Opter pour la retraite progressive

Opter pour la retraite progressive

Travailler à temps partiel tout en percevant une partie de votre retraite, c’est possible grâce à la retraite progressive. Eclairage sur ce dispositif.

Les avantages de la retraite progressive

Vous approchez de la soixantaine et l’envie de prendre votre retraite vous démange, mais vous vous sentez encore trop jeune pour arrêter définitivement de travailler ? Pourquoi ne pas franchir le cap en douceur avec la retraite progressive ?

Peu connu, ce dispositif vous permet, si vous réduisez votre activité professionnelle, de percevoir, en plus de votre salaire, une partie de vos pensions de retraite et d’améliorer le montant de celles que vous toucherez lorsque vous cesserez définitivement de travailler.

La retraite progressive sous conditions d’âge et de cotisations

Pour opter pour la retraite progressive, il faut avoir atteint l'âge légal de départ à la retraite et une durée d'assurance de 150 trimestres minimum.

Cette durée est appréciée dans le régime général, le régime agricole, les régimes des indépendants et des professions libérales. Sont aussi prises en compte les périodes validées dans un autre pays de l’Union européenne ou dans un pays hors Union européenne ayant signé une convention de Sécurité sociale avec la France.

La réforme des retraites votée le 26 novembre 2013 par les députés prévoit un abaissement du seuil d'âge à 60 ans, applicable quelle que soit votre année de naissance. De plus, les périodes de cotisation dans les régimes publics seront prises en compte. Ces mesures doivent entrer en vigueur en 2014. Leur date exacte d'entrée en application n'est pas encore connue.

Les documents à fournir

À l’appui de votre demande, vous devez fournir :

  • la copie d’un contrat de travail à temps partiel ;
  • une attestation sur l’honneur selon laquelle vous n’exercez pas d’autre activité professionnelle rémunérée, même non salariée ;
  • un certificat de votre employeur indiquant la durée de travail à temps plein en vigueur dans votre entreprise.

La durée de votre temps partiel ne doit pas dépasser 80 % de la durée du travail applicable dans l’entreprise.

La répartition de votre temps de travail n'a pas d'importance

Peu importe, en revanche, comment se répartit votre temps de travail : vous pouvez travailler tous les jours mais seulement le matin, uniquement certains jours de la semaine, ou encore ne travailler que quelques semaines par mois ou certains mois par an…

Sous réserve de convaincre son employeur

Seul inconvénient de ce dispositif : vous ne pouvez pas imposer à votre employeur de passer à temps partiel. À vous de le convaincre, sachant qu’il n’a pas le droit de vous mettre à la retraite, sans votre accord, avant l’âge de 70 ans !

Trouver un autre employeur

S’il refuse, vous avez une autre possibilité : trouver un employeur prêt à vous embaucher à temps partiel.

Il suffit pour cela que votre contrat prenne effet à la date à laquelle vous demandez à bénéficier de la retraite progressive.

Les entreprises ont tout à y gagner, souligne Philippe Caré, directeur formation et accompagnement des ressources humaines chez Siaci Saint Honoré, cela peut leur permettre d’adapter leurs effectifs à leur carnet de commandes, en prévoyant par exemple, lorsque leur activité est saisonnière, un temps partiel réparti sur l’année."

Cumuler salaire et pension de retraite

Aussi longtemps que vous allez travailler à temps partiel, vous allez cumuler votre salaire et une fraction de vos retraites de base et complémentaires. Ces dernières sont calculées en tenant compte des droits que vous avez acquis jusqu’à la date de votre demande comme si vous preniez effectivement votre retraite.

Les trimestres accomplis à l'étranger ne sont pas comptabilisés

Seule différence : si vous avez travaillé à l’étranger, on n’inclura pas les trimestres correspondants dans la liquidation de votre retraite de base alors même qu’on les a retenus pour apprécier si vous remplissiez les conditions pour partir en retraite progressive (toutefois, ils ne sont pas perdus, ils seront utilisés pour le calcul de votre retraite une fois que vous arrêterez définitivement de travailler).

La prise en compte de la durée d'activité

Une fois le montant de votre retraite établi, on applique un pourcentage qui dépend de la durée de votre activité : 30 % pour un temps partiel compris entre 60 et 80 % d’un temps plein, 50 % pour un temps partiel compris entre 40 et 60 % d’un temps plein, et 70 % pour un temps partiel inférieur à 40 % d’un temps plein.

La fraction de votre retraite complémentaire calculée au même taux que la retraite de base

La règle est exactement la même pour vos retraites complémentaires Arrco et Agirc : la fraction de votre retraite est calculée au même taux que celui de votre retraite de base. On applique ensuite un coefficient qui dépend de la durée d’assurance et de l’âge auquel vous demandez à faire liquider votre retraite progressive.

Moins vous avez cotisé et plus ce coefficient est pénalisant. Toutefois, si, au moment où vous optez pour la retraite progressive, vous avez déjà atteint la durée d’assurance requise pour bénéficier d’une retraite à taux plein (165 trimestres si vous êtes né en 1953), ce coefficient ne sera pas appliqué.

Vos droits à la retraite recalculés

Ensuite, lorsque vous cesserez cette activité à temps partiel pour prendre véritablement votre retraite, on recalculera le montant de vos droits pour tenir compte des trimestres supplémentaires que vous aurez accomplis et des points que vous aurez acquis dans les régimes complémentaires pendant la période de retraite progressive.

Déjà à temps partiel, puis-je bénéficier de la retraite progressive ?

Sous réserve de réunir au moins les 150 trimestres exigés, rien ne vous empêche, si vous travaillez déjà à temps partiel, de demander à faire liquider une partie de vos droits au titre de la retraite progressive. Vous allez ainsi continuer à toucher votre salaire dans les mêmes conditions et percevoir en plus une partie de votre retraite, tout en continuant à acquérir de nouveaux droits à retraite.

La retraite progressive pour les régimes non-salariés

Si, durant votre vie active, vous avez été affilié à d’autres régimes que celui des salariés (régimes des artisans, des commerçants, des salariés et non-salariés agricoles, des professions libérales), à partir du moment où vous optez pour la retraite progressive, cela entraînera automatiquement la liquidation provisoire de vos pensions dans les autres régimes de retraite.

Elles seront calculées sur la même base que celle retenue pour votre retraite du régime des salariés.

Le régime des salariés informe vos autres régimes

C’est le régime des salariés qui se charge d’informer les autres régimes auprès desquels vous avez cotisé.

L’avis de Philippe Carré, directeur formation et accompagnement des ressources humaines chez Siaci Saint Honoré

Ce dispositif est très intéressant d’un point de vue psychologique. Il ne faut pas oublier que certains vivent leur départ en retraite comme un véritable traumatisme. Cela peut s’inscrire dans un nouveau projet de vie permettant un apprentissage de la retraite.

Côté financier, c’est aussi extrêmement avantageux puisque cela permet de conserver son train de vie - voire d’améliorer ses revenus - et sa couverture sociale, en continuant à bénéficier de sa complémentaire santé d’entreprise, tout en travaillant moins.