez pénalisé par les régimes complémentaires, qui diminueront vos droits dans des proportions d'autant plus importantes que le nombre de trimestres manquants sera élevé.

En rachetant des trimestres en option 1 (taux), vous augmentez à la fois votre pension de base et votre retraite complémentaire, sans rien avoir payé pour cette dernière.

Quelle rentabilité ?

Pour faire le point sur les trimestres qui vous manquent, savoir si un rachat serait intéressant et laquelle des deux formules choisir, demandez conseil à votre caisse de retraite. Car tout dépend de votre âge, de vos revenus et de l’option choisie. Vous pouvez aussi effectuer, en ligne, une estimation de vos versements pour la retraite sur le site www.lassuranceretraite.fr.

Les rachats rentables si vous vivrez longtemps

Ces rachats sont-ils rentables ? Ils le seront d'autant plus que vous vivrez longtemps et qu'ils vous permettront ainsi de recevoir une retraite plus confortable pendant de nombreuses années. En revanche, si vous continuez à travailler après l’âge légal, payer un rachat pour majorer une pension que vous toucherez moins longtemps - puisque vous retardez le moment où elle commencera à vous être servie - est moins intéressant.

L'opération peut être séduisante si elle permet d'obtenir une retraite à taux plein. Car ce taux plein donne alors droit au minimum contributif, ce minimum retraite servi aux personnes qui ont cotisé sur de faibles revenus. L'impact peut alors être significatif.

Le minimum contributif soumis à une condition de ressources

Attention ! Le minimum contributif sera soumis à une condition de ressources. Il ne peut être accordé que si le montant total mensuel des retraites ne dépasse pas 1 028,17 €.

Payer en plusieurs mensualités

Il est possible de payer en 12, 36 ou 60 mensualités selon les cas, lorsque vous rachetez plus d'un trimestre.

En outre, vous pouvez déduire de votre revenu imposable les sommes dépensées à ce titre. Vous réduirez ainsi le montant de votre impôt sur le revenu, de façon d'autant plus importante que vous êtes lourdement taxé.

Contacts

Pour racheter des trimestres au titre des années d'études, vous devez faire votre demande auprès de votre caisse de retraite. Pour obtenir ses coordonnées : www.lassuranceretraite.fr.

Serveur vocal : 39 60 (prix d’un appel local depuis un poste fixe).